poésie

  • Atomium !

    arton181.jpg

    Même si la prose poétique n'est pas ma tasse de thé, ce texte tout en sonorités, en sensations métalliques, en rappels historiques, emporte le lecteur à 102 mètres d'altitude...

    Sept années durant, j'ai vécu face à l'Atomium, avant et après sa réfection parfois acrobatique pour des ouvriers-trapézistes-alpinistes. Mon séjour offrait une vue splendide sur le plus grand atome au monde. Et pourtant, en pur Bruxellois, je n'ai pénétré qu'à deux reprises dans ses tubes, ses boules et son point de vue. La première fois pour manger dans son restaurant panoramique. La seconde pour ne pas mourir idiot.

    Quant au livre de Constance Chlore, il défragmente l'atome tout autant que ses phrases. Parfois exempte de ponctuation, son écriture se chante plus qu'elle ne se lit, et se dilue dans nos pores interloqués.

    Retour en 1958, à Bruxelles, en cette année de croissance, bien représentée par SON Exposition universelle, la dernière que le sol belge ait connu.

    Constance nous emmène dans sa Belgique joyeuse où le jus de houblon coulait à flots - après tout, ce n'est pas une légende que le Belge soit de nature fêtarde -, où l'on pouvait croiser la Laekenoise Annie Cordy, le Schaerbeekois Jacques Brel ou notre jeune roi Baudouin, illustre voisin du parc réaménagé pour l'occasion.

    À côté du pavillon américain où l'on pouvait admirer une télévision-couleurs, du pavillon chinois tout en dorures, de la Flèche, ou pavillon du Congo encore belge, André Waterkeyn conçut un ouvrage temporaire qui, aujourd'hui encore, figure parmi les plus photographiés en Europe : l'Atomium !

    « Après le boulot c'était l'amusement Le ralliement de tous ceux qui désiraient manger et boire 20 000 repas servis par jour dans 70 restaurants »

    Tout en belgitude, ce court récit poétique sera-t-il distribué un jour au pied de l'édifice ? Il retient en tout cas autant l'attention que son modèle...

     

    Atomium

    de Constance Chlore

    Atelier de l'agneau, décembre 2013

    ISBN 978-2-930440-71-2

    76 pages - 15,00 €

  • Dès l'instant

    11488199_b7a388fe_560.jpg"Il reste, cachées dans les plis de mon manteau, quelques gouttes de l'averse d'hier.

    Je pense les garder au chaud encore quelques jours.

    Quand elles seront habituées à ma présence,

    je leur ferai une place dans le tiroir de ma petite collection, à côté du sable de Vénus."

    Poésie, prose poétique ? Pascal Blondiau navigue entre deux eaux tout en tutoyant l'excellence littéraire. Sa plume, mariée aux illustrations de Marie Campion, nous chatouille les neurones.

    Un livre à part ? Normal pour un éditeur oeuvrant dans la marge et un auteur hors format.

     

    Dès l'instant

    de Pascal Blondiau

    illustrations de Marie Campion

    éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 2010

    ISBN 978-2-930235-96-7

    52 pages - 10,00 €

  • Des livres publiés par les éditions Chloé des Lys !

    5-pages.jpgLa petite maison d'édition du Tournaisis m'envoie périodiquement ses dernières parutions, dont voici un florilège :

    Cinq pages - de Josette Lambreth - éditions Chloé des Lys - ISBN 978-2-87459-455-7 - 418 pages - 30,70 €

    Livre documentaire sur les coutumes ayant eu cours au tournant du 20ème siècledans les campagnes du nord du Tournaisis.

    Emotions essences de vie Tome II - de Marie-Ange Gonzales - éditions Chloé des Lys - ISBN 978-2-87459-465-6 - 116 pages - 17,90 €

    Recueil de poèmes

    Quand j'étais moi - de Lisa Di Sante - éditions Chloé des Lys - ISBN 978-2-87459-458-8 - 336 pages - 27,90 €

    "Etudiante en lettres à l'université, la narratrice partage sa vie entre ses cours et un bar mal famé où elle est serveuse le soir pour payer ses études. Entre une mère tyrannique, un père absent, un physique qu'elle n'assume pas, et l'absence de vie amoureuse, elle se terre dans ses lectures et une vie imaginaire remplie d'aventures."

    Albert ou la quête d'un marathonien - d'Alain Bustin - éditions Chloé des Lys - ISBN 978-2-87459-462-5 - 120 pages - 19,30 €

    "Sept fois à terre, huit fois debout", le proverbe shinto est certainement la devise d'Albert, coureur de fond en quête d'absolu.."

     

     

     

  • 12ème concours Spécial Poésie !

    TRACES

    Ecrire pour laisser une trace. Traces de vie, ne laissez aucune trace. Vestiges, traces d'une civilisation ancienne. Traces de sang, traces qui restent, indélébiles. Marques, cicatrices laissées par un coup, un élément. Marcher sur les traces de quelqu'un. Partir sans laisser de traces. Suivre quelqu'un ou quelque chose à la trace.

    Ce sujet ne manquera pas de laisser des traces dans vos esprits.

    Ce concours est ouvert à toutes et tous sans limitation d'âge ni de zone géographique.

    Il ne sera admis qu'un seul écrit par participant. Le texte doit être dactylographié sur un feuillet (recto seul). Celui-ci sera envoyé à l'adresse suivante, au plus tard pour le 15 février 2010 :

    Centre Culturel Braives-Burdinne

    Concours d'écriture Poésie

    Chemin du Via, 20

    4260 Braives

    ou par mail : ludi.bourgeois@skynet.be

    Le texte sera anonyme. Le participant doit demander une fiche d'identification qu'il joindra à l'envoi. La participation est libre et gratuite. La remise des prix s'effectuera dans le courant du mois de juin 2010.

    Bonne chance à toutes et tous.

  • De la poésie chez CDL !

    Paul_Van_Melle

    "Les temps du rêve" de Paul Van Melle (Chloé des Lys, 2008) ISBN 978-2-87459-389-5 - 100 pages - 17,90 €

    Paul Van Melle est loin d'être un inconnu quand on gravite quelque peu dans le paysage littéraire belge. Outre le fait qu'il anime la revue "Inédit Nouveau", il a publié de nombreux textes depuis un bon demi-siècle et remporté plusieurs prix littéraires.

    Le retrouver au catalogue de Chloé des Lys peut être considéré comme un honneur pour la petite maison tournaisienne.

    Un petit extrait, juste pour le plaisir :

    "En allumant un grand nombre de lampes au ciel, l'univers nous montre à la fois la vitesse et l'immobilité."

    "Le vent me traverse" de Nathalie D. Druant (Chloé des Lys, 2008) ISBN 978-2-87459-352-9  -  64 pages - 23,60 €

    Françoise Lison : "Ses textes prennent pour témoins les quatre éléments et leurs lueurs. Ils disent un patient bonheur de vivre, pétri d'inquiétude et de fièvre."

     

  • De la poésie dans notre monde de brutes...

    cummings 1

    Remplacer le « livre-papier » par « l’ibouque » de demain prend tout son non-sens lorsqu’on parcourt avec respect et admiration les pages d’un livre publié par la modeste maison Aencrages & CO. Imprimés à l’ancienne sur papier chiffon, cousus et façonnés à la main, les réalisations de cette maison d’édition m’apparaissent davantage comme un travail de joaillier, tant leurs livres ressemblent à de petits bijoux qu’il convient de manipuler avec précaution et de conserver bien en vue dans une bibliothèque de bois noble.

     

    La lecture de PORTRAITS 1 m’a permis de découvrir le talent d’un poète américain du vingtième siècle. J’avoue sans honte ne pas attacher beaucoup de passion pour la poésie d’avant-garde, peut-être parce que je ne possède tout simplement pas la sensibilité voulue pour apprécier à sa juste valeur ce genre de textes… Mea culpa.

     

    Cela dit, cela n’enlève en rien la qualité de l’ouvrage, qui me pousse sans conteste à m’intéresser à la poésie, d’autant que ce genre littéraire a plus que jamais besoin de rallier de nouveaux adeptes.

     

    PORTRAITS 1 de Edward Estlin Cummings – traduction : Jacques Demarcq – illustration : Daniel Schlier – éditions Aencrages & Co – collection « voix de chants »

    ISBN 978-2-35439-001-3 – 14,00 € – tirage : 500 exemplaires

    www.aencrages.com