nouvelles

  • 66 pages

    couv_66_medium.jpg

    Le texte d'Eric Neirynck nous explose à la face. La rancœur, la mélancolie, la solitude, la souffrance d'un pauvre hère comme il en existe des millions. Une vie semée de points d'interrogation, d'incompréhensions, de désespoirs, de faux-semblants... en clair, une "vie de merde".

    Cette longue nouvelle se lit à un rythme soutenu, celui de ses consultations chez la psy, celle qui le délivrera - peut-être - de ses angoisses.

    Un vocabulaire cru, hurlé, populaire, sincère aussi. Un homme parmi d'autres sur un quai de gare... un homme sans Bonheur, un type normal qui se cherche, qui cherche l'Amour, et qui désespère de ne point le trouver.

    "Je tenais encore debout parce que je n'avais pas assez de couilles pour me foutre en l'air. C'est con de vouloir mourir quand on a peur de la mort."

     

    66 pages

    d'Eric Neirynck

    Zeugme éditions, décembre 2013

    ISBN 978-10-227-0269-0

    52 pages - 8,40 €

  • Voyage corsaire

    C11.jpg

    Pour bon nombre d'écrivains, les nuits sont plus productives que les jours. Les songes forgent leur imagination. Quant aux insomnies, elles permettent parfois d'empiler les pages.

    Dans ce livre, on assiste à un mélange des deux. L'auteur a l'impression d'être éveillé, constate quelques modifications plus ou moins étranges de son visage, et s'en va aussitôt rédiger des souvenirs d'un voyage en Afrique, continent qu'il n'a pourtant jamais foulé.

    Roman ? Recueil de nouvelles ? Là encore, un peu des deux. On suit le parcours de Frédéric Verratti, qui nous entraîne au Cameroun sur les traces de Pasolini, à la rencontre de curieux personnages. L'auteur se plaît à mêler le vrai au faux, ou l'inverse.

    On y retrouve la patte narrative de Giuseppe Santoliquido, celle qui avait enthousiasmé les critiques littéraires dans L'audition du Docteur Fernando Gasparri. Une construction de phrases - de dialogues surtout - quelque peu atypique qui déroule la trame comme si l'on regardait une œuvre cinématographique...

    Tout dans cet ouvrage transpire l'Afrique : la lenteur du rythme, l'émerveillement, la surprise, le côté chamarré, ainsi que la confusion des repères... Il faut d'ailleurs patienter jusqu'à l'épilogue pour que toutes les pièces du puzzle s'agencent et forment un paysage haut en couleurs... dont un élément vous fournit l'explication du titre.

     

    Voyage corsaire

    de Giuseppe Santoliquido

    Ker éditions, novembre 2013

    ISBN 978-2-87586-009-5

    196 pages - 12,00 €

  • Les écrivains inutiles

    les-ecrivains-inutiles-ermanno-cavazzoni-9782917084519.gif

    Pris au premier degré, ce livre est... illisible. Composé de novelettes, il parle d'écrivains en tous genres. Au second, voire au troisième degré, tout s'éclaire, car l'écrivain n'est pas seulement celui qui écrit pour être lu... L'écrivain sait écrire, aligner des mots les uns derrière les autres. Peu importe le sens de ces mots. Satire mordante de notre société, gavée de préjugés. L'écrivain est présenté, dans la plupart des cas, comme un parasite vivant reclus. Ce n'est pas forcément faux. L'écrivain est un ruminant qui a du temps. L'histoire de cet écrivain qui connaîtra un succès mondial, sous le pseudonyme de Vincent America, m'a vraiment beaucoup amusé. Tout comme celle qui parle des critiques, personnages encensés par les écrivains flattés. Quelques longueurs indigestes m'ont par contre dérangé, notamment ces leçons de péchés capitaux, aussi inutiles que les écrivains décrits tout au long de l'ouvrage.

    Dans l'ensemble, la présentation aérée, l'imagination débordante de l'auteur, ainsi que le vocabulaire bien choisi, font de ces "Ecrivains inutiles" une lecture agréable, pour le moins originale.

     

    Les Écrivains inutiles

    d'Ermanno Cavazzoni

    éditions Attila, septembre 2012

    ISBN 9782917084519

    286 pages - 19,00 €

  • Le rêve de Madoff

    book_649_image_cover.jpg

    madoff_5_normal-2927c.jpg

    Que peut penser Madoff du fond de sa prison ? Que peut-il encore espérer ? Et comment en est-il arrivé là ? Éprouve-t-il du remords ? Dominique Manotti nous dissèque, comme dans un rêve, l'ambition sans limites de Bernie Madoff, l'un des plus grands escrocs de l'ère moderne.

    Non sans humour, cet opus ne tourne pas autour du pot. Tout au long de ces quarante-sept petites pages, je me suis régalé. Le cynisme américain, le manque sinon l'absence de scrupules qui caractérise l'économie de l'oncle Sam, l'attrait de l'argent, tout cela transpire véritablement.

    Si je devais synthétiser ce "Rêve de Madoff" en un seul mot, je n'hésiterais pas un instant : "GÉNIAL !"

     

    Le Rêve de Madoff

    de Dominique Manotti

    Allia, juin 2013

    ISBN 978-2-84485-675-3

    48 pages - 3,10 €

  • Les éditions Méhari veulent progresser en caravane...

    affiche Méhari.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une nouvelle maison d’édition : folie ou génie ?

     

     

    Changer le mode de pensée défaitiste et redorer le blason de la lecture-plaisir.

     

    Telle est la vocation de la toute nouvelle maison d’édition Méhari dont le lancement a lieu ce 14 janvier 2013. Le principe ? Offrir à chacun la possibilité de publier ou de s’impliquer dans un projet éditorial, grâce à un financement participatif (ou crowdfunding). Cette technique de financement qui, à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux fait de plus en plus parler d’elle, permet de sortir des cadres classiques de financement mais aussi de l’unique recherche de profit.

     

    Une plateforme d’échange…

     

    Le principe est simple : les auteurs envoient leur manuscrit. Méhari sélectionne ceux qu’elle va proposer aux internautes qui le découvriront sur le site et pourront choisir d’y investir (à partir de 10 euros), devenant alors « Méharistes ». Lorsque le budget est atteint, le livre sera publié et diffusé dans toutes les librairies de France, Suisse et Belgique. Les Méharistes percevront 80% des recettes issues des ventes.

     

    La ligne éditoriale sera subdivisée en trois pôles : la jeunesse, les essais et la littérature plaisir, et les livres seront publiés en poche ou en grand format. Du choix drastique des textes jusqu’au graphisme des couvertures et des tranches, les livres des éditions Méhari se veulent aussi qualitatifs que ceux des éditeurs traditionnels.

     

    L’opportunité de la découverte et de la nouveauté

     

    Le monde de l’édition tel que nous le connaissons ne permet pas toujours de donner sa chance à ceux qui n’en maîtrisent pas les rouages. Méhari se propose d’offrir une opportunité à chacun de publier dans les meilleures conditions possibles, avec tous les avantages que pourrait offrir un grand éditeur (distribution, diffusion, marketing, service de presse,…), le but étant évidemment que le livre se vende et que les Méharistes obtiennent un retour sur investissement.

     

    Une promotion à son image

    Méhari est le mot arabe pour dromadaire. Un animal résistant, graphique, et qui évoque l’image de la caravane, qui va de foyer en foyer pour y faire entrer la littérature en créant des réseaux. Dans cette logique, chaque Méhariste se doit non seulement d’investir financièrement, mais également d’assurer la promotion de l’ouvrage sur les réseaux sociaux. La toile est décidemment pleine de surprises et de potentiel, y compris culturel. Il suffit de pouvoir s’en servir.

     

     

    www.editions-mehari.viabloga.com

  • Un recueil de nouvelles signé Coffe !

    9782259214629.jpgCes messieurs-dames de la famille, Jean-Pierre Coffe nous en brosse le portrait au travers de ces dix nouvelles pour le moins truculentes, un peu à l'image de leur créateur.

    SDC11170.JPG

    Madame de Bordeaux est une bouteille, étiquetée premier grand cru classé, année 1928. Elle et son vin, sans oublier le bouchon, vont former un couple, cinquante années durant... jusqu'à la fatale dégustation.

    Un couple de charcutiers, Liliane et Robert, vont voir leur vie bouleversée par la présence d'une truie, qui deviendra la maîtresse de Robert.

    Dans "Raymond-Stanley", l'auteur nous narre la vie aventureuse d'un dompteur de Brunes. Or, la vache est un animal réputé indomptable.

    Il y a aussi l'histoire d'un transformiste adulé par son public, quelque peu désabusé qui, à l'approche de la cinquantaine, annonce à son épouse et à ses trois enfants qu'il a décidé de raccrocher.

    Ou encore le calvaire vécu par M. Raoul, un homme on ne peut plus ordinaire, en dehors du monde, dont l'existence bascule suite à une chute provoquée par un étron de chien.

    SDC11173.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En tout, dix nouvelles très efficaces où l'on retrouve le Coffe pamphlétaire, le Coffe imaginatif, le Coffe humoriste, le Coffe excentrique, et celui qu'on attendait peut-être le moins, le Coffe écrivain de grand talent.

     

    Ces messieurs-dames de la famille

    de Jean-Pierre Coffe

    Plon, mars 2011

    ISBN 978-2-259-21462-9

    182 pages - 12,50 €

     

  • Histoires allumées, de notre Jean-Luc Fonck national...

    C1_fonck.jpgRetour aux affaires de Luc Pire. Et pour relancer la machine, il a fait appel à ce joyeux drille qu'est Jean-Luc Fonck et son personnage récurrent : Hubert !

    Au menu, cinq nouvelles complètement déjantées, mais toujours bourrées d'humour, de sous-entendus, de calembours et de pirouettes dont Jean-Luc a le secret.

    Le fils du pêcheur

    Hubert part en vacances pour la première fois à la mer, parce que ça bouge tout le temps, la mer. Il y emporte des jumelles suédoises de vingt ans : Ulma et Tröte.

    "Pêcheur, c'était un métier périlleux. Il fallait emprunter une échelle de corde pour monter de la marée basse à la haute mer. Le père attendait dans le bateau. Le fils, agile comme un singe, montait tout en haut de l'échelle de corde pour cueillir le poisson. Il lançait le poisson à son père qui le rangeait soigneusement au fond du bateau. Lorsque le bateau était plein à ras bord, le fils redescendait et tous deux rentraient au port."

    Cousin Francis

    Hubert rend visite à son cousin Francis, qui vit de l'autre côté du pays. Après un voyage en train, pour le moins bizarre, Hubert arrive dans la maison de son cousin. Celui-ci lui révèle alors un lourd secret : la maison est hantée. En tout cas, il le suppose car les objets ne cessent de bouger.

    "...j'ai toujours aimé les trains. C'est tellement rassurant, un train ; sans doute parce que ça roule sur des rails... C'est bien les rails, c'est fort les rails. D'ailleurs, c'est tellement fort qu'on peut rouler dessus avec des trains. Faut pas demander !"

    Nadine

    Hubert a rendez-vous avec Nadine pour discuter d'un projet de piscine aérienne. Ils se retrouvent malgré l'arrestation des montres par les radiateurs.

    "Vous voulez toujours vous distinguer, être différents. Ensuite, quand vous êtes différents, vous détestez les autres, ceux qui sont différents. Vous aimez bien être différents, mais vous n'aimez pas que les autres le soient. Vous êtes pathétiques !"

    L'automne

    Hubert joue au dé : pair, il tourne à droite, impair, il tourne à gauche. C'est le dé qui choisit la direction, toujours. Et il y a mille coups à jouer. Absolument !

    Oubli

    Hubert se réveille dans une chambre d'hôtel, complètement amnésique. En fouillant dans ses poches, Hubert trouve une liasse de billets et... une clé. Heureusement, le frère de la réceptionniste, Ferdinand, est serrurier. Il va l'aider à retrouver son identité.

    "J'ai bien pleuré trois litres de larmes. J'étais en train de me lyophiliser. Je me mis à paniquer. Je pleurais surtout du côté droit, mais, j'avais peur d'incliner la tête pour ne pas passer les larmes à gauche."

     

    Histoires allumées

    de Jean-Luc Fonck

    éditions Luc Pire, janvier 2011

    ISBN 978-2-87542-000-8

    208 pages - 19,00 €

     

     

  • Une couverture réussie...

    49489521.jpg"Un homme se réveille dans une chambre qu'il ne connaît pas. Que fait-il là ? Quelle étrange opération a-t-il subie ? Est-il encore réellement lui-même ? Sur une planète lointaine, un autre sort, lui aussi, d'un long sommeil, pour découvrir une base désertée. Que s'est-il passé pendant son sommeil ? Que signifient cette sirène qui hurle, ces traces de sang et ces cadavres qu'il croise dans le labyrinthe d'un complexe qu'il n'a jamais parcouru ?

    Symbiose comprend onze nouvelles ou êtres réels, imaginaires et artificiels se côtoient : un mineur et une archéologue improvisée, une planète vierge et une population à la recherche d'un monde à coloniser, un pilote et sa machine unis par une relation fusionnelle, des humains frappés d'omnipotence partielle..."

     

    Symbiose et autres nouvelles

    de Benoît Frénay

    éditions Chloé des Lys, 2009

    ISBN 978-2-87459-449-6

    214 pages - 22,10 €

  • Des nouvelles chez Chloé des Lys

    Numériser0004

    L'ivresse du désespoir - de Marie Ramos - Chloé des Lys, 2009 - ISBN 978-2-87459-414-4 - 130 pages - 20,70 €

    "La vie aurait pu être douce et complaisante avec Sonia, André, Lucien ou Gabriel, si les circonstances n'en avaient décidé autrement... C'est dans leur propre décor réaliste et quotidien, que les personnages de ce recueil de nouvelles avancent en hésitant sur le fil de leur existence. Ils parviendront à faire face, jusqu'au jour où l'équilibre ne sera plus tenable. Mais de quel côté basculeront-ils ?"

    La Sabine et autres histoires - de Raymonde Malengreau - Chloé des Lys, 2009 - ISBN 978-2-87459-445-8 - 124 pages - 25,00 €

    "La vie offre bien des hauts et des bas. Les surprises adviennent, bonnes et mauvaises. Les miroirs ne reflètent pas toujours ce que l'on aimerait y voir. Les journaux ne publient pas forcément ce qu'on devrait y lire. Les amours vont et viennent. Un jour on gagne, un jour on perd. Mais l'important est ce qu'on possède au fond de soi."

  • Parus en 2008 chez Chloé des Lys !

    Numériser0002Quelques recueils de nouvelles publiés par la petite maison tournaisienne :

    "J'ai des nouvelles pour vous" d'Olivier Stahl - ISBN 978-2-87459-306-2 - 216 pages - 19,40 € 

    "En ce mois d'août, la rue était déserte, même les automobiles l'avaient abandonnée, signifiant par là leur désintérêt pour ce quartier assoupi d'où toute activité semblait définitivement bannie. Je me prenais à rêver d'une ville dépeuplée, livrée à mon seul regard, quand une silhouette apparue au loin, sur le même trottoir que moi, vint me rappeler la vanité de mes songes."

    "La mer en hiver et autres éclaircies" de Fanny Charpentier - ISBN 978-2-87459-329-1 - 180 pages - 19,30 €

    "Odette Jeanmart faisait souvent le même rêve. Elle ne savait pas très bien comment l'interpréter. Etait-il un messager du futur clamant qu'il était proche ce jour où, enfin, elle verrait la mer en hiver ? Ou était-ce une bouée à laquelle elle devait s'accrocher pour ne pas tout à fait se laisser dévorer par ses crabes ?"

    "Un jour, ailleurs..." de Nicolas Preston - ISBN 978-2-87459-312-3 - 232 pages - 21,00 €

    "Eprouvez les frissons ressentis par Kirt Walen à la recherche du monde perdu. Poursuivez un meurtrier, digne successeur de Jack l'éventreur, en compagnie d'Angelina Ballanciaga et de Romuald. Cette course n'en sera pas moins initiatique que le voyage entrepris par Lili, Clara, Perrette et Ericka. Là où elles se rendent, une n'en reviendra pas. Mais c'est un faible prix à payer... pour accéder à l'éternité."

    "Nouvelles entre chien et loup" de Micheline Boland - ISBN 978-2-87459-358-1 - 166 pages - 20,70 €

    "Une suite de dix-neuf nouvelles qui mettent en scène des personnages entre deux situations, deux sentiments, deux pays, deux relations, deux positions existentielles. Des nouvelles où sont contées des hésitations, des attentes mais aussi des décisions prises parfois à l'emporte-pièce."

  • Du Werber...

    9782226188502

    17 nouvelles "à la Werber", dont certaines m'ont véritablement transporté dans son monde bien à lui. Le monde sans pollueurs annonce la couleur, et même si le soufflé se dégonfle quelque peu par la suite, il se reprend magistralement à la sixième nouvelle (Meurtre dans la brume), qui nous donne véritablement froid dans le dos. Au point que le texte suivant passe complètement inaperçu (Demain les femmes). Moins bon sans doute. A partir de la neuvième (Le Maître du Cinéma) et jusqu'à la quinzième, c'est un pur régal, tant par la force de ses idées que par son style épouillé qui ne s'embarrasse pas de mots pompeux.

    Pour ceux qui ont adoré "Les Fourmis" (j'ai lu la trilogie avec avidité... c'était il y a longtemps), Bernard Werber signe "Les dents de la terre" en guise de clin d'oeil.

    On prétend que les recueils de nouvelles ne font pas recette en librairies... J'attends de voir si cette théorie pourra également s'appliquer à Bernard Werber, mais très honnêtement, j'en doute.

     

    Paradis sur mesure

    de Bernard Werber

    Albin Michel, 2008

    ISBN 978-2-226-18850-2

    448 pages - 22,50 €

    POUR ACHETER CE LIVRE !

  • En 4 rounds...

    9782710329893

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quatre nouvelles traitant de boxe, voilà qui n'est pas coutume. Le recueil de nouvelles intitulé "Quatre uppercuts" ne laisse planer aucun doute : l'auteur, Patrice Lelorain, est bien un passionné de boxe. Sa passion en est d'ailleurs contagieuse, même pour un profane.

    La nouvelle retraçant le parcours chaotique de Yacine Kingbo, Roi des Lions, est sans conteste la plus forte, la plus intense. L'auteur jette un regard complaisant, sans ambiguité, sans naïveté, sur ce boxeur somme toute moyen, et sur les dérives que celui-ci a subies, dont un passage en prison.

    Même si ce livre est très loin de devenir le livre de l'année, il s'agit d'une bonne surprise, sachant que je m'y suis plongé avec des mains de plomb, voire gantées de cuir.

    L'auteur démontre que la boxe n'est pas essentiellement réservée aux grosses brutes - style Tyson - et que la stratégie ou l'intelligence font parfois gagner celui qui accuse du retard sur la balance.

     

    Quatre uppercuts

    de Patrice Lelorain

    La Table Ronde, 2008

    ISBN 978-2-7103-2989-3

    144 pages - 15,00 €

     

    POUR ACHETER CE LIVRE, REJOIGNEZ LE TOP 20 D'ACTU-LIVRES !

  • 18 ans...

    9782843374586
    L'amour et le lien qui unissent les jumeaux, la cruauté de deux enfants abandonnés, une femme blessée qui ne se dévoilera qu'une seule fois, un jeune homme qui découvre que son père ne l'est pas, un jeune homme qui attend sa future femme dans un cercueil, un jeune homme sans éducation ni repères, un travelo qui n'ose s'affirmer, l'histoire sordide d'une innocence mise à mal par un jeu stupide, une histoire d'amour hors du commun, etc.

    Autant de sujets abordés avec cruauté, folie et sous-entendus. Je ne suis pas experte en psychologie mais chacun des personnages est atteint de maladies mentales plus ou moins graves (voire plus que moins).

    Jeune auteure de 18 ans, Elsa Vasseur a une très belle plume. Il s'agit néanmoins de nouvelles aux sujets particuliers.

    A ne pas mettre entre toutes les mains ou alors à conseiller aux gens un peu malheureux, pour constater que, dans ce monde et peut-être pas si loin de vous, il y a bien, oh oui, mesdames et messieurs, bien pire...

     

    Laurence Vanrie

     

    Le goût du lait au chocolat

    d'Elsa Vasseur

    éditions Anne Carrière, 2008

    ISBN 978-2-8433-7458-6

    202 pages - 17,00 €

  • Les nouvelles "coups de coeur" de Laurence

    9782846261272
    J'ai rencontré Céline Robinet au salon "Lettres à Louise" en décembre 2007. Une de ces rencontres dont on se souvient. Une agréable discussion. J'ai craqué pour son ouvrage "Faut-il croire les mimes sur parole ?". Je l'ai acheté (ou plutôt je me le suis fait offrir par Marc). Vous vous doutez qu'avec www.mondedulivre.com, nos étagères ne désemplissent pas d'ouvrages. L'achat d'un livre est donc devenu très rare. Un vrai coup de coeur.

    Une interview a également été programmée avec l'auteure. J'avoue avoir longuement hésité et avoir lu plusieurs livres avant, enfin, d'oser ouvrir celui-ci. Peur de ne pas aimer, peur de ne pas savoir quoi dire.

    Dès la première nouvelle, j'ai été enchantée et éblouie par le style d'écriture. Pourtant mis à la loupe sous mon oeil critique prêt à repérer la moindre anomalie ou faute de style, je n'ai absolument rien à dire. ...de négatif !

    Céline Robinet nous emmène dans un univers aux multiples facettes. Elle bouscule nos préjugés, surprend notre imagination, par des histoires hors du commun. J'ai adoré toutes ces nouvelles, savouré chacune d'entre elles avec un bonheur non feint, un grand sourire illuminait mes lèvres (malgré un bouton de fièvre récalcitrant... vive le stress et la fatigue) à la chute de chacune de ces histoires, que je relirai encore et encore.

    Coup de coeur particulier pour deux d'entre elles, "Sang froid" et "Le vent, même léger, fait circuler les nuages. La pelouse, elle, reste."

    A acheter, à offrir, à lire et à relire...

     

    Laurence Vanrie

     

    Faut-il croire les mimes sur parole ?

    de Céline Robinet

    Au Diable Vauvert, 2007

    ISBN 978-2-84626-127-2

    238 pages - 17,50 €

  • Le silence est une arme redoutable...

    silence

    On entre dans un tel livre comme l’on pénètre dans une église en pleine célébration de messe : discrètement, sur la pointe des pieds. Avec respect aussi. Pour l’œuvre, pour le personnage… pour Vercors lui-même. Je me suis replongé avec bonheur dans ce grand classique tiré à seulement 350 exemplaires lors de sa parution, en 1942. Le silence de la mer est une nouvelle, un récit court dont la belle prose et l’application de la concordance des temps avec utilisation systématique du subjonctif imparfait, nous réconcilient avec la langue de Molière. L’histoire n’est pas en reste. Un officier allemand utopiste séjourne chez une famille française. Celle-ci, composée d’un homme fumeur de pipe et de sa nièce lui oppose le silence. Imperturbable, l’officier se lance chaque jour dans de longs monologues prônant le mariage de leurs deux patries. Une entente cordiale entre le berceau de la musique et celui de la littérature… Bien qu’agressé par le silence de ses hôtes, l’officier francophile de la Wehrmacht restera digne et achèvera toujours ses discours par la même phrase : « Je vous souhaite une bonne nuit. »

     

    Outre Le silence de la mer, le livre reprend six autres nouvelles de l’auteur. Mis à part L’Imprimerie de Verdun, que j’estime de valeur égale au Silence de la mer, je me suis ennuyé à lire les autres. « Ennuyé » est un mot faible. Je comprends mieux désormais pourquoi Jean Bruller, alias Vercors, est considéré comme « l’homme d’un livre », malgré une quarantaine de titres publiés. Retenons également que ce même Vercors fut le fondateur des éditions de Minuit… 

     

     

    Le silence de la mer

    de Vercors

    Livre de poche n°25

  • A découvrir absolument...

    Affaires

    Ce recueil de nouvelles est une réelle bulle de fraîcheur.

     

    Des moments que nous avons tous vécu et que nous considérons presque aujourd’hui comme anodins ou banals, sont décortiqués ici avec finesse et précision. Un « Pic-nic », un marché en été, la difficulté de se réveiller, le choix d’un partenaire de danse, la fin des vacances, l’arrivée de l’automne, les souvenirs de vacances, les premières neiges.

     

    Différents objets son également mis à l’honneur, certains plus féminins que d’autres : un secrétaire, du thé, des livres, une balance, un téléphone, un dictionnaire, une carte bancaire, un sac à main, des boucles d’oreille…

     

    Les différences entre hommes et femmes n’échappent pas à la plume de l’auteur. Une façon originale d’établir des comparaisons, sujet universel et infini.

     

    On est touché en plein cœur, on redécouvre des situations et des objets faisant partie intégrante de notre quotidien. C’est un magnifique voyage, accompagné d’humour et de jeux de mots. Moments de lecture à savourer.

     

    « Affaires de femmes… mais pas seulement » résume à merveille ce recueil de nouvelles. A mettre, dès lors, entre toutes les mains… de femmes mais pas seulement…

     

    Laurence Vanrie

     

    Affaires de femmes… mais pas seulement

    de Laurence Luyé-Tanet

    éditions Corsaire – Regain de lecture, 16,00 euros

    ISBN : 978-2-35391-002-1

    Diffusion en Belgique : Memogrames

  • un éditeur à découvrir

    La bague

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Treize nouvelles et une analyse non exhaustive de l’une d’entre elles. Sujet omniprésent : l’homme et ses pulsions. On est touché en plein cœur. Treize histoires fantastiques, certaines plus tendres que d’autres, mais aucune ne nous laisse indifférent.

     

    Une bague, la tarte aux pommes de l’hôtel Grand Rivage, en balade avec le maître Pierre Roussel, une situation de « déprogramming » social par une hyperoxygénisation du corps, ou encore une échelle à l’origine de nombreux maux. Autant de sujets abordés que de situations hors du commun.

     

    Peut-on vraiment tout écrire ? Jean Lupu pose ici la question, à travers la nouvelle « L’ombre a-t-elle une âme ? ». Insolite et osée.

     

    Une plume magnifique et un style tout aussi particulier, Jean Lupu nous emmène dans un monde à part. A découvrir absolument.

     

    Laurence Vanrie

     

     

    La bague et autres nouvelles

    De Jean LUPU

    Éditions Michel Champendal

    ISBN 2-916233-05-9 – 128 pages – 12,00 €

  • Si vous avez aimé Tels pères tels fils...

    v_book_1338 

    Trois nouvelles. Trois récits impliquant un important changement de vie. Le changement, à chaque fois différent, tout comme les raisons qui l’ont vu naître.

     

    Tous les soirs à 22 heures, Pierre Lenoir écoute le journal de vingt-deux heures sur France Culture. Un jour, il décide d’écrire à cette « voix » dont il est devenu dépendant. Un échange de lettres manuscrites s’ensuit.

     

    Henri a perdu sa femme et son fils dans un accident de voiture. Allongé sur son lit d’hôpital, il se demande que faire désormais de sa vie.

     

    Un homme se réveille un matin dans un environnement inconnu. Amnésie. Incompréhension. Langage inconnu.

     

    Trois tranches de vie tragiques. Trois changements d’existence radicales, par amour ou par nécessité. Trois nouvelles liées par la réminiscence dans chacune d’elle de professions ou d’idées.

     

    On s’attache aux personnages, on est souvent pris au dépourvu et surpris de la tournure que prennent leurs « nouvelles » vies.

     

    A l’aide de citations, de digressions littéraires et cinématographiques, l’auteur nous transporte au sein même de l’existence des protagonistes.

     

    Laurence Vanrie

     

    Changements de cap

    de Pierre Simon

    Editions Glyphe – 316 pages – ISBN 978-2-35285-00-21

    Prix : 21,00 €

    www.editions-glyphe.com

  • Beigbeder le déjanté a encore frappé !

    beigbeder 

    Lorsqu’on entreprend la lecture d’un livre écrit par Frédéric Beigbeder, on peut s’attendre à tout… et à rien, car cet écrivain pétri de génie littéraire a le don d’alterner l’excellence et la médiocrité, le tout en un seul bouquin. Pour « Nouvelles sous ecstasy », il ne déroge pas à la règle. Peu épais, ce livre de poche comporte 14 nouvelles. Certaines franchement barbantes, comme par exemple les deux premières… ( un conseil, commencez directement à la troisième ), d’autres réellement désopilantes ( L’homme qui regardait les femmes I, La nouvelle la plus dégueulasse de ce recueil ), d’autres encore pour le moins originales ( Manuscrit trouvé à Saint-Germain-des-Prés, Extasy à Go-Go ). Si vous êtes quelqu’un d’ouvert avec un petit côté libertin, vous ne regretterez pas votre achat. Si par contre vous êtes un janséniste marié à une grenouille de bénitier, vous vitupérerez haut et fort contre ce texte infâme, mais vous le lirez en cachette dans votre garage.

     

    Nouvelles sous ecstasy

    De Frédéric Beigbeder

    Folio n° 3401 – 108 pages – ISBN 2-07-041358-6

  • Le coup de coeur de Laurence !

    mot compte double 

    Une invitation à nous frotter aux mots fulgurants, étonnants ou inespérés, qu’on ne peut refuser…

     

    Françoise Guérin nous emmène au plus profond des âmes, souvent dans des lieux inhospitaliers, où la parole est manquante. Le mot est cependant là, prêt à jaillir.

     

    Sincèrement surprise et étonnée par cette lecture, je la classe sans conteste au top 3 de mes lectures préférées, et celles-ci commencent à chiffrer…

     

    Psychanalyse, abus sexuel, mort, autisme, femmes battues, alcoolisme, anorexie, autant de sujets abordés. Avec tendresse et finesse, sans oublier un certain humour noir, Françoise Guérin nous emmène dans un monde de non-dits. Amatrice des jeux de mots, je ne peux que vivement le conseiller.

     

    Laurence Vanrie

     

    Mot compte double

    de Françoise Guérin

    16 nouvelles en français * 130 x 214 mm * 117 pages

    ISBN : 978-2-9600506-6-0 * 15,00 €

  • ENFANTICIDES

    enfanticidescouv2 

    Voici un petit livre carré qui aborde sans ambiguïté, sans détour, un sujet que l’on préfère taire, ranger dans le tiroir de l’oubli, et dire simplement que : « oui, il paraît que ça existe. ». La souffrance morale de l’enfant n’a cependant pas à rester lettre morte. Et Léo Lamarche nous le rappelle, à chaque nouvelle, plus dure et plus émouvante l’une que l’autre.

     

    Une gosse plongée dans le noir d’un placard sordide ; un enfant de quatre ans brutalisé jusqu’à la mort ; une petite fille victime d’un pédophile ; la puissance destructrice des mots d’adultes lancés à l’encontre d’un enfant ; la cruauté d’une sœur pour sa cadette, cruauté rendue possible par l’inconscience des parents, ou encore le poids de l’inceste, telles sont les histoires contées avec force et style. Un style qui émerveille et qui effraie tout à la fois.

     

    Ce petit livre est vendu au profit d’une association qui œuvre pour l’aide à l’enfance. Parce qu’à l’écriture doit s’ajouter l’action. Parce que votre geste d’achat n’a pas à rester sans suites. Parce que trop d’enfants de par le monde n’ont d’autre choix que celui de se taire…

     

     

     

    Enfanticides

    de Léo Lamarche – illustrations : Myriam Chauvy

    Editions l’embarcadère, 64 pages, 12,00 euros

    ISBN : 2-914728-19-0

    autodiffusion : www.lembarcadere.net

     

  • Le vent du large...

    couv_galettes 

    « Arrivé à la digue, je tourne à droite toute et je m’enfonce sur le môle, tout au bout de la jetée. Je me gare et je descends pour admirer la noirceur de la mer aplanie, pareille à un lourd rideau de velours noir étalé sur le plancher d’une scène de théâtre, plissé en deux ou trois endroits. J’ai envie de souffler plein d’air de mes poumons et je souffle. Un nuage se déplace alors et la boule blanche de la lune se dévoile en une hostie ransparente suspendue au-dessus du casino, de l’autre côté de la baie. Ça lui fait comme une auréole au casino. On croirait une Sainte Vierge et c’est si beau. »

     

    Quatorze nouvelles toutes plus belles les unes que les autres. Un pur régal de fluidité, d’aération, ou des mots vous prodiguant les effets d’une légère brise sur une mer moutonnée çà et là… Un parfum de Bretagne, une douce brutalité car les histoires que Karine Fougeray nous relate sont parfois cruelles, comme l’est trop souvent la réalité de la vie.

     

    Il y a la grand-mère et ses galettes, la justice radicale dont est victime une femme au cœur de pierre, la triple juxtaposition d’histoires de bonnes aux parcours peu reluisants ( paradoxe pour des femmes vouées au nettoyage ), la dernière journée à la plage d’un couple en pleine déliquescence, la résignation d’un homme en proie à l’appel du large, le stage de voile d’un riche non-marin, ou encore cet enterrement recrachant à la face toute l’hypocrisie d’une société établie…

     

    Publié aux éditions Delphine Montalant, ce recueil de nouvelles devrait ravir les amateurs et amatrices de belle prose…

     

    elle fait les galettes, c’est toute sa vie.

    de Karine Fougeray

    éditions Delphine Montalant

    ISBN 2-915779-00-7
    Format 15 x 21 cm, 112 pages.
    Prix public : 14,00 €

    Diffusion en Belgique : autodiffusion

    pour toute commande : www.editions-delphine-montalant.com

    courriel : lolad@club-internet.fr

    fax : 05 56 59 68 89

  • Vient de paraître aux éditions Nuit d'Avril !

    Dans lAntre 

    L’auteur, Olivier Bidchiren, n’en est pas à son premier coup d’essai. On sent, au travers de ses lignes, toute l’expérience du conteur, toute l’imagination du scénariste.

     

    Du vampire en mission au businessman cambrioleur, en passant par le touriste englué dans un monde parallèle, l’auteur nous transporte dans d’autres dimensions qui, à chaque fois, nous paraissent bien réelles.

     

    Dans sa préface, Michel Rozenberg, autre adepte de littérature fantastique, nous décrit sa passion ou plutôt son admiration pour les œuvres d’Olivier Bidchiren. Le doute n’est plus permis : Dans l’Antre des Esprits, le nouveau recueil de nouvelles fantastiques, ravira les amateurs du genre.

     

     

    Dans l’Antre des Esprits

    D’Olivier Bidchiren

    Editions Nuit d’Avril, 14,90 euros

    ISBN 2-35072-030-6

    Diffusion en Belgique : SDL Caravelle

  • nouvelles fantastiques...

    cathbru

     

     

    L’être humain a pour habitude fâcheuse de vouloir coller une étiquette sur tout, y compris sur les œuvres littéraires. Un roman, une nouvelle, un poème, un polar, un roman fantastique, un thriller, un pamphlet, un essai, les appellations de toutes sortes abondent, au point de parfois s’emmêler les pinceaux. Doit-on considérer ce livre comme un « recueil de nouvelles » ? Sans doute. Mais alors faut-il occulter le côté fantastique présent dans chacun de ces textes ? Faut-il oublier que ce livre se lit d’une traite, à l’instar du meilleur des romans ?

     

    Le texte coule aisément, mû par une clarté et une aération idoines. On y découvre des trois-mâts entièrement noirs battant pavillon de complaisance, noir également. Ambiance nauséeuse. On pénètre dans une auberge d’un autre temps. On se plaît à suivre le déroulement d’un procès exceptionnel, de par son sujet et par le fait que ce Tribunal ne siège qu’une fois tous les mille ans. On est intrigué par l’essentiel, rédigé par un vieux philosophe sur de petits calepins scolaires. On navigue au gré de ces courts récits, se laissant porter par cette brise romanesque qu’a domestiqué l’auteur.

     

    Quant à l’ultime nouvelle, Catherine Brunelle, voilà un bel hommage que rend l’auteur à Bernard Pivot, utilisant au passage, et dans l’ordre alphabétique, ces 100 mots à sauver, si chers à l’animateur d’Apostrophes et de Bouillon de culture.

     

    Catherine Brunelle et autres récits

    de Jean DAUBRET

    Editions 47, 160 pages, 15,00 euros

    ISBN 2-930272-14-7

    Diffusion : Weyrich

  •  Des nouvelles...

    couv-basso 

    Rédiger une nouvelle pourrait paraître plus simple que d’écrire un roman de 400 pages. Et pourtant, en dix ou quinze pages, l’auteur de nouvelles n’a pas le droit à l’erreur. A lui de viser juste, à chaque fois. La nouvelle s’adapte idéalement à notre rythme de vie, bousculé du matin au soir, tant sur les plans professionnel que familial. Elle s’intercale. Elle nous attire, le temps d’un trajet de métro ou de train de banlieue. Sa lecture se prolonge au-delà, par la réflexion que chacune d’elles nous provoque.

     

    Joëlle Basso s’est admirablement adaptée aux règles de la nouvelle. Elle en use. Elle en joue comme d’un instrument de musique. Dix courts récits n’ayant pas vraiment de dénominateur commun, dix textes qui nous touchent parfois, nous interpellent toujours. D’emblée, elle nous présente son « poupe », et l’on se plaît à en deviner la nature, elle nous emmène au café de la gare, dans le cabinet d’un psychiatre, elle nous fend le cœur à la rencontre d’une enfant errante, nous conte une histoire d’amour froid, inassouvi, pour ensuite s’interroger sur la définition vraie de la « femme moderne », bref, Joëlle Basso manie la langue de Molière avec dextérité, précision et ironie…

     

    La littérature n’est-elle pas avant tout une multitude d’histoires ? Joëlle Basso nous en propose dix, pour notre plus grande joie.

     

     

    Chiens de faïence

    de Joëlle Basso

    La Chambre d’échos, 144 pages, 14,00 euros

    ISBN 2-913904-28-9

    Diffusion en Belgique : Pollen diffusion

  • Une collection interdite aux hommes !!!

    Couv-homme_semence-mini

     

    L'homme semence

    Ce livre est un instant d’histoire. Ce livre est toute l’histoire d’un village du plateau de Valensole dans les Alpes de Haute-Provence. Ce livre est une histoire vécue. De nos jours, à l’heure du net, du téléphone portable, de l’invasion des médias dans notre vie quotidienne, une telle aventure n’aurait plus aucun sens. Mais en 1852, la survie d’un village dépendait de la présence de toutes ses forces vives. Or, sans homme, sans « mâle reproducteur », le village de l’auteure souffre d’avenir impossible, faute de bras puissants, faute d’équilibre, faute de semence vitale.

     

    D’un commun accord, toutes les femmes du village décidèrent que si, par chance, un homme passait par là, elles se le partageraient. Il était question de survie, de force de travail, de présence masculine et, avant tout, de son plus précieux trésor: sa semence.

     

    L’auteure soupèse chaque phrase avant de nous l’offrir généreusement. Ce texte n’est ni un roman, ni une nouvelle, ni même un récit. Non, il s’agit d’un fragment de notre humanité, d’une illustration de notre besoin de procréation, mais aussi et surtout d’un moment d’amour, que je vous invite vivement à partager.

     

     

     

     

    L’homme semence

    de Violette AILHAUD

    collection "main de femme"

    éditions Parole, 36 pages, 7,00 euros

    ISBN : 2-9524915-5-0

     

  • le prix Robert DUTERME 2004 réédité chez Nuit d'Avril

    alterations 

    La nouvelle fantastique recelle une force inattendue pour un texte dit « court ». Il laisse vagabonder notre imaginaire, se cogner çà et là à des murs virtuels et nous entraîne dans des chutes toujours efficaces. Michel Rozenberg nous empile les morts bizarres, suspectes, souvent inévitables mais toujours surprenantes, avec un naturel morbide qui a de quoi effrayer. Mais où donc va-t-il pêcher tant d’idées ? L’auteur, pour l’avoir rencontré, ne m’a pas semblé être un psychopathe. Il s’agit d’un homme débonnaire, classique en apparence mais diablement inventif face à l’écran de son ordinateur portable…

     

    Certaines des nouvelles reprises dans Altérations pourraient être adaptées au cinéma, tant Michel Rozenberg manie avec habileté l’art du réalisme malsain, de l’horreur intelligente ( pas besoin de zombis, de vampires ou de monstres décharnés ) et nous plonge dans un univers fantastique qui nous est pourtant familier. Faut-il rappeler que de grands films tels que « La Ligne verte » ou « Les évadés » ( Shawshank redemption ) ne sont à l’origine que de simples nouvelles sorties il est vrai du cerveau d’un des maîtres du genre : Stephen King.

     

    Que l’un de ses textes attire l’attention d’un producteur, c’est tout le mal que l’on souhaite à Michel rozenberg.

     

     

    Altérations

    de Michel ROZENBERG

    Editions Nuit d’Avril, 13,90 euros

    ISBN 2-35072-025-X

    Diffusion en Belgique : SDL Caravelle

  •  9 nouvelles !

    Loges%20funèbres 

    La mort. Cette chose si difficile à expliquer aux enfants, si dure à comprendre pour un adolescent et tout aussi complexe pour un adulte.

     

    Phénomène qui nous touche tous. La fin bien connue de tout un chacun. Mais également la tristes-se et la douleur qu’elle peut provo-quer lors de la disparition d’un pro-che.

     

    La vie est un cadeau. La mort, un poison qui nous effraie. De nos jours, on fait tout pour s’en éloigner.

     

    Les signes de vieillesse sont de plus en plus dissimulés grâce à la chirurgie esthétique. Dès l’âge de 30 ans, de nombreuses crèmes sont à appliquer sur nos peaux fragiles afin d’éviter rides et autres marques du temps.

     

    On ne joue pas avec la mort. Elle nous indigne. On ne la comprend pas souvent. Pourquoi telle personne ? Pourquoi maintenant ? Y-a-t-il vraiment un Dieu ?

     

    Ce livre nous étonne et nous surprend. Il met en scène des scénarios macabres réduisant la vie à son aspect le plus minimaliste.

     

    L’auteur nous propose ici neuf nouvelles. Certaines plus courtes que d’autres mais toutes éveillent en nous un sentiment macabre.

     

    Les protagonistes donnent tous la mort, chacun sa manière, chacun ses raisons. Par tristesse, par vengeance, ou même par simple jeu. L’un utilisant des êtres humains comme de véritables « crash test dummies », l’autre découpant des membres de jeunes femmes afin de reconstituer une automate qui a marqué son enfance.

     

    Le monde chrétien est également visé. Un dérivé de loft en une version machiavélique est mis en place. Ce sont les Dieux qui tirent les ficelles. Eux aussi ont besoin de se divertir…

     

    Chaque nouvelle nous plonge dans un univers différent. Nouveaux lieux, nouveaux temps, nouveaux personnages. Mais toutes nous surprennent et nous étonnent par leur diversité et leurs façons implicites de remettre en cause notre vie d’aujourd’hui et ce non sans humour…

     

    Laurence VANRIE 

    Les Loges funèbres

    D’Amelith Deslandes

    Editions Nuit d’Avril, 14,90 euros

    ISBN 2-35072-026-8

    Diffusion en Belgique : SDL Caravelle

  • De si petits secrets

    orner

    Toute notre vie, on imagine. La petite fille, le prince charmant qui la rendra heureuse. Le petit garçon, la voiture qui rendra jaloux tous ses compagnons de jeux.

     

    Au quotidien, on imagine aisément la vie des gens que l’on croise. Un jeune portant un sac à dos, sûrement un étudiant. Une femme poussant un landau, sûrement son premier enfant. On peut aussi imaginer que le jeune est à la rue et ce sac contient la totalité de ses biens, que cette dame garde l’enfant de sa sœur et qu’elle-même ne pourra jamais donner naissance.

     

    Nous sommes capables d’imaginer toutes sortes de choses, les pires comme les meilleures. Deux personnes font connaissance dans un bus, ils descendent ensemble au même arrêt. Que va-t-il se passer ensuite ? Un couple se dispute bruyamment à la terrasse d’un restaurant, la femme part la première, l’homme essaie de la rattraper. Réconciliation ? Rupture ? On peut tout imaginer.

     

    L’auteure nous propose ici une centaine de textes courts nous proposant de nous arrêter quelques instants sur les événements d’une vie, d’en constater la banalité voire parfois la stupidité.

     

    Réaliser que notre imagination peut nous jouer des tours et ce à chaque moment de notre existence. Nos certitudes les plus fondées, nos préjugés les plus ancrés… tout est remis en question par la force d’un texte simple, court et qui nous touche profondément.

     

    De cette lecture, nous ne ressortons pas indemnes. Notre imagination a été ébranlée. Mais celle-ci nous appartient et chacun à notre manière, nous la laissons vivre.

     

    L’écriture de cette brève terminée, je ne peux qu’imaginer ce que mon patron va en penser…

     

    Laurence VANRIE

     

     

    De si petits secrets

    d’Esther Orner

    éditions Metropolis – 160 pages – 17,80 €

    ISBN 2-88340-159-4

    Diffusion en Belgique : Belles Lettres

     

    Si vous voulez écouter l'interview d'Esther Orner réalisée par Nicky Depasse ( radio Nostalgie / Lire est un plaisir ), cliquez sur :

    http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/post/3840859/de-si-petits-secrets