biographies

  • Plus de 900 pages pour conter la vie de Steve Jobs...

    9782253168522_h430.jpg

    « À partir d'une quarantaine d'interviews exclusives et de multiples rencontres avec sa famille, ses proches, ses collaborateurs, ses amis comme ses adversaires, Walter Isaacson a reconstitué d'une façon magistrale et passionnée la vie, l'œuvre et la pensée du fondateur d’Apple, l’un des plus grands innovateurs et visionnaires de notre époque. »

    L'histoire retiendra le nom de Jobs comme celui d'un génie. C'est peut-être aller un peu vite en besogne. Certes, si ce bonhomme pour le moins atypique n'avait pas existé, la marque à la pomme n'en serait pas là aujourd'hui. Mais à l'origine, il y avait aussi un autre prodige, plus effacé, plus généreux, moins calculateur, et surtout moins ambitieux : Stephen Wozniak. Sans ce grand ado amateur de canulars électroniques, il y a fort à parier que Steve Jobs n'aurait pas eu la même carrière.
     
    Mort à 56 ans, l'as du marketing qu'était Steve Jobs manque cruellement aujourd'hui. On a même l'impression que la technologie stagne quelque peu, même s'il s'agit d'une impression. Steve Jobs, c'était surtout une façon nouvelle de lancer un produit sur le marché, une conviction inébranlable de sa réussite et un pouvoir sur les autres. Ce pouvoir de persuasion, cet aplomb dans le mensonge fut appelé "champ de distorsion de la réalité" par ses collaborateurs.
     
    Jobs, ce fut aussi quelques échecs retentissants, abordés dans ce livre sans concession, un combat contre son meilleur ennemi, Bill Gates, et une liste non exhaustive de défauts. Il pouvait être cruel, menteur, borné, retors, pleurer en public en cas de contrariété, comme un gosse auquel on refuse l'achat d'un nouveau jouet. Jeune, Jobs ne se lavait qu'une fois par semaine, déambulait toujours pieds nus, se droguait, ou entreprenait des régimes alimentaires complètement loufoques. Lors de la création de la marque, il se gavait de pommes, et n'avalait rien d'autres. D'où l'origine du nom.
     
    Cette biographie se lit comme un roman, le roman d'un type pervers et génial. En tout cas, Steve Jobs ne faisait rien à moitié.
     
     
     
    Steve Jobs
    de Walter Isaacson
    Lgf n°32706, octobre 2012
    ISBN 978-2-253-16852-2
    936 pages - 8,90 € 
  • Louis XI le méconnu

    louis_xi_le_meconnu_01.jpg

    « Louis XI : une personnalité complexe, beaucoup plus attachante qu'on ne l'a dit, et surtout infiniment plus subtile qu'on ne l'a cru. Malgré une santé toujours chancelante et les misères du temps, il consacra sa vie à une France qu'il voulut forte et prospère. Avec une extraordinaire habileté politique, il brisa les grands féodaux ligués contre la Couronne, mit fin à la Guerre de Cent ans, se donna le luxe de prendre ouvertement la défense du peuple contre les grands, et s'opposa même à ce qui, en son temps, incarnait le fondamentalisme religieux, l'Inquisition.

    Parcourant sans arrêt son royaume, pour y affirmer pleinement l'autorité d'un Etat impartial, il fut le plus présent sur ce que les politiques appellent aujourd'hui le terrain. Voilà pourquoi, ses adversaires le nommèrent l'universelle araigne, la postérité lui accordant le titre de prudent, terme à prendre ici au sens de vertu.

    Aux antipodes de la légende noire, ce livre, au style caracolant, rappelle avec brio que le vainqueur de Charles le Téméraire fut incontestablement l'un des plus remarquables chefs d'Etat que la France ait connus. »

    Gonzague Saint-Bris a le don de dépoussiérer le passé, de le rendre intéressant voire attrayant. Louis XI, fondateur de la poste moderne. Louis XI, un roi "normal", proche de ses sujets. Et une foule d'idées préconçues propagées par des écrits ou par une volonté de notre enseignement : noircir le tableau du Moyen Âge !

    Or, si l'on y réfléchit bien, cette époque marqua l'édification des cathédrales gothiques de Reims ou d'Amiens. Sans oublier les vitraux de la Sainte-Chapelle, les enluminures, les vases liturgiques, les ostensoirs, les reliquaires et j'en passe. Violente cette époque ? Souvent on l'associe aux bûchers, aux tueries, à la famine ou aux mauvaises conditions de vie. Violente ? Non, certainement pas plus violente que l'époque contemporaine.

    Enfants du jacobinisme, nous refusons de voir le Moyen Âge comme une réussite, car non gérée par un pouvoir central.

    Ce livre remet bien des idées en place. Pourquoi Louis XI n'est-il pas aussi étudié que ne l'est un Louis XIV ou un François Ier ? Parce qu'il brillait moins, voire pas du tout ? Parce qu'il était considéré comme quelqu'un de laid ? Ou parce qu'il vivait au Moyen Âge, ce Moyen Âge qu'on se plaît tant à stigmatiser.

     

    Louis XI le méconnu

    de Gonzague Saint Bris

    Albin Michel, novembre 2015

    ISBN 978-2-226-32072-8

    254 pages - 19,00 € 

  • Le livre noir des tyrans

    9782754064163FS.gif

    Patrick Weber réalise une synthèse des personnalités les plus noires qui ont émaillé l'Histoire.

    Difficile d'être exhaustif devant l'incroyable quantité de tyrans. Certes, la tyrannie est un système pyramidal qui permet au sous-sous-sous-chef de pousser à bout son subalterne. L'auteur s'est donc contenté de présenter les tyrans qui ont dirigé des États pour les plus modestes, des empires pour les plus ambitieux.

    Bien sûr, parmi ceux-ci, on retrouve des têtes connues qui ont inspiré des dizaines de biographes, voire des centaines. Je pense notamment à Mao, à Jules César, à Hitler ou à Louis XIV. Mais l'auteur nous présente des dictateurs tout aussi inquiétants bien que méconnus, comme Héliogabale, Mengistu, Tseu-Hi ou Ibn Saoud.

    Instructif, bien construit, cet ouvrage permet de dresser un paysage peu réjouissant de la nature humaine dans ce qu'elle a de plus glauque, de plus nocif.

     

    Le livre noir des tyrans

    de Patrick Weber

    First, janvier 2015

    ISBN 978-2-7540-6416-3

    352 pages - 18,95 €

  • Robert Redford

    R Redford.jpg

    Contemporain de Paul Newman, Dustin Hoffman et Steve Mc Queen, il est l'un de ces «monstres du cinéma» qui, en 50 années de carrière, a marqué bien des esprits : Robert Redford !

    Georges Di Lallo, biographe et passionné de 7ème art, remet le couvert après avoir publié deux ouvrages dans la même collection chez Riveneuve, le premier consacré à Errol Flynn, le second à Dean Martin.

    Bien sûr, je connaissais les films les plus emblématiques de Robert Redford, pour les avoir vus sur grand ou petit écran : de Brubaker à Out of Africa, en passant par L'Arnaque, Proposition indécente, Les Hommes du Président, Spy Game, ou encore l'atypique L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, une quantité impressionnante de chefs-d'œuvre.

    J'avais entendu parler de son engagement en faveur de l'environnement, mais cette monographie abondamment illustrée et reprenant l'ensemble de sa filmographie m'a permis de découvrir l'homme Robert Redford. Car lorsqu'on possède un statut de star mondiale, il ne doit pas être évident de préserver une vie sentimentale et familiale.

    À l'instar d'un Clint Eastwood, Robert Redford n'a jamais hésité à franchir la ligne jaune, à se démarquer, à imposer son charisme. Cet homme qui, à vingt ans, a traversé les États-Unis en auto-stop juste pour demander la main de sa bien-aimée, mérite tout mon respect. La belle en question, Lola Van Wagenen, fut son épouse vingt-sept années durant, et lui donna quatre enfants. Le couple surmonta même la perte de leur premier bébé âgé de deux mois à peine. Un bel exemple d'amour sincère et solide... surtout lorsqu'on fréquente le monde onirique d'Hollywood.

    Robert Redford le rappelle d'ailleurs, non sans raison : «La gloire met en péril votre propre sensibilité. Elle vous place dans une position où vous risquez d'être un objet plutôt qu'un être humain... et il faut se battre pour le rester. Ça ne veut pas dire forcément que ce soit désagréable d'être célèbre.»

    Un livre à placer sous le sapin ? Pas seulement : une monographie ultra-complète qui deviendra très vite une référence pour tous les cinéphiles !

     

    Robert Redford

    de Georges Di Lallo

    Riveneuve éditions, octobre 2014

    ISBN 978-2-36013-256-0

    304 pages - 28,00 € 

  • ADAMO, 50 ans de succès

    Cover_Adamo.jpgL'Adamo gentil, lisse, et un peu désuet n'existe pas sinon dans le regard et le cœur de ceux qui se sont arrêtés à ces années 60 que le chanteur italo-belge a marquées de son empreinte. Le portrait complet et original qu'en dresse Thierry Coljon révèle une personne différente, nettement plus complexe qu'il n'y paraît. Entre drames et mystères, des années 40 à nos jours, Adamo. 50 ans de succès nous emmène de la Sicile aux quatre coins du monde. Cette biographie du chanteur nous raconte les débuts prometteurs, le succès de la seconde moitié des années 60, les périodes de doute, la traversée du désert, la lente reconquête du public et enfin la reconnaissance…

    Ce livre est le fruit de nombreuses rencontres – avec, notamment, Jean-Jacques Goldman, Alain Souchon, Julien Clerc, Arno... – , et d'une longue enquête réalisée en collaboration avec Salvatore Adamo et son entourage. À l'heure où le chanteur sicilien fête ses 70 ans, ce récit d'une vie et d'une carrière exceptionnelles est celui d'un homme finalement méconnu.

     

    Adamo, 50 ans de succès

    de Thierry Coljon

    Renaissance du Livre, octobre 2013

    ISBN 978-2-507-139-6

    240 pages - 19,90 €

  • Léopold III

    leopoldiiicouv1.jpgleopold-astrid.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Léopold III fut le plus controversé des rois des Belges. Son règne ne dura en fait que six ans, de 1934 à 1940. Pendant cette période faite de troubles, de crises, de questionnements, la valse des gouvernements fut impressionnante.

    Le Roi ne cachait pas son hostilité envers la classe politique. Et pourtant, grand admirateur de son père, de ses idées, de sa personnalité, il faisait en sorte de s'en montrer digne.

    Dans cet ouvrage exhaustif, les auteurs retracent la vie du quatrième roi des Belges, mettent l'accent sur sa préparation rigoureuse effectuée en Belgique mais aussi en Angleterre, sur ses relations difficiles avec les hommes politiques. Les noms évoqués dans ce livre (cardinal Mercier, Adolphe Max, Emile Vandervelde, Charles de Broqueville,...) nous évoquent, pour la grande majorité d'entre nous, plus que des noms de rues, de boulevards, d'avenues ou de stations de métro. On en viendrait presque à oublier leur grande influence politique.

    Avec le recul, Léopold III avait-il vraiment le choix, en mai 1940, de partir se mettre à l'abri à Limoges ou à Londres, ou de rester en Belgique ? Muré dans son silence laekenois, garant d'un quotidien moins rude pour la population, comment aurait-il dû se comporter ? Fallait-il qu'il affronte le Führer publiquement et non confidentiellement, au risque d'être déporté et peut-être perdre la vie ? D'où provient la très épineuse question royale ?

    Cette biographie répond à ces questions, de manière factuelle, sans parti pris.

     

    Léopold III

    de Vincent Dujardin, Michel Dumoulin, Mark Van den Wijngaert

    André Versaille éditeur, octobre 2013

    ISBN 978-2-87495-216-6

    400 pages - 19,90 €

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lilian.jpg

  • Goebbels, un des plus fidèles valets de Hitler !

    9782874950179_1_75.jpg

    Joseph Goebbels, dit "le petit docteur", reste, qu'on le veuille ou non, un mythe, une légende lorsqu'on évoque le mot "propagande". Sans lui, Hitler n'aurait pu autant galvaniser un peuple, le soumettre avec autant de facilité. Goebbels a sans cesse martelé la haine du Parti envers le Juif ou le bolchévique. Il est pour beaucoup dans la solution finale, envisagée beaucoup plus tôt qu'on ne le pense. Jamais dans l'Histoire un homme n'a disposé de tels moyens pour arriver à ses fins.

    Biographie ? Pas vraiment, plutôt un portrait. Portrait d'un dirigeant nazi aux écrits multiples, aux conquêtes féminines tout aussi nombreuses, comme pour se venger sur sa constitution physique. Au travers de ce démagogue invétéré, ébloui par la personnalité, le charisme de son Chef Suprême, on perçoit les fragilités, les difficultés et bien sûr les avantages de sa fonction si proche du sommet de l'Etat national-socialiste.

    Lionel Richard a réussi un ouvrage dense, exhaustif, et nous apprend bien des choses, notamment que la voix d'Adolf Hitler passait mal en radio, que ses discours semblaient atones, sans relief. Goebbels a dû mobiliser une équipe pour retoucher cette voix, et donner à ses discours une percussion adéquate.

    Avant la lecture de ce livre, je n'avais jamais entendu parler de Lida Baarova, qui fut la maîtresse, d'abord de Gustav Fröhlich, puis de Josepg Goebbels. Par amour pour cette belle actrice, le petit docteur envisagea très sérieusement de divorcer, mais le Chef Suprême ne l'entendit pas de cette oreille et chassa la rivale hors des frontières. En fait, bizarrement, si l'on y réfléchit, Hitler lui sauva la vie.

    De l'enfance à la mort du ministre, en douze chapitres, l'auteur nous plonge dans un passé certes nauséabond, mais ô combien instructif sur la nature humaine.

     

    Goebbels Portrait d'un manipulateur

    de Lionel Richard

    André Versaille éditeur, 2008

    ISBN 978-2-87495-017-9

    288 pages - 19,90 €

     

  • Patrick Edlinger, grimpeur de l'impossible...

    ma_vie_en_libre_01.jpg

    Une vie suspendue à 52 ans. Patrick Edlinger s'était lancé dans le plus difficile de ses défis, « un solo impossible », disait-il.

    Le 16 novembre 2012, il tire sa révérence au moment ou il s'apprêtait à revenir vers son public avec son livre, cette autobiographie — écrite avec son ami et confident de toujours, Jean-Michel Asselin — qui lui tenait tant à coeur. Il avait mis un point final à ce texte et était heureux de communiquer sa vérité, tout entière, de dévoiler ses fragilités. Un livre d'autant plus émouvant qu'il prend un tour testamentaire.

    L'icône de toute une génération. En 1982, La vie au bout des doigts, le film de Jean-Paul Janssen l'avait projeté dans la lumière. En quelques jours, l'ange blond qui dansait au-dessus du vide, sans corde, celui qui se tenait suspendu à 2000 mètres sur le bout des doigts, était devenu célèbre dans toute l'Europe.

    Il sera l'inspirateur de milliers de grimpeurs, à l'origine de centaines de vocations pour cette activité nouvelle qu'était l'escalade. Son génie de la grimpe, son physique d'éphèbe et la simplicité de son mode de vie ascétique contribuent à faire de Patrick un héros pour la jeunesse, un géant de l'escalade.

    Un livre... Non, mieux que ça... Un bijou ? Oui, mais plus encore... Il n'y a pas de mot assez fort pour décrire l'émotion qui m'étreint lorsque je lis ces pages. Cet homme, nous l'avons tous vu, tous traité de "demi-dingue", et tous admiré.

    Les photos sont incroyables. L'objet mérite d'être accroché - comme Patrick l'était -, voire suspendu en l'air, le souffle retenu.

    Patrick Edlinger

    de Jean-Michel Asselin et Patrick Edlinger

    éditions Guérin, février 2013

    ISBN 978-2-35221-060-3

    322 pages - 56,00 €

     

     


     

  • Les éditions Méhari veulent progresser en caravane...

    affiche Méhari.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une nouvelle maison d’édition : folie ou génie ?

     

     

    Changer le mode de pensée défaitiste et redorer le blason de la lecture-plaisir.

     

    Telle est la vocation de la toute nouvelle maison d’édition Méhari dont le lancement a lieu ce 14 janvier 2013. Le principe ? Offrir à chacun la possibilité de publier ou de s’impliquer dans un projet éditorial, grâce à un financement participatif (ou crowdfunding). Cette technique de financement qui, à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux fait de plus en plus parler d’elle, permet de sortir des cadres classiques de financement mais aussi de l’unique recherche de profit.

     

    Une plateforme d’échange…

     

    Le principe est simple : les auteurs envoient leur manuscrit. Méhari sélectionne ceux qu’elle va proposer aux internautes qui le découvriront sur le site et pourront choisir d’y investir (à partir de 10 euros), devenant alors « Méharistes ». Lorsque le budget est atteint, le livre sera publié et diffusé dans toutes les librairies de France, Suisse et Belgique. Les Méharistes percevront 80% des recettes issues des ventes.

     

    La ligne éditoriale sera subdivisée en trois pôles : la jeunesse, les essais et la littérature plaisir, et les livres seront publiés en poche ou en grand format. Du choix drastique des textes jusqu’au graphisme des couvertures et des tranches, les livres des éditions Méhari se veulent aussi qualitatifs que ceux des éditeurs traditionnels.

     

    L’opportunité de la découverte et de la nouveauté

     

    Le monde de l’édition tel que nous le connaissons ne permet pas toujours de donner sa chance à ceux qui n’en maîtrisent pas les rouages. Méhari se propose d’offrir une opportunité à chacun de publier dans les meilleures conditions possibles, avec tous les avantages que pourrait offrir un grand éditeur (distribution, diffusion, marketing, service de presse,…), le but étant évidemment que le livre se vende et que les Méharistes obtiennent un retour sur investissement.

     

    Une promotion à son image

    Méhari est le mot arabe pour dromadaire. Un animal résistant, graphique, et qui évoque l’image de la caravane, qui va de foyer en foyer pour y faire entrer la littérature en créant des réseaux. Dans cette logique, chaque Méhariste se doit non seulement d’investir financièrement, mais également d’assurer la promotion de l’ouvrage sur les réseaux sociaux. La toile est décidemment pleine de surprises et de potentiel, y compris culturel. Il suffit de pouvoir s’en servir.

     

     

    www.editions-mehari.viabloga.com

  • ARAGON

    9782732449241.jpgVoici un ouvrage qui tombe à point nommé : en décembre 2012 sera commémoré le trentième anniversaire de la mort de Louis Aragon. Un hasard ? Non, bien évidemment.

    Tout comme Victor Hugo, auquel Louis Aragon fut souvent comparé, l'écrivain fut à la fois poète et militant politique. Ce livre est, dans le jargon, une solide "brique" de 800 pages. Il ne s'agit pourtant que du premier volume qui rassemble renseignements rares ou inédits de 1897 à 1939.

    Une véritable mine d'or pour tout passionné de littérature française !

    Certes, on ne lit pas un tel document biographique comme un thriller, mais une oeuvre aussi dense que celle d'Aragon mérite de s'inscrire dans la durée et de nourrir les éternels étudiants que nous sommes.

     

    ARAGON : un destin français 1897-1939

    de Pierre Juquin

    éditions de la Martinière, novembre 2012

    ISBN 978-2-7324-4924-1

    816 pages - 29,90 €

     

  • L'appel du Sahara

    9782809904086.jpgVoilà un livre soigné, abondamment illustré, relatant trois vies atypiques, trois parcours, trois chemins sinueux qui, inexorablement, convergent vers le Sahara. La France fut très certainement la plus grande nation coloniale d'Afrique du Nord. Malgré la tragédie qui frappa la mission Flatters en 1881, assassinée jusqu'au dernier dans les sables du désert par les Touaregs, l'appel du Sahara fut le plus fort.

    Un ouvrage à la finition impeccable, couleur sépia, qui nous rappelle les destinées d'Ernest Psichari (1883 - 1914), d'Hubert Lyautey (1854 - 1934) et de Charles de Foucauld (1858 - 1916). Les auteurs ont réussi à me transporter au pays des Maures, des Touaregs, jusqu'à la ville mythique de Tombouctou.

    Merci.

     

    L'appel du Sahara

    de Judith Brouste et Pierre Brullé

    éditions Place des Victoires, novembre 2011

    ISBN 978-2-8099-0408-6

    160 pages - 19,95 €

  • Entre tes mains...

    9782704811144.jpg"La vie de Raoul Tubiana c'est l'essor de la chirurgie de la main, à laquelle il a tant contribué. Les désordres du siècle ont transformé une profession en destin, pour le petit garçon né dans les senteurs de la terre algérienne, tôt frappé par la disparition d'un frère et d'une mère, qui le rendront encore plus apte à comprendre la douleur physique et morale d'autrui.

    À l'école des grands patrons, se joignit celle de la guerre, où Raoul Tubiana rencontra deux fois le général de Gaulle, en Algérie et en Corse. Quinze ans, nuit et jour, il fut au service des grands brûlés.
    À Paris, comme à travers le monde, où consultations et conférences le conduisirent en Amérique et au Mexique notamment, peu sont en mesure de se rappeler qu'au sortir d'une salle d'opération, ce médecin féru d'art et de littérature, avait rendez-vous avec des créateurs tels qu'Audiberti, René Char, Alberto et Diego Giacometti, Zao Wou-ki, ou Tamayo. De singuliers patients...

    Peu furent aussi étroitement liés que lui à Marie Bonaparte, à Coco Chanel, à Dina Vierny, à Louise de Vilmorin et à l'éblouissante découverte de Saint Tropez...

    Ce célèbre chirurgien a quitté ses gants pour se consacrer aux mains des musiciens. N'est-ce pas à ces derniers qu'il emprunte le phrasé de ses souvenirs ? Souvenirs qui sont autant de variations sur le siècle."

     

    Entre tes mains

    de Raoul Tubiana

    éditions France Empire, octobre 2011

    ISBN 978-2-7048-1114-4

    296 pages - 22,00 €



     

  • Pierre Bergé, la biographie...

    le_faiseur_d_etoile_01.jpgCet homme à l'ego surdimensionné a de quoi être fier : une biographie lui est consacrée, et de son vivant qui plus est ! Certes, son parcours atypique, salué par l'ensemble du monde artistique, littéraire y compris, méritait cent fois une telle reconnaissance. Je veux, bien évidemment, parler de Pierre Bergé.

    Fondateur et dirigeant pendant près de cinquante ans de la maison de couture Yves Saint-Laurent, Pierre Bergé est aujourd'hui un homme d'affaires richissime, copropriétaire du journal Le Monde, excusez du peu.

    Même si l'on n'est pas fan du personnage, l'ouvrage rédigé par Béatrice Peyrani sort d'une ombre toute relative un Pierre Bergé qui, parvenu à l'automne de sa vie, demeurera à n'en point douter l'un des plus grands patrons et mécènes du vingtième siècle.

     

    Pierre Bergé - le faiseur d'étoiles

    de Béatrice Peyrani

    Pygmalion, septembre 2011

    ISBN 978-2-7564-0307-6

    384 pages - 22,00 €

  • Padre Pio, un homme d'exception !

    9782845922624.jpgLe jour où j'eus la chance de rencontrer Gerald Messadié, il me parla longuement, et avec la passion dont il est coutumier, du livre qu'il était en train de rédiger : une biographie de Padre Pio...

    Canonisé en 2002 par Jean-Paul II, Padre Pio dut pourtant subir près de quarante années de persécution et d'isolement forcé, des oeuvres de la Curie romaine. Un scandale ? Oui, et non. Porteur des stigmates du Christ, capable de bilocation, comme de guérir miraculeusement des pathologies incurables, Padre Pio était une icône vénérée par des milliers de fidèles. L'ambiguïté apparaît à la fin de l'ouvrage, sans pour autant renier les pouvoirs occultes du capucin.

    Loin d'être le chef-d'oeuvre auquel je m'attendais, ce livre a été rédigé avec rigueur et pragmatisme.

     

    Padre Pio ou les prodiges du mysticisme

    de Gerald Messadié

    Presses du Châtelet, 2008

    ISBN 978-2-84592-262-4

    192 pages - 17,95 €

  • rue du blog Gambetta

    9782708968899
    Dans le genre barbant, difficile de faire mieux que cet ouvrage, même si, je le concède volontiers, le sujet n'a rien d'hilarant. La biographie de Léon Gambetta, grand personnage politique français du 19ème siècle, se veut exhaustive... et elle l'est, au point de retranscrire bon nombre de ses discours enflammés.

    Cet ouvrage s'adresse donc principalement aux historiens ou aux étudiants, sans oublier les milliers de personnes qui résident rue, boulevard, ou avenue Gambetta, et qui, très curieux, désirent un savoir plus sur ce nom célèbre.

     

    Léon Gambetta

    de Pierre Barral

    éditions Privat, 2008

    ISBN 978-2-7089-6889-9

    320 pages - 19,00 €

    POUR ACHETER CE LIVRE !

  • Jacques Secrétin... un grand champion.

    secretin
    "Il m'est rapidement apparu que la réussite n'était pas liée à l'argent : on peut gagner beaucoup d'argent et être malheureux. J'ai d'ailleurs fréquenté quelques milliardaires plutôt tristes. On dit souvent qu'il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade... Pour moi, il vaut mieux être passionné. sans passion, la vie ne vaut rien."

    Sa passion depuis sa plus tendre enfance : le tennis de table ! Jacques Secrétin a empilé les titres, les distinctions, les records de longévité. Y aurait-il eu Gatien, Legoût, Chila et Eloi s'il n'y avait pas eu Secrétin ? On peut se le demander.

    Ce livre, c'est sa vie, écrite simplement, car Jacques Secrétin est un homme simple, parfois déçu par les politiques, par les mesquineries sportives et extra-sportives. Il s'est forgé un palmarès incroyable. De son sport, il en a conçu un spectacle, le TT Show, au succès retentissant.

    Cette autobiographie écrite à deux mains (Jacques Secrétin ne le cache pas), préfacée par David Douillet, a confirmé mes impressions premières lorsque je l'ai rencontré pendant le dernier salon à Paris. Un homme qui aime son sport, et qui ne demande qu'à nous communiquer sa passion.

     

    Je suis un enfant de la balle

    de Jacques Secrétin

    éditions Jacob-Duvernet, 2007

    ISBN 978-2-84724-142-6

    192 pages - 19,90 €

  • La biographie non autorisée

    Depardieu

    Certes, Patrick Rigoulet n'y va pas avec le dos de la cuiller... un peu façon Depardieu. Certes, Gérard Depardieu a tenté d'empêcher la parution de ce livre. Mais il était à mon sens utile de mieux connaître celui qui a collectionné les récompenses au cinéma.

    Gérard, surnommé "Pétarou" parce qu'il pète où il se trouve et quand bon lui chante, surnommé également "le gros" car lorsqu'il campe le personnage d'Obélix, il n'a pas de gros efforts à fournir, est un homme égoïste, bourru, pas "mal éduqué" mais "pas éduqué du tout" qui court comme un forcené après le fric.

    Pas très glorieux pour le Monsieur Jean de Pagnol ou Cyrano de Bergerac. Alcoolique touchant à la drogue, Gérard Depardieu agit tel un parrain de la mafia dans le milieu du cinéma.

    Oui, ce livre m'a plu. A la place de Patrick Rigoulet, j'éviterais de croiser la route de l'acteur-viticulteur-pétrolier, au risque de se prendre un coup de boule dont il a le secret.

     

    Gérard Depardieu, itinéraire d'un ogre

    de Patrick Rigoulet

    éditions du Rocher, 2007

    ISBN 978-2-268-06288-4

    336 pages - 19,90 €

  • MARGUERITE DURAS !!!

    duras

    Que l’on soit un lecteur « durassien » ou non, on ne peut nier l’importance du personnage « Marguerite Duras » dans le paysage littéraire de notre défunt 20e siècle. Passant outre la réputation d’avarice et de mauvais caractère de Marguerite Duras, je me suis surpris à découvrir la vraie Marguerite, grâce à la plume de Jean Marc Turine, un auteur bruxellois, qui fut l’un des proches de la famille Duras.

     

    Emaillé de nombreuses lettres et photos, ce livre revêt une valeur de coffre-fort dont la porte s’est enfin ouverte dix ans après le décès de l’écrivaine ayant reçu, souvenez-vous, le prix Goncourt en 1984 pour L’amant.

     

    Le fait que ce livre ait été publié par une modeste maison suisse – Metropolis – et non par Gallimard, Seuil, Grasset ou quelque autre institution parisienne, démontre une nouvelle fois que le monde de l’édition ne doit pas se borner à quelques rues du 6e ou du 7e arrondissement de Paris. La qualité se nourrit de la diversité et il faut impérativement assurer la survie de celle-ci.

     

    Jean Marc Turine signe une œuvre utile, plaisante et rudement bien documentée.

     

    « La vie est une sorte d’épiphénomène planétaire d’une absurdité totale, mais qu’il faut quand même vivre, alors on trouve des palliatifs à cette inanité, à cette absurdité totale que sont les religions etc., etc. Bon, ce n’est pas parce que Dieu n’existe pas qu’il faut se tuer, je pense que c’est parce que Dieu n’existe pas qu’il faut s’en foutre et être joyeux… »

    Marguerite Duras

     

    5, rue Saint-Benoît

    3e étage gauche

    Marguerite Duras

    de Jean Marc TURINE

    Editions Metropolis, 224 pages, PV 28,00 euros

    ISBN 2-88340-164-0

    Diffusion en Belgique : Belles Lettres

     

  • J'ai découvert le poète... et l'homme Reverdy !

    Reverdy

     

     

    A l’énoncé du titre et de ce nom, peu connu pour ne pas dire inconnu, la crainte de devoir subir une biographie lourde et rébarbative m’envahit. Cependant, dès la première page, l’auteur rassure et l’on se plaît à découvrir l’artiste, l’homme qu’était Pierre Reverdy. On lit ce livre comme l’on se baigne dans les eaux transparentes de la mer Rouge. On se transporte par la pensée à l’aube du vingtième siècle, à l’époque où l’on déambulait dans Paris sans courir le risque de mourir écrasé à chaque carrefour, à l’époque où vivaient les Apollinaire, Picasso, Braque, Max Jacob et tant d’autres…

     

    Malgré son talent littéraire immense et reconnu, Reverdy n’en était pas moins un homme acariâtre, difficile à supporter, fruit il est vrai de parents au parcours atypique, semé d’embûches. Le poète se retira durant les trente-quatre dernières années de sa vie à l’ombre de l’abbaye de Solesmes, vivant totalement reclus en compagnie de son épouse, lui servant de garde-barrière, de vigile et d’exutoire pour passer ses colères.

     

    De son œuvre riche et abondante, les premières éditions imprimées à tirage limité doivent valoir leur pesant d’or sur le marché de l’art. N’avait-il pour amis une kyrielle de peintres illustres qui acceptaient d’illustrer ses ouvrages ? Bien sûr, ces livres-objets n’ont de valeur réelle que pour les amateurs éclairés. Après tout, peut-être le deviendrez-vous après avoir lu ce livre consacré au poète ?

     

     

    Dans les pas de Pierre Reverdy

    de Claude Cailleau

    Editions du petit pavé, 280 pages, 18,00 euros

    ISBN 2-914728-19-0

     

    note aux libraires : pour toute commande, veuillez contacter l'éditeur

    ( http://actu-livres.skynetblogs.be/post/3922042/editions-du-petit-pave )