litterature

  • Math et Littérature... Chien et Chat ?

    Math 

    Depuis toujours, je prétends mordicus que Mathématiques et Littérature ne sont pas fait pour s’entendre. A la lecture de ce livre, mes convictions les plus ancrées en moi ont été ébranlées. Tout au long de mes trop courtes études, je fus carrément nul en math-physique-chimie, si bien qu’il m’a fallu user d’expédients pour décrocher ce que les Français appellent le « bac ». « User d’expédients » est une expression polie pour avouer que j’avais pour habitude d’échanger mes brouillons de dissertations contre les réponses aux problèmes, équations, inéquations, dérivées et autres trigono… dont je ne me souviens du reste que du quart de la moitié, c’est-à-dire pas grand-chose.

     

    Et pourtant, bon nombre de grands écrivains avouent leur admiration pour les mathématiques. Stendhal, Jules Verne, Queneau, Borges, Guillevic, Lautréamont, Edgar Poe, tous ont été séduit par la rigueur ou la beauté mathématique ( là encore, j’ai beaucoup de mal à admettre qu’un tableau noir empli de chiffres et de signes mathématiques puisse refléter une quelconque beauté ).

     

    Cet ouvrage se lit par épisodes car composé de 4 dossiers où l’on apprend, outre la double attirance mathématiciens / écrivains et l’inverse, l’application de règles mathématiques pour la création de textes. Ce livre que l’on doit davantage considérer comme une revue de luxe, s’achève de manière ludique car les mathématiques ont également vocation à amuser ( le succès phénoménal du sudoku tend à le confirmer ). Et puis, Raymond Devos himself n’était-il pas un formidable mathématicien littéraire ?

     

     

    Mathématiques et littérature

    une fascination réciproque

    sous la direction d’Alain Zalmanski

    éditions POLE – collection Tangente – www.poleditions.com

    160 pages – 18,00 € ISBN 2-84884-060-9

    Distribution en Belgique : Gallimard export

  • Folio, le coffre-fort...

    folio01
    folio02
    folio04
    folio05 

    Datant de la scission entre Gallimard et Hachette - jusqu’alors chargé de l’exploitation du fonds Gallimard en format poche – survenue en 1970, Antoine Gallimard, l’actuel PDG, a grandi avec la collection Folio, créée en 1972. Folio, bien malin celui qui pourrait donner l’origine de ce nom. Folio, une collection devenue au fil des années la colonne vertébrale des éditions Gallimard. Folio, cela représente plus de 1900 auteurs – et non des moindres -, 6300 titres et 290 millions d’exemplaires vendus depuis sa création.

     

    Cette collection se distingue des autres, non seulement par la richesse de son catalogue où se côtoient les plus grands noms de la littérature française, mais aussi par le génial Massin, directeur artistique, qui en a façonné cet habillage blanc et choisi ce caractère « Baskerville old face » dont l’élégance sied à merveille à la noblesse de Folio. Tout cela rehaussé par la patte d’illustrateurs célèbres, tels Sempé, Folon, André François ou Savignac.

     

    Malgré cette abondance de titres et la réputation de qualité que Folio véhicule, Gallimard doit jouer des coudes pour l’imposer. Le rival, Hachette, accepte mal l’ombre de Folio et lui barre le chemin des caisses en de trop nombreux points de vente. Oh, bien sûr, difficile de se passer de cette collection pour n’importe quel libraire, mais dans les points de vente détenus ou contrôlés par Hachette, ce sont les Livre de poche qui ont la priorité. Tout comme les Routard qui éclipsent volontairement les guides Gallimard.

     

    Cela n’empêche pas la maison de la rue Sébastien-Bottin d’afficher des chiffres tout à fait honorables ( voir informations commerciales ci-dessous ). A lui seul, L’Etranger de Camus totalise plus de 5 millions d’exemplaires vendus, Des souris et des hommes de Steinbeck culmine à 3 millions. Les titres vendus à plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’exemplaires ne manquent pas. C’est dire si quelquefois les principaux éditeurs de poche se livrent une réelle guerre des enchères pour obtenir le droit de publier en poche tel ou tel autre best-seller en grand format.

     

    Petit historique

     

    1972 : création de Folio

    1977 ; Folio Junior

    1985 : Folio Essais, Folio Histoire, Folio Actuel

    1990 : Folio Bilingue

    1991 : Foliothèque

    1993 : Folio Théâtre

    1994 : Folio Classique

    1995 : Folio Plus

    1998 : Folio Policier

    2000 : Folio SF

    2002 : Folio Documents, Folio 2 euros

    2003 : Folio Plus Classique

    2006 : Folio Biographie, Folio Plus Philosophie

     

    INFORMATIONS COMMERCIALES
    Format : 108 x 178 mm.
    Nombre de titres disponibles : plus de 3000
    Nombre de nouveautés dans l'année : 105
    Ventes nettes annuelles : 12 millions d'ex.
    Prix de vente moyen : 4,6 € (de 2 à 13,50 €, réparti en vingt catégories)
    Poids du fonds dans les ventes : 75 %
    Nombre moyen de réimpressions par an : 580 titres
    Dernier catalogue paru : chaque année, toutes séries confondues
    Les meilleures ventes :
      Plus de 5 millions d'ex.
    Camus. L'Étranger

      Plus de 3 millions d'ex.
    Camus. La Peste

      De 2 à 3 millions d'ex.
    Romains. Knock
    Prévert. Paroles
    Sempé/Goscinny. Le Petit Nicolas
    Sartre. Huis clos et Les Mouches
    Steinbeck. Des souris et des hommes
    Kessel. Le Lion

      De 1,5 à 2 millions d'ex.
    Aymé. Les Contes du chat perché
    Gide. La Symphonie pastorale
    Ionesco. Rhinocéros
    Ionesco. La Cantatrice chauve et La Leçon
    Hemingway.
    Le Vieil Homme et la mer
    Etcherelli. Elise ou la vraie vie
    Malraux. La Condition humaine
    Uhlman. L'Ami retrouvé
    Saint-Exupéry. Vol de nuit
    Steinbeck. La Perle
    Orwell.
    1984

      De 1 à 1,5 millions d'ex.
    Sartre. Les Mots
    Céline. Voyage au bout de la nuit
    Barjavel. Ravage
    Sartre. Les Mains sales
    Camus. La Chute
    Bosco.
    L'Enfant et la rivière
    Cendrars. Or
    Pergaud. La Guerre des boutons
    Tournier. Vendredi ou les limbes du Pacifique
    Anouilh. Le Voyageur sans bagage
    Sartre. La Nausée
    Saint-Exupéry.
    Terre des hommes

      
    ... et quelques succès récents
    Dai Sijie. Balzac et la Petite Tailleuse chinoise : 550 000 ex.
    Tracy Chevalier. La Jeune Fille à la perle : 450 000 ex.
    Shan Sa. La Joueuse de go : 230 000 ex.
    Frédéric Beigbeder. 99 francs : 150 000 ex.
    Philip Roth
    . La Tâche : 120 000 ex.
    Jean-Christophe Rufin
    . Rouge Brésil : 170 000 ex.
    Tonino Benacquista
    . Quelqu'un d'autre : 150 000 ex

     

    PS : j’ai volontairement utilisé comme caractère le Baskerville Old Face

     

    folio06
    Folio 10
    Folio13
    Folio12

  • Et encore la collection main de femme...

    Hasbroucq-ROUGE_COEUR-fond2 

    Petit livre au format pratique et au titre étonnant, celui nous servant de fil conducteur tout au long de la lecture. Dans les transports en commun, petite pause lecture un dimanche après-midi ou le soir, avant de rejoindre Morphée, cette petite merveille nous évade et nous emmène loin de notre vie quotidienne, comme si peu savent le faire.

     

    Dès la première page, une petite carte nous tombe entre les mains. « A la petite sœur que je n'ai jamais eue. Que tes jambes de femme t'emportent vers ton destin. Qu'elles te permettent de fuir la soumission, qu'elles dansent la vie, qu'elles oublient ma maladresse d'homme, mon regard de voyeur : je crois en elle. ». Ecriture d'homme. Erreur de destinataire ? A qui cette missive est-elle adressée ?

     

    Notre légendaire curiosité féminine nous pousse à tourner, une à une, les pages de ce roman. On plonge, ainsi, dans l'intimité des trois personnages principaux : la petite fille, le bâtisseur et Aziz.

     

    Au fil de la lecture et comme par magie, les éléments coïncident et on partage l'existence des personnages tout aussi attachants que différents, dans ce lieu magnifique qu'est la Provence.

     

    L'auteure nous propose un petit chef-d'œuvre. Celui-ci donne la parole aux femmes, aux migrans de l'intérieur, mais aussi aux immigrés. L'enfance est également mise à l'honneur avec toute son innocence et sa naïveté. Tout ceci, agrémenté de quelques notes d'humour, fait de ce petit livre, une très belle parution.

     

    Laurence Vanrie

     

     

     

    Rouge comme un cœur dans la bouche de dieu

    de Isabelle HASBROUCQ

    éditions Parole, 94 pages, 10,00 €

    ISBN : 2-9524915-1-8

    Diffusion en Belgique : Memogrames

  • le plus grand succès de Rochat réédité à La Chambre d'échos !

    Couv-Berger

     

     

    Rappelez-vous les dernières heures avant l’an 2000. Cette crainte quasi générale d’un « bug » informatique. Ce petit changement de chiffre qui allait provoquer un dérègle-ment général.

     

    Aujourd’hui, an 2006, nous n’écrivons plus de lettres, nous écrivons des courriels. Nous n’envoyons plus de cartes de vœux, nous envoyons des cartes virtuelles ou des textos. Le monde évolue. La technologie est omniprésente.

     

    Imaginez, aujourd’hui, que votre enfant vous dise « moi quand je serai grand, je serai berger ». Quelle serait votre réaction ? Voulez-vous pour votre enfant une vie décalée, hors normes et loin de toute technologie, à l’heure où la plupart d’entre nous possèdent ordinateur, téléphone portable, lecteur mp3, palm pilot ?

     

    C’est pourtant ce métier très « nature » que nous découvrons ici. L’auteur nous propose sa propre histoire, sa jeunesse et ce métier, hors du commun par sa noblesse et sa tranquillité. L’histoire étonnante d’un jeune homme qui, dès l’âge de dix-sept ans, s’est retrouvé seul sur une montagne à garder des génisses. Une vie isolée, entourée d’autres bergers éloignés, agrémentée de quelques touristes et de rares visites des propriétaires des bêtes.

     

    On découvre la vie quotidienne d’un berger, ses difficultés, ses relations avec les femmes, ses relations avec les autres, les bergers mais également les gens des villes. Sa philosophie si particulière de la vie.

     

    La réédition d’un texte agréable, rempli de détails, de pensées justes et d’humour nous emmène dans un milieu méconnu, un retour aux sources et à la véritable nature des choses.

     

    Laurence Vanrie

     

     

     

    Berger sans étoiles

    de Jean-Pierre ROCHAT

    La Chambre d’échos, 110 pages, 13,00 euros

    ISBN : 2-913904-34-3

    Diffusion en Belgique : Pollen

     

  •  Des nouvelles...

    couv-basso 

    Rédiger une nouvelle pourrait paraître plus simple que d’écrire un roman de 400 pages. Et pourtant, en dix ou quinze pages, l’auteur de nouvelles n’a pas le droit à l’erreur. A lui de viser juste, à chaque fois. La nouvelle s’adapte idéalement à notre rythme de vie, bousculé du matin au soir, tant sur les plans professionnel que familial. Elle s’intercale. Elle nous attire, le temps d’un trajet de métro ou de train de banlieue. Sa lecture se prolonge au-delà, par la réflexion que chacune d’elles nous provoque.

     

    Joëlle Basso s’est admirablement adaptée aux règles de la nouvelle. Elle en use. Elle en joue comme d’un instrument de musique. Dix courts récits n’ayant pas vraiment de dénominateur commun, dix textes qui nous touchent parfois, nous interpellent toujours. D’emblée, elle nous présente son « poupe », et l’on se plaît à en deviner la nature, elle nous emmène au café de la gare, dans le cabinet d’un psychiatre, elle nous fend le cœur à la rencontre d’une enfant errante, nous conte une histoire d’amour froid, inassouvi, pour ensuite s’interroger sur la définition vraie de la « femme moderne », bref, Joëlle Basso manie la langue de Molière avec dextérité, précision et ironie…

     

    La littérature n’est-elle pas avant tout une multitude d’histoires ? Joëlle Basso nous en propose dix, pour notre plus grande joie.

     

     

    Chiens de faïence

    de Joëlle Basso

    La Chambre d’échos, 144 pages, 14,00 euros

    ISBN 2-913904-28-9

    Diffusion en Belgique : Pollen diffusion