éditions Méhari

  • Où en est l'édition numérique ?

    atelier-enrichissement-numerique.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'édition numérique poursuit sa progression. En 2014, celle-ci représentait 6,4% des ventes de livres, pour 4,1% en 2013.

    Dans le secteur de l'édition professionnelle, le numérique devient même incontournable, car il représente d'ores et déjà près de 40% des ventes.

    La répartition des supports : sur tablette et ordinateur portable (50% des lecteurs), sur liseuse (22%) et sur smartphone (28%).

    Contrairement à ce que l'on pense, cette augmentation de lecteurs en numérique ne porte aucunement à conséquence sur les ventes de livres traditionnels.

    Ce type de lecture continuera à s'accroître dans les années qui viennent, notamment grâce aux établissements scolaires qui s'équiperont de tablettes et d'ordinateurs.

    Pour l'éditeur que je suis, je ne vois pas ce développement d'un mauvais œil, bien au contraire. Le livre numérique ne coûte rien au niveau du stockage, il ne se déprécie pas, il n'a pas la sensation d'être écrasé par ses concurrents, et il se vend 60% moins cher que son cousin en papier.

    La vitrine des éditions Méhari en numérique : cliquez ici

     

    Le plus important n'est-il pas que le plaisir de lecture subsiste, quelle que soit sa forme.

     

     

     

  • Les Fêtes approchent !

    fin d'année.jpg

    LES EDITIONS MEHARI ONT BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !!!

    Cette période de fêtes est cruciale pour nous. Les commandes futures des libraires dépendront du succès de nos livres pendant cette période. Le stress monte...

    Plus que jamais, aidez-nous à pérenniser la maison d'édition belge, à lui permettre de faire son trou parmi les piles de livres des grands groupes parisiens.

    ...

    Si vous aimez rire, choisissez "Chauffeur-livreur". RIRES garantis !

    Si vous aimez les enquêtes policières et beaucoup d'action, choisissez "Rouge Novembre".

    Si vous êtes romantique, choisissez "Salle d'attente".

    Si vous voulez découvrir ce qui se cache dans le cerveau des clients des prostituées, choisissez "La tentation du lundi".

    Si vous désirez mieux appréhender l'univers glauque des prisons, choisissez "J'ai tutoyé des assassins", découverte et plaisir de lecture garantis !

    Et enfin, si vous voulez tout savoir sur l'armée et la guerre, choisissez "Inutile l'armée ?"... Une idée cadeau aussi pour un militaire, un ex-militaire, ou un féru d'histoire...

    Bref, Noël approche et la tension monte...

    Les livres des éditions Méhari ont été mis en avant dans bon nombre de librairies... Je cite notamment (pardon pour les autres) : Club Woluwe, Once upon a time (Linkebeek), Point Barre (Rochefort), Club Stockel, Club Ixelles, Club Dewand, Abao (Watermael-Boitsfort), L'ivre de papier (Jodoigne), La Licorne (Uccle), Antigone (Gembloux), Club Fort Jaco, Filigranes, Au papyrus anseremmois (Dinant-Anseremme), Librairie centrale (Beauraing), Librairie Saint-Julien (Auderghem), Club Uccle, L'Art du Livre (Nivelles) ou encore Tapage (Etterbeek).

    MERCI MERCI MERCI et bonnes fêtes à toutes et tous

    www.editions-mehari.viabloga.com

  • "Salle d'attente" disponible ce mercredi 15 octobre !

    Salle d'attente couv def.jpg

    Disponible... Ou plutôt «mis à l'office» ce mercredi 15 octobre dans «toutes» les librairies, ce roman court (128 pages) vient compléter la collection au format poche des éditions Méhari.

    «On ne s'attend jamais au coup de foudre. Celui-ci s'invite où il l'entend. Inutile de lutter, il est le plus fort. Et cela, même si le lieu choisi est la salle d'attente d'un médecin généraliste, pleine à craquer.

    Texte résolument moderne, poétique, empreint d'optimisme, d'humour et teinté d'érotisme. 

    Bâti en triptyque, ce roman court titille vos papilles littéraires et vous emmène dans un monde beaucoup moins onirique qu'il n'y paraît.»

    Pour en parler, je ne pouvais que retranscrire la quatrième de couverture... car il est toujours «compliqué» de chroniquer son propre livre...

    Après un essai, Inutile l'armée ?, il s'agit de mon deuxième ouvrage paru en 2014. Il s'agit d'un tout autre exercice, davantage orienté vers le lectorat féminin - même si les lecteurs masculins sont les bienvenus. Dans un style dépouillé, poétique, j'ai voulu créer une atmosphère exempte de phrases longues... Car la pensée n'est qu'une succession de flashes, d'impressions, de questionnements.

    En allant l'acheter dans une librairie, non seulement vous contribuerez à soutenir une jeune maison d'édition belge, mais en plus vous serez en mesure de me faire part de votre avis après lecture...

     

    Salle d'attente

    de Marc Varence

    éditions Méhari, octobre 2014

    ISBN 978-2-87588-010-9

    128 pages - 6,90 €  

     

  • Premier salon du livre pour les éditions Méhari !

    Merlieux.jpg

    Ce dimanche 28 septembre 2014, les éditions Méhari ont fait une première apparition remarquée dans un salon du livre.

    C'est à Merlieux-et-Fouquerolles, petit village de l'Aisne, entre Laon et Soissons, que la Fête du Livre annuelle a attiré près de 10 000 visiteurs, un chiffre considérable pour un bourg qui compte moins de 300 habitants.

    Très bien organisée, cette manifestation a profité d'un soleil généreux.

    Le bilan pour les éditions Méhari est positif : les ventes ont permis de couvrir les frais de la journée et de la réservation du stand, la bibliothécaire de Laon s'est montrée très intéressée par la découverte de la jeune maison d'édition, et plusieurs contacts devraient s'avérer rentables à court ou moyen terme.

    Autre constat, l'auteur et l'éditeur ont passé une journée complète ensemble sans s'être écharpés. Pas la moindre ecchymose ! Pas le moindre coup ! Pire, force est de constater qu'ils s'entendent comme larrons en foire.

    Rigolant

    Et tel le sportif soulevant la coupe du vainqueur - pour le chèque à 6 zéros, on attendra un peu -, l'éditeur a promis à la foule assemblée lui prêtant l'oreille qu'il reviendrait l'année prochaine pour faire encore mieux ! 

  • Trois projets attendent encore votre soutien !

    podium Méhari 10 mai.jpg

    Les deux premiers sont d'ores et déjà programmés et sortiront dans... onze jours, le 22 mai prochain.

    Le troisième est un nouveau projet qui recueille chaque jour des parts supplémentaires. Le sujet de celui-ci (la défense du petit commerce) concerne tout le monde.

    A partir de 10,00 €, rejoignez vous aussi la communauté méhariste...

    et, ensemble, partons à l'aventure éditoriale...

     

    Cliquez pour investir sur "La tentation du lundi", "Inutile l'armée ?", ou "La mort programmée des centres-villes"

     

  • Opposez-vous à la mort du commerce de proximité !

    Qjardon cp.jpg
    Un nouvel essai en projet aux éditions Méhari !

    La défense du petit commerce, dit le "commerce de proximité" me paraît essentiel ! Vous partagez cette opinion ? Alors, n'hésitez pas un seul instant et investissez 10, 20, 50 ou 100 € sur ce... livre.

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/la-mort-programmee-des-centres-villes

    Cinémas de quartier, boucheries, boulangeries, librairies, épiceries, lingeries, merceries, photographes, disquaires, maisons de tabac, brasseries, marchands de meubles, magasins de sport, et j'en passe.

    Quentin Jardon a enquêté, dénoncé, justifié, rappelé, remis en mémoire des boutiques disparues, interviewé, dans cet essai de 192 pages, au format poche, pour que ce livre soit accessible au plus grand nombre !

  • Brin de toilette

  • La tentation du lundi, un roman polémique...

    Poche LA TENTATION DU LUNDI cover.jpg"Comment devient-on un militant abolitionniste convaincu après avoir été un client régulier des prostituées ? Ou plutôt pourquoi ? La plupart du temps, pour les clients, la fréquentation assidue de l’univers de la prostitution se transforme en une véritable addiction. L’auteur nous en décrit les cheminements, certes crûment, sans oublier le côté sordide voire cocasse de chaque situation."

    Roman polémique écrit par Jean-Marie Blanchard, La tentation du lundi aborde un thème qui fait le buzz en France. Faut-il punir le client ? Comment combattre efficacement les réseaux de proxénètes ? Quel regard faut-il porter sur ces milliers de femmes pratiquant le... plus vieux métier du monde ?

    Le projet a dépassé 78% du budget. Une fois atteint, le livre paraîtra en "inédit poche" de manière à permettre au plus grand nombre de se le procurer. Les éditions Méhari ont encore besoin de votre soutien. À partir de 10,00 €, vous pouvez investir et participer à cette aventure éditoriale qui, selon moi, devrait jeter un pavé dans la mare...

     


    J'étais client (Infracourts 2013) par jetaisclient 

  • Le crowdfunding est parmi nous !

    Chabot-19-Septembre-2013.jpg

    Après l'album de Grégoire ou la campagne électorale d'Obama - financée à hauteur de 150 millions de dollars grâce au crowdfunding -, un film à financement collaboratif s'est vu décerner en février 2013 l'Oscar du meilleur court-métrage documentaire. "Inocente", réalisé par Andrea Fine et Sean Fine, prouve que cette méthode de financement permet à des œuvres de grande qualité à voir le jour. D'autres productions font ou ont fait appel à cette formule originale. Je pense notamment à "The Goon", "Demain la veille", "Jeux dangereux" (Michèle Laroque) ou "L'Origine de la violence" (Elie Chouraqui).

    D'après une étude récente, le crowdfunding, qui ne représente encore à ce jour qu'une petite partie des investissements réalisés en musique, en projets caritatifs, au cinéma, en édition, en recherche scientifique ou en développement de start-ups, devrait être multiplié par 100 pour atteindre la somme colossale de 1000 milliards de dollars à l'horizon 2020 ! 

    En France, vous étiez 133 000 à avoir soutenu un projet sur une plateforme de crowdfunding en 2011, 300 000 en 2012, et déjà 504 000 pour l'année 2013.

    L'édition francophone de livres ne s'est pas encore vraiment investie sur ce marché porteur. La maison Méhari fait donc figure de pionnière... L'esprit européen, trop frileux à mon goût, répète sans cesse la ritournelle : "Faites vos preuves d'abord, on verra ensuite !" Ce mode de pensée négativiste, à l'opposé de la mentalité américaine, freine les jeunes entrepreneurs, empêche d'obtenir le soutien nécessaire des banques, et peut parfois provoquer la banqueroute ou le renoncement. Assise sur ses traditions, ses habitudes, son piédestal, l'édition littéraire germanopratine refuse de voir l'évidence.

    Vous toutes et tous, soutenez ce nouveau mode de fonctionnement, cette répartition innovante des marges sur le prix de vente d'un livre, soutenez une aventure palpitante, partagée, empreinte d'optimisme... et rejoignez la communauté méhariste !

    Les deux projets actuels les plus avancés ont encore besoin de votre concours : La tentation du lundi et Inutile l'armée ?

    ENSEMBLE, PARTONS A L'AVENTURE ÉDITORIALE...

  • Inutile l'armée ? au format poche !

    Roman INUTILE L'ARMEE cover.jpg

    Modification importante : le projet "Inutile l'armée ?" initialement prévu en grand format, sera publié au format poche.

    De ce fait, le budget est considérablement réduit et le potentiel commercial augmenté grâce au prix de vente lié au poche.

    Pour soutenir ce projet et faire en sorte qu'il atteigne au plus vite son budget, investissez à partir de 10,00 € la part !


    MISEZ SUR CE PROJET !

  • Dans un peu plus de quatre mois...

    RCIT%2~2.JPG

    Dans un peu plus de quatre mois, le premier livre des éditions Méhari sera disponible dans toutes les librairies de Belgique.

    Nous en sommes aujourd'hui à l'achèvement de la correction, du remaniement, et de la mise en page. Ce travail sera bouclé pour la fin de ce mois.

    Le 18 septembre, j'aurai le plaisir de m'entretenir avec le Dr Marie Dominique Gazagnes, spécialiste en affections cérébrovasculaires et réadaptation neurologique, chef de clinique adjoint au CHU Brugmann. Celle-ci répondra aux questions essentielles, que tout le monde se pose, au sujet de l'AVC.

    Une partie du livre sera consacrée à cette entrevue, indispensable pour apporter l'avis de l'expert, ainsi que le soutien du Corps médical tout entier.

    Viendra ensuite pour moi la préparation de l'argumentaire destiné aux représentants. David Gent, notre graphiste, aura entre-temps finalisé la couverture. C'est aussi pour la fin du mois d'octobre, première quinzaine de novembre au plus tard, que le livre sera imprimé chez Laballery, dans la Nièvre.

    Le bébé de papier sera livré chez notre distributeur vers la mi-novembre, date à laquelle les journalistes prendront réception de l'ouvrage.

    La journée de promotion du livre - une journée qui s'annonce éreintante pour Marie-Paule, mais indispensable - a été fixée au jeudi 23 janvier 2014... soit quelques jours avant la sortie.

     

    Que la parution de ce premier livre ne vous empêche pas de croire en nous et - NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN - d'investir sur un projet de votre choix. Tous ces projets éditoriaux sont de grande qualité et vous permettront de vivre, vous aussi, une aventure éditoriale !

     

     

    VISITEZ NOTRE PAGE "PROJETS" DÈS MAINTENANT !

     

  • Comment se faire éditer ?

    Méha FDA.gif

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Article intéressant paru dans "Femmes d'aujourd'hui".

     

    "Avoir un style ébouriffant et rien à raconter, ça ne mène nulle part."

    "Il faut avoir une idée du public à qui on s'adresse."

    "On doit s'intéresser au monde dans lequel on veut entrer, c'est le minimum vital."

    Francis Dannemark

     

     

     

     

     

     

     

     

  • L'homme qui aimait les tueurs

    Poche L'HOMME QUI AIMAIT LES TUEURS cover.jpg

    « Je voudrais que vous enquêtiez sur moi. Je suis flic, un bon flic, sorti major de ma promotion, aujourd’hui commissaire de police. Je suis en instance de divorce, en analyse depuis trois ans et j’ai peur d’être un tueur en série… »

    L’auteur de cette étrange requête s’appelle Sylvain Macarie. Êtes-vous en face du criminel le plus retors de la planète ? L’homme est-il victime d’une effroyable machination ? Encore une question : acceptez-vous l’enquête ?

     

    Le nouveau projet des éditions Méhari !

     

    Pour investir

  • Pour les fous furieux dans mon genre...

    pub vista 1.jpg

    Un livre… Que représente cet objet pourtant anodin aux yeux de certains ? Quelle valeur réelle lui attribuer ? Quelle puissance génère-t-il ? Pourquoi faut-il se battre pour le sauver ?

     

    Quelle est votre réaction lorsque, au cours d’un déménagement, ou lors d’un rangement approfondi de votre lieu de vie, vous découvrez une caisse emplie de vieux bouquins datant de votre enfance ? Ces « bibliothèque rose » ou « verte », ces premières BD, ces livres illustrés qui vous ont émerveillé autrefois… La réponse est contenue dans la question. La larmichette à l’œil, vous seriez capable de vous y replonger aussitôt. Mais attention, que personne ne vous surprenne en train de dévorer un « Bob et Bobette » tout racorni, un bon vieux Pagnol, un Jules Verne, un Bob Morane ou pire… l’une de vos toutes premières lectures pour enfants de moins de six ans ! Et pourtant, que peut-il y avoir de répréhensible à rêver de nouveau, à réinventer des mondes que l’on croyait enfouis à jamais ? Et cette odeur caractéristique que, en cachette une fois encore, vous humez tendrement…

     

    Vous pourriez classer les livres par époques successives de votre vie. Par tranches. « Tiens, c’est vrai, cette année-là, j’ai eu ma crise de boulimie pour tel auteur ! »

     

    Rien n’est plus fort qu’un livre. Peu de films inspirés de livres en possèdent la force, la qualité, la capacité à emporter votre âme dans un monde qui vous est propre, créé de toutes pièces. Des exemples parmi d’autres ? J’ai lu « Shining, l’enfant-lumière » de Stephen King, « Papillon » d’Henri Charrière, ou «  Le client » de John Grisham, avant de voir les adaptations que l’on m’annonçait comme des chefs-d’œuvre. Cruelles déceptions. D’autres me citent l’adaptation de « Et si c’était vrai » (Marc Levy), jugée nullissime par rapport à l’ouvrage écrit. Les exemples sont nombreux.

     

    Un livre, je me plais à l’emporter partout avec moi, à le triturer, à le maltraiter – c’est mon petit côté sadique –, à lire et relire des paragraphes que j’estime bien ficelés, à en parler autour de moi, à faire partager son apprentissage, à le ranger parmi ses congénères dévorés avant lui. Pas question de le jeter, il a fait partie de ma vie !

     

    En fondant les éditions Méhari, je veux avant tout combattre à ses côtés. Car le livre papier se sent menacé. Pour cela, j’ai besoin de regrouper autour de moi une armée de lectrices, de lecteurs, d’amoureux des lettres, de ce bon vieux papier… et bien sûr d’auteurs.  J’ai besoin de vous toutes et tous. En devenant Méharistes, en permettant à cette maison de sortir de votre ordinateur pour s’installer dans les librairies, je pourrai être votre porte-parole et défendre notre passion commune.

    Aussi, par cet article rédigé en quelques minutes, cet article… non, ce cri du cœur, je tiens à vous impliquer. Soutenez ces ouvrages, qu’ils soient en grand format ou en poche, en investissant, à partir de 10,00 €, et par ce geste, vous me ferez comprendre qu’il n’y a vraiment pas de honte à avoir face à l’émotion procurée par cette invention plus que magique…

    http://editions-mehari.viabloga.com/projets.shtml

     

  • Le Professeur de scénario

    Poche LE PROFESSEUR DE SCENARIO cover.jpg

    Un écrivain de cinquante ans, auteur d’une thèse sur Sacha Guitry qui ne le menait nulle part, s’est recyclé en spécialiste du scénario. Depuis qu’il a fait ce choix, tout lui réussit : un poste stable à l’Université de Genève, des relations humaines apaisées, des amours romanesques, et même l’aisance financière. Il est persuadé que le scénario n’est pas seulement l’écriture d’un film, mais aussi l’art de diriger le cours de sa vie. Jusqu’au jour où une série d’événements mystérieux ou tragiques qui se produisent dans son département si paisible, lui donnent l’idée d‘utiliser un scénario pour faire éclater la vérité. N’est-ce pas la bonne idée de trop ?

     

    Un roman à soutenir, sur le site des éditions Méhari !

  • Les éditions Méhari dans un magazine féminin/télé

    846601.jpg

    Dans le "Femmes d'aujourd'hui" de cette semaine (du 25 avril au 2 mai), vous pouvez lire mon interview à propos des éditions Méhari !

    www.editions-mehari.viabloga.com

     

  • Notre ennemi, c'est... Amazon !

    François Hollande, dans ses discours de campagne électorale, répétait à l’envi : « Notre ennemi, c’est la finance ». Je pense qu’au niveau du monde de l’édition et de la librairie, notre ennemi, c’est Amazon. Il s’agit d’un concurrent sérieux qui occupe aujourd’hui 11% du marché. Celui-ci bouscule les habitudes d’achat des consommateurs. Et pourtant… Et pourtant, jamais Amazon ou quelque autre site de vente en ligne ne pourra, au contraire de votre libraire :

    -          vous offrir un petit café et taper la discute,

    -          vous conseiller en toute franchise,

    -          vous aiguiller vers un type d’ouvrages auquel vous n’auriez jamais songé,

    -          vous connaître, connaître vos goûts littéraires ou ceux de votre entourage,

    -          vous permettre de sélectionner le livre (ou la BD) en meilleur état et éviter à celui-ci les souffrances du transport par voie postale,

    -          organiser des rencontres-dédicaces qui vous permettent de découvrir et d’écouter les auteurs,

    -          vous délivrer une carte de fidélité,

    -          vous offrir la possibilité de rendre votre ouvrage s’il s’avère que celui-ci est abîmé, ou s’il s’agit d’un cadeau et que le destinataire le possédait déjà.

    En conclusion, il faut que tous les acteurs du livre et surtout les lecteurs s’associent et associent leurs efforts pour faire en sorte que nos enfants, petits-enfants et générations futures puissent encore flâner au milieu de piles de livres et de rayonnages bien fournis.

     

    www.editions-mehari.viabloga.com

  • Vingt secondes pour investir...

    Pub Mapau.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/misez-sur-un-projet-8

     

  • Un nouveau projet mis en ligne sur le site des éditions Méhari

    Poche LA PROMESSE FAITE A MA SOEUR cover.jpg

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/la-promesse-faite-a-ma-soeur-2

    « Avec la froide précision d’un chirurgien, Joseph Ndwaniye ouvre avec un scalpel le corps du génocide qui s’est déroulé au Rwanda. Il nous plonge au coeur d’une humanité blessée. C’est le cahier d’un retour au Pays des Mille Collines où les morts conversent avec les vivants et leur demandent de chercher et de trouver la paix pour qu’ils puissent enfin se reposer en paix. C’est un voyage dans un pays qui porte à jamais l’empreinte du génocide. »

    Fatoumata Sidibé, Amina, n° 448, 2007

     « Ce premier roman se distingue par la sorte de douceur et de bonté qui se dégagent de l’écriture, résolument sobre. Nul règlement de comptes personnels. C’est en avançant dans la lecture que l’on saura si le protagoniste est hutu ou tutsi. Né en 1962 au Rwanda et établi depuis vingt ans en Belgique où il exerce comme infirmier, l’auteur évoque la tragédie et ses conséquences, avec sensibilité, dans une langue fine, aux discrètes et néanmoins saisissantes fleurs de style. C’est comme s’il emmenait par la main le lecteur, pour lui faire comprendre ce que les images télévisuelles, souvent racoleuses, n’ont pu expliquer. Au fil des pages, on est de plus en plus touché par la retenue que Joseph Ndwaniye cultive. Un exemple de sagesse. Les écoles devraient s’emparer de ce livre, qui vaut davantage que nombre de discours. »

    Fara C., L’Humanité, 14 avril 2007

  • Bientôt en projet au format poche !

    Chauffeur-livreur, un métier... celui d'Alain Doucet. Oui, bon, lui aussi aurait peut-être préféré être agent secret, pilote de Formule 1 ou star du cinéma américain. Mais, au final, il y a nettement plus de chauffeurs-livreurs sur cette Terre...

     

    Publié en 2011 aux Impressions Nouvelles, les éditions Méhari proposeront très bientôt ce projet au format poche.

  • "Second Rôle", le huitième projet est sur les rails

    Poche SECOND ROLE A cover.jpg

    "J'habitais un quatre-mètres-sur-quatre au sixième étage d'un immeuble, dans le dixième arrondissement de Paris. Mes parents m'avaient mis dedans de force pour que je devienne indépendant. Dans mon frigidaire pourrissaient un vieux kiwi et une dizaine de yaourts périmés depuis longtemps. J'avais pour meilleures amies, des blattes. Fidèles au tapis de sol moisi de ma salle de bains, elles me foutaient la paix. Mon lit était un clic-clac qui remplissait tout mon appartement quand je le dépliais. Pour aller prendre une douche ou aller pisser, je devais l'enjamber. Pour économiser de l'espace, j'avais accroché ma télé au mur, sur un bras articulé. Comme au Formule 1. Ma chambre ressemblait à une chambre d'hôtel pour VRP. Ses dimensions me poussaient à vivre dehors. J'étais de trop dans mes quatre murs. Le soir, je rentrais le plus tard possible pour éviter mon mitard.

    Avec mes cloisons en carton, je me levais tous les matins chez mon voisin. Pour me réveiller, il me faisait écouter Europe 1. Pour aller chier, il mettait Iron Maiden. Pendant qu'il prenait sa douche, sa copine Melissa nous appelait pour savoir où il en était. Elle passait tous les matins le prendre en bas de chez nous à huit heures moins dix pétantes. Enfin, sa porte claquait et je me rendormais."

     

    Alexandre Moix signe un roman, certes parfois complètement déjanté, mais ô combien efficace. Il dépeint notre société de consommation avec une acidité de citron fraîchement pressé... et il prend soin de le mélanger à du bon, du vrai jus d'orange. Et tout cela se déguste cul-sec.

    Ce livre, les éditions Méhari le proposent au format poche. Il mérite mille fois de figurer en pile sur la table de votre libraire. Cela ne tient qu'à vous. Pour un investissement somme toute modique de 10,00 € (cela n'empêche pas d'investir plus), contribuez vous aussi au succès de ce roman aigre-doux... et rejoignez la communauté méhariste.

     

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/second-role