da vinci code

  • Suitaume & Co

    The%20Dada%20de%20Vinci 

    Il fallait oser et le clan du Léopard Masqué l’a fait. Cette nouvelle maison d’édition basée dans le XIVème arrondissement, à deux pâtés de maisons de la rue Huyghens ( siège d’Albin Michel ), axe sa politique éditoriale sur l’humour… tous les types d’humours… The Dada de Vinci code se lit d’une traite, en deux jours de chaise longue, sous un parasol, les doigts de pied en éventail, pendant que votre moitié dévore la version originale, celle qui a fait couler tant d’encre dans la presse et tant de liquide dans les caisses.

     

    Le commissaire Guillaume Suitaume se voit chargé par son supérieur ( tout le monde en a un, même DubbelYou ) de la protection rapprochée de Daniel Brun, auteur du livre-dont-on-ne-dit-plus-le-titre et qui se vend comme des billets d’euromillions un vendredi. Menacé par un « horloger » qui étrangle comme il respire, le valeureux policier a quarante-huit heures montre en main pour remonter la piste du… ou des tueurs… Deux jours, c’est énorme pour un tueur, mais très court pour un policier, aussi d’élite soit-il.

     

    Ce livre résonne comme un véritable coup de cœur, un vent frais venu du large sous un soleil égyptien en plein mois d’août. C’est tout simplement génial ! A qui doit-on ce condensé de causticité ? A GORDON ZOLA bien évidemment…

     

     

    The Dada de Vinci code

    de Gordon Zola

    Editions du Léopard Masqué, 258 pages, 15,80 euros

    Diffusion en Belgique : SDL Caravelle

  • Dans la veine du Da Vinci, mais en 10 x mieux...

    la trace

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Inutile de revenir sur les succès mondiaux des « Da Vinci code » et « Anges et démons » écrits par le même Dan Brown. Le thriller historique/ésotérique vit son heure de gloire. Le nouveau livre d’Amélie Nothomb est devenu, au fil des années, le « non-événement » de la rentrée ( il y a, à force, une forme de routine à ne publier qu’un roman par an, toujours en septembre ), sachant que bon ou mauvais, son ouvrage trustera les premières places au top des ventes. Le livre intitulé « La Trace » démontrera qu’il ne faut pas être Britannique ou Américain pour séduire un grand public, ni s’appuyer sur des artifices de présentation.

     

    Pour avoir lu le Da Vinci code, et l’avoir apprécié comme l’on peut apprécier un bon petit vin de pays ( Dan Brown émaille son texte de clichés, d’affabulations, pour ne surprendre personne car aux 2/3 du livre, on devine aisément qui est le Grand Maître et quelle sera la chute ), on se plonge dans La Trace avec une certaine appréhension, à savoir le risque de tomber sur un « sous-Da Vinci » et là, dès les premières pages, notre palais visuel découvre le contenu millésimé d’une bouteille Château Cheval Blanc 1985 ( grande année ).

     

    An 33, 1998 ( époque de Jean-Paul II ), 1893, 1307,… les auteurs nous emmènent avec grande habileté au travers du plus grand secret de l’Histoire : la découverte du Graal ! Les personnages sont bien campés et l’on passe d’une époque à l’autre sans la moindre difficulté. La force de l’intrigue nous empêche de relever la tête : ce roman se lit d’une traite. Et si votre emploi du temps ne permet pas ce type de lecture, vous aurez un mal fou à l’abandonner un instant, et un plaisir immense à le retrouver.

     

    Le déclencheur correspond à un simple coup de téléphone d’un avocat américain à un jeune rentier : Emmanuel de Saint-André. Et un rendez-vous pris à Zurich pour y découvrir le testament d’un arrière-grand-père mort sous l’occupation allemande. La vie du jeune homme basculera aussitôt.

     

    En clair, ce livre m’a scotché !!! Et j’avoue rencontrer une difficulté inhabituelle à trouver les mots suffisamment forts pour vous inciter à courir l’acheter. Sachez cependant que La Trace figure sans conteste parmi mes quelques livres préférés lus au cours de ces trois dernières années… et sachant que, chaque mois, je dévore bon gré mal gré une dizaine de livres…

     

     

    La Trace

    de Frédéric BOVIS, Jean-François LOPEZ et Léopold JORGE

    Tolège éditions

    ISBN 2-916643-00-1 – 22,00 € - 400 pages

    Diffusion en Belgique : SDL Caravelle