BD

  • Aïna

    9782800166964_1_75.jpg

    « Parfois, de grands drames se nouent sous nos yeux, au détour d'une rue. Mais parfois, avec un peu de chance, ils se déroulent sous ceux de Jérôme K. Jérôme Bloche, le célèbre détective privé.

    C'est le cas de celui de la jeune Aïna, poursuivie par un impressionnant colosse dans les rues de Paris. Le hasard l'entraîne d'abord dans l'épicerie de Burhan, qui alerte son ami Jérôme. Puis elle trouve refuge dans l'église du père Arthur, qui s'interpose entre elle et son agresseur et qui lui offre gîte et couvert.

    Mais la jeune femme ne parle que swahili, et en dehors de son air effrayé, difficile d'en savoir plus...

    Quelques heures plus tard, Arthur reçoit la visite d'hommes qui se présentent comme ses employeurs, récupèrent la jeune fille de force et s'enfuient dans des voitures aux plaques diplomatiques. »

     

    Le comportement étrange d'Aïna alerte Jérôme qui, instinctivement, tente de dénouer l'intrigue. Vingt-cinquième tome de la série, ce n'est certainement pas le meilleur, mais on y retrouve malgré tout ce qui fait son succès : la bonhomie de Jérôme, la qualité du scénario, ainsi que la conduite sportive de Babette.

    Jérôme K. Jérôme Bloche fait aujourd'hui des grands classiques de la bande dessinée. Voilà un antihéros qui, au fil des albums, prend une place de plus en plus conséquente sur nos étagères déjà bien encombrées. Et pas question de le déloger.

     

    Jérôme K. Jérôme Bloche

    tome 2 : Aïna

    de Dodier

    Dupuis, mars 2016

    ISBN 978-2-8001-6468-7

    48 pages - 12,00 €

     

     

  • La stratégie du chaos !

    hedge-fund-tome-3-strategie-chaos.jpg

    Troisième volet de cette trilogie. Bilkaer le manipulateur va-t-il parvenir à ses fins ?

    Même si le personnage principal ne m'est pas vraiment sympathique, mérite-t-il sa perpétuité ? 

    La série financière revient sur la crise des "subprimes", sous un angle extrêmement cynique... mais aussi très réaliste.

    Le dessin n'est pas le point fort de cette BD, mais le scénario rattrape l'ensemble et fait de cette série une œuvre réussie, assez didactique.

     

    HEDGE FUND

    tome 3 : La stratégie du chaos

    Scénario : Tristan Roulot & Philippe Sabbah

    Dessin : Patrick Hénaff

    Le Lombard, octobre 2015

    ISBN 978-2-8036-3454-5

    56 pages - 12,00 € 

  • Le Testament Zarkoff

    9782344005033-L.jpg

    Après "Le réseau Aquila", voici un deuxième diptyque tout aussi réussi. 

    Novembre 1918. La Grande Guerre s'achève. Mais pour Silas Corey, toujours locataire de la suite royale du Lutetia, cela ne fait que commencer. 

    La mère Zarkoff, la vendeuse d'armes milliardaire, va s'éteindre d'ici peu. Elle dépérit à vue d'œil. L'héritage est immense. Les chacals se pressent, mus par l'odeur du gain. Parmi eux, un certain Rudy von Sebotendorff, d'apparence débonnaire. D'apparence seulement.

    Silas est engagé par la mère Zarkoff pour lui ramener son fils naturel. Mais rien n'est moins simple. Celle-ci n'a pas été aussi prudente que Nerio Winch ("L'héritier" Largo Winch, de Jean Van Hamme et Philippe Francq).

    Dans un Munich dévasté, une Bavière hésitant entre un communisme rigoureux et une dictature de redressement, Silas Corey aura affaire à forte partie.

    Fabien Nury et Pierre Alary nous régalent, nous tiennent en haleine, tout en se basant sur des vérités historiques qui, avec le recul, ont de quoi donner froid dans le dos.

     

    SILAS COREY

    Le Testament Zarkoff

    Glénat

    tome 1 : ISBN 978-2-344-00161-5, janvier 2015 

    tome 2 : ISBN 978-2-344-00503-3, janvier 2016

    64 pages - 14,95 €

  • Le réseau Aquila

    9782723483926-L.jpg9782723483933-L.jpg

    Silas Corey est un personnage énigmatique : détective, tueur, espion à la solde du plus offrant et patriote. Car l'action se déroule en 1917 alors que Joseph Caillaux occupe le poste de président du Conseil, et que Georges Clémenceau ronge son frein en coulisse. 

    Ce dernier engage Silas pour mettre la main sur un reporter de "L'homme enchaîné", disparu depuis peu. 

    Entre la mère Zarkoff, vendeuse d'armes, le colonel Ledoux du 2ème Bureau, Clémenceau et enfin Aquila, l'espion allemand, les intérêts de chacun s'entremêlent. Au milieu de tout cela, Silas Corey garde son flegme. 

    Fabien Nury et Pierre Alary nous proposent un cycle admirablement construit. En tous points, détails historiques compris !

     

    Silas Corey

    Le Réseau Aquila

    Glénat

    tome 1 : ISBN 978-2-7234-8392-6, janvier 2013

    tome 2 : ISBN 978-2-7234-8393-3, octobre 2013

    64 pages - 14,95 €

  • DILEMMA

    dilemma (1).jpgdilemma.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Que faire quand on a dans les mains toutes les clés pour faire perdre ou gagner une terrible guerre à venir ? Peut-on rester un patriote dans un pays dirigé par les nazis ?

    Grèce, 1934. Un jeune archéologue allemand découvre des manuscrits anciens au fond d'une grotte. Ils ont été rédigés par de grands philosophes tels que Platon ou Aristote, sur le thème du déterminisme. Par jeu, ces penseurs ont tenté de prévoir l'avenir du monde en se basant sur les éléments qu'ils en connaissaient. Et ils semblent avoir réussi. »

    GÉNIAL !!! Voici mon premier gros coup de cœur de l'année 2016 !

    Bien sûr, on peut y déceler quelques faiblesses, comme le manque de profondeur de certains personnages, le simplisme, les retours en Grèce antique qui ont parfois tendance à sonner creux. Mais, en dépit de ces désagréments, j'ai dévoré l'album, et là, c'est gagné !

    Deux fins possibles, deux versions ! 

    Si le récit débute à merveille, j'ai comme l'impression que l'auteur a dû serrer les boulons pour rentrer dans un 128 pages, qu'il n'y est finalement pas parvenu. Il lui aurait fallu 172 planches pour réaliser un travail parfait, mais en BD, il faut rentrer dans des cases. Dommage car cet album, je l'aurais encore plébiscité davantage s'il avait été plus complet.

     

    DILEMMA

    de Clarke

    Le Lombard, janvier 2016

    Version A : ISBN 978-2-8036-3579-5

    Version B : ISBN 978-2-8036-3693-8

    136 pages - 19,99 € 

  • Quand souffle le vent

    quand-souffle-le-vent-tome-1-sans-titre.jpg

    Au début du XXème siècle, dans une région minière du nord de la France, André Mortier n'a aucun scrupule à faire travailler ses ouvriers dans des conditions dantesques, ne se souciant que peu ou pas du tout de leur sécurité.

    Quand une caravane de Tsiganes vient à s'arrêter pour quelques jours dans leur petite ville, des tensions enfouies refont surface.

    Sur fond d'histoire d'amour entre Kheshalya, la belle Tsigane, et Antoine, un jeune mineur, un drame social se noue.

    Une histoire couleur sépia bien construite, parue en 2009, qu'on peut retrouver depuis peu en solderies et qui vaut vraiment le coup.

     

    Quand souffle le vent

    Scénario : Laurent Galandon

    Dessin : Cyril Bonin

    Dargaud, 2009

    ISBN 978-2-5050-0601-5

    56 pages - 14,99 € (disponible dans certaines solderies au prix de 1,00 €) 

  • Tout ça pour ça !

    alpha-premieres-armes-tome-2-solo.jpg

    Cinq années ont passé depuis la parution du premier tome. L'idée était prometteuse et l'entrée en matière plutôt réussie, malgré un scénario assez... alambiqué. 

    Éric Loutte et Emmanuel Herzet nous dévoilent enfin la suite, et tout tombe à plat. On s'y perd, entre les agents du Mossad, de la CIA, de la "CIAbis", de la sécurité de Thirdnail... À croire que même le scénariste a dû s'y emmêler les stylos.

    L'écriture est ramassée et pour lire les notes en bas de page, il faut être un jeune pilote de F-16 doté d'une vue de lynx.

    Les "plop" des silencieux, les "paw" des pistolets et les "ratak" des fusils mitrailleurs s'enchaînent, dégommant les méchants, pendant que ce bon vieux Tyler se faufile entre les impacts.

    Cinq années d'attente pour... ça. Pffff. Quelle déception.

     

    ALPHA Premières armes 

    tome 2 : Solo

    dessin : Éric Loutte

    scénario : Emmanuel Herzet

    Le Lombard (troisième vague), novembre 2015

    ISBN 978-2-8036-3236-7

    48 pages - 12,00 €

  • Les vieux fourneaux - 3ème délire

    HA HA HA ! Tu te fais vieux, Perron !

    — Forcément, j'avais pas les bonnes chaussures !

    Lire la suite

  • Les souliers rouges

    9782818925652.jpg9782818932957.jpg

    « Juin 1944. Alors que la Bretagne est occupée par le 25e corps de l’armée allemande, Jules, 20 ans, fait la connaissance de Georges, un russe blanc en exil. Alors que Jules est un jeune homme de la terre, Georges est un curieux personnage : érudit, passionné et doué de savoirs très éclectiques en sciences physiques et naturelles, comme en philosophie des hommes. De cette rencontre improbable naît une amitié profonde, basée sur l’échange, dans un contexte historique qui ne la prendra pas sous l’aile de la bienveillance... »

    Des personnages très caricaturaux émaillent cette histoire basée sur des faits réels. En effet, le village de Saint-Nicolas-de-Pélem a payé un lourd tribut à la Seconde Guerre mondiale. Du collabo pouilleux ignoble et raciste au soldat malgré lui de l'armée régulière allemande, en passant par l'officier SS fanatisé, le scénario aligne les poncifs. Mais après tout, tant mieux, c'est aussi ce qui m'a plu.

    Le dessin est agréable et l'histoire finit par vous emporter. Du suspense, de l'action, des sentiments, cette BD historique faite de planches dessinées en couleurs directes à l'aquarelle mérite qu'on s'y attarde.

     

    Les souliers rouges

    tome 1 : Georges, février 2014, ISBN 978-2-8189-2565-2

    tome 2 : L'albinos, avril 2015, ISBN 978-2-8189-3295-7

    Bamboo éditions, Grand Angle

    Scénario : Gérard Cousseau

    Dessin : Damien Cuvillier

    48 pages - 13,90 €

     

  • 20 secondes !

    Largo-Winch-20-secondes-avant-la-fin-du-suspense.jpg

    Mais où se cache la magie des premiers tomes ?

    Ce dernier album scénarisé par Jean Van Hamme met fin à une carrière unique dans le monde de la bande dessinée.

    Philippe Francq poursuivra les aventures de Largo Winch, mais épaulé par Éric Giacometti.

    Ce "20 secondes" est certes un album bien construit, plaisant à découvrir, qui ne manque pas de scènes d'action avec son lot d'hémoglobine, mais l'humour apporté par Simon, la fougue de Largo, les complots fomentés par les présidents du Groupe W, tout cela a laissé sa place à une histoire sans grand relief. Largo est même plutôt absent, au même titre que Simon. On imagine que les querelles d'ego entre le dessinateur et le scénariste n'ont pas dû aider à concevoir cet album.

    La seule fois où j'ai pu croiser Jean Van Hamme, dont j'étais le fan absolu, je fus amèrement déçu, car renvoyé dans les cordes par un type qui se croyait être le nombril du monde. Est-ce un hasard si ses collaborations successives ont toutes tourné au vinaigre ? Il faut croire que non.

    Revenons à ce "20 secondes" somme toute assez moyen. Les scènes de sexe des différents protagonistes - même Miss Pennywinkle s'y colle - surpassent très largement une intrigue qui se résoudra grâce à la force d'une commandant Veenstra dont on se demande bien ce qu'elle fait là. Tout comme dans XIII et ses autres séries, j'ai la nette impression que Jean Van Hamme s'est emmêlé les pinceaux, ou s'est pris les pieds dans le tapis, ne sachant plus comment surprendre ses lecteurs désabusés. 

     

    20 secondes

    Largo Winch : tome 20

    Scénario : Jean Van Hamme, dessin : Philippe Francq

    Dupuis, novembre 2015

    ISBN 978-2-8001-6551-6

    48 pages - 13,95 €

     

     

     

     

  • Le papyrus de César

    1507-1.jpg

    Succès assuré pour ce 36ème album des aventures d'Astérix !

    Quelque peu déçu par l'album précédent, je craignais vraiment de devoir tourner le dos définitivement à cette série qui accompagna mon enfance.

    Mais ce papyrus m'a replongé dans l'univers de Goscinny. Calembours, situations comiques, paraboles truculentes sur le monde de l'édition et de la presse, dialogues subtils, la lecture de ce dernier album m'a paru bien courte tant je me suis régalé.

     

    Le papyrus de César

    Scénario : Jean-Yves Ferri

    Dessin : Didier Conrad

    éditions Albert René, octobre 2015

    ISBN 978-2-86497-271-6

    48 pages - 9,95 €

     

     

     

  • Record du monde !

    049pf1560_8cy62_1_jpg_webrend_1280_1280.jpg

    Adjugée à

    1 563 000 € !

    Lors de la vente aux enchères chez Sotheby's à Paris, la planche issue de l'album Le sceptre d'Ottokar a crevé les plafonds. 

    Jamais une double planche d'Hergé n'avait atteint de tels chiffres.

     

     

  • Comment faire fortune en juin 40

    BD-Comment-faire-fortune.jpg

    Sambio le Corse a toujours un plan, quel que soit le pétrin dans lequel il se fourre. Franck, le boxeur taciturne aux 3 victoires pour 18 combats, sait se coucher quand on le lui demande. C'est le « gentil » de la bande. Kurtz a le sentiment qu'Hitler lui colle aux fesses, c'est pour ça qu'il a fui l'Allemagne, l'Autriche, la Pologne, et v'là qu'en juin 40, le tyran s'attaque à la France. Kurtz veut donc gagner l'Afrique, car là-bas, il en est sûr, les troupes d'Hitler n'iront jamais. La belle Ninon travaille dans l'horlogerie de son père. Elle a de l'or dans les mains, un sang-froid à toute épreuve, et sait comment faire sauter les coffres. Labeyrie, c'est le pleutre par excellence, mais c'est aussi l'un des convoyeurs d'un magot qu'a oublié de transférer le gouvernement français : deux tonnes d'or de la Banque de France ! C'est lui qui a « suggéré » de monter ce coup incroyable : braquer le fourgon. Or, en juin 40, en plein exode, dans un pays à feu et à sang, tout est possible... enfin, presque tout.

    Incontestablement l'une des meilleures BD de l'année ! Cela m'étonnerait que cette histoire ne soit pas un jour transposée au cinéma, car on a vraiment l'impression d'y être. L'action est omniprésente. Les personnages sont caricaturaux et ne manquent ni d'humour ni d'inconscience. Le dessin est parfait. Un véritable bonheur de lecture.

     

    Comment faire fortune en juin 40

    Scénario : Xavier Dorison & Fabien Nury

    Dessin : Laurent Astier

    Casterman, septembre 2015

    ISBN 978-2-203-09181-8

    120 pages - 18,95 €

  • Le calife à la place du calife !

    30-couv-55e5bf4080217.jpg

    « Pour la première fois, le grand vizir est confronté à son père. Bon sang ne saurait mentir et c'est à celui des deux qui sera le plus vil !

    Tout commence par un voyage en Inde. Victime de sa boulimie, le bon calife Haroun El Poussah s'empoisonne en mangeant une vache sacrée. Atteint de "delirium très mince" et devenu fou, le calife est déclaré inapte à gouverner. Aussitôt Iznogoud imagine qu'il va enfin "devenir calife à la place du calife".

    Coup de théâtre : le Conseil des Sages révèle que seul un héritier du calife pourra lui succéder. Il faut établir un lien de parenté entre le bon calife et son infâme vizir. Iznogoud part alors sans tarder à la recherche de ses aïeux. »

     

    Fatigant, trop chargé, les auteurs enchaînant calembour sur calembour, clins d'œil à Goscinny, cet album paraît sorti d'une époque révolue.

     

    IZNOGOUD de père en fils

    Scénario : Laurent Vassilian, dessin : Nicolas Tabary

    IMAV éditions, octobre 2015

    ISBN 978-2-915732-88-7

    46 pages - 10,60 €

     

  • Titeuf boutonne !

    9782344008461-L.jpg

    Ce n'est pas un hasard si, à chacune de ses sorties, Titeuf trône au top des ventes. Le gamin de 10 ans répond tant aux attentes des adultes que des enfants. On y retrouve la fraîcheur, la candeur, l'innocence, tout cela dans le décor de notre société moderne. Mixité sociale, exploitation des non-dits, insolence, tout y est savamment distillé.

    Car Zep est un véritable artiste - pour ceux qui en douteraient encore -, observateur de notre époque et nostalgique de la sienne. Son mélange est donc parfait.

    "Bienvenue en adolescence" est irrésistible. Vouloir ressembler à un ado, vouloir être un ado, et confronté à l'amour pluriel, Titeuf expérimente une vie nouvelle.

    « Grandis un peu ! »

    Un pur régal pour tous !

     

    Titeuf

    tome 14 : Bienvenue en adolescence

    de Zep

    Glénat, août 2015

    ISBN 978-2-344-00846-1

    48 pages - 9,99 €

     

    3258001722_1_3_2TwBMvB9.jpg

     

  • Hold-up sur pellicule

    benoitbrisefer08couv.jpg

    Benoît Brisefer est un petit garçon très fort, vraiment très fort. Il court très vite, saute très haut et soulève des charges pesant des tonnes. Gentil et serviable, il assiste Madame Adolphine à Vivejoie-la-Grande. Or, cette dernière est convoquée au commissariat pour s'expliquer sur le cas Lady d'Olphine, son sosie-robot imaginé par le génial inventeur Vladlavodka. L'histoire fait le tour des médias et convainc William B. Casting, président des studios Mondia-Films d'en faire le sujet de son prochain long métrage.

    Benoît Brisefer, c'est un peu mon enfance qui rejaillit. Le scénario n'a pas à rougir face aux précédents albums créés par Peyo.

     

    Hold-up sur pellicule

    d'après Peyo

    Scénario : Dugomier et Thierry Culliford

    Dessin : Pascal Garray

    Le Lombard, février 2015, édition spéciale pour les 48 heures de la BD

    ISBN 978-2-8036-3618-1

    48 pages - 1,00 €

  • Alerte aux Zorkons

    Couv_114380.jpg

    Spirou et Fantasio font partie de mon enfance. Mais je ne peux les dissocier du maître Franquin.

    Cette "Alerte aux Zorkons" initialement parue en 2010, représente pour moi la descente aux enfers des personnages. De grâce, cessons le carnage et souvenons-nous essentiellement des périodes Jigé, Franquin et Tome & Janry.

    Pour le reste...

     

     

    Alerte aux Zorkons

    Scénario : Fabien Vehlmann, dessin : Yoann

    Dupuis, avril 2015, édition spéciale pour les 48 heures de la BD

    ISBN 978-2-8001-6525-7

    48 pages - 1,00 €

  • Adaptation BD du roman de Pierre Lemaître !

    au_revoir_la_haut_01.jpg

    Le roman, prix Goncourt 2013, m'avait emballé, scotché.

    Une BD, c'est un compromis entre le cinéma et le livre. À l'instar du cinéma, il vaut toujours mieux ne pas avoir lu le livre avant de lire son adaptation en BD... Car le livre raconte, raconte, raconte encore... et vous emporte littéralement sur votre planète imaginaire, là où tout prend forme.

    Après avoir lu Shining, de Stephen King, j'ai trouvé le film bien peu réussi... alors que la plupart des gens vantaient l'excellence du travail de Stanley Kubrick. Même sensation pour Papillon, d'Henri Charrière, pourtant magistralement incarné par Steve McQueen. Les adaptations BD ne dérogent pas à cette règle. Je préfère les livres estampillés "Largo Winch" que les BD qui, elles, ont vraiment lancé le personnage créé par Jean Van Hamme. Les exemples ne manquent pas.

    Comment transposer toute l'émotion contenue dans "Au revoir là-haut" ? C'était tout bonnement impossible.

    Cela dit, les 176 pages de cette œuvre reflètent parfaitement l'atmosphère, cette chape de plomb qui pèse sur les personnages principaux. Christian De Metter a relevé le défi. Le résultat est vraiment admirable.

    Pour tous les fous de BD qui n'ont nulle intention de se farcir les 624 pages du roman, ceci est le meilleur compromis.

    D'autant que l'objet est magnifique, digne des plus belles collections.

     

    Au revoir là-haut

    dessin : Christian De Metter

    scénario : Pierre Lemaître

    Rue de Sèvres, octobre 2015

    ISBN 978-2-36981-199-2

    176 pages - 22,50 €

     

  • Alienor d'Aquitaine

    reines-de-sang-alienor-la-legende-noire-1.jpg9782756039411v.jpgles-reines-de-sang-alienor-la-legende-noire-bd-volume-2-735x1024.jpg

    Aliénor d'Aquitaine fut une reine de France assoiffée de pouvoir.

    À l'époque, l'Aquitaine dominait la France, de par ses possessions, l'étendue de son territoire et ses immenses richesses.

    Lorsque Louis VII voué à une vie monacale, se voit contraint à marier la belle Aliénor, il ne peut se douter que celle-ci, en bonne manipulatrice, s'emparera du trône.

    L'Histoire par la bande dessinée est une façon idéale pour mieux l'appréhender, la cerner, et l'aimer. Cette série consacrée aux reines de sang - Aliénor, Isabelle, Frédégonde - offre une autre facette de l'Histoire de France. Une très bonne idée !

  • L'oligarque

    koralovski-tome-1-l-oligarque.jpg

    L'histoire de Mikhaïl Khodorkovski revisitée : dix ans de bagne, une personnalité atypique, une fortune immense mise en pièces par Vladimir Poutine. Bref, tous les ingrédients d'un bon thriller. Mais encore faut-il pouvoir les cuisiner !

    Seulement voilà, les auteurs ont rajouté des éléments façon James Bond à une histoire qui se suffisait à elle-même. Erreur grossière ! A force de vouloir densifier, on finit par rendre l'ensemble complètement indigeste.

    Trop de sombre, trop de personnages secondaires, trop de CIA, trop de "trop"... Et le tout servi par un dessin ordinaire...

    Une série qui profitera du battage médiatique pour la sortie de ce premier tome, mais qui, je le pense, ne convaincra pas grand monde.

     

    KORALOVSKI

    tome 1 : L'oligarque

    Scénario et dessin : Philippe Gauckler

    Le Lombard, février 2015

    ISBN 978-2-8036-3530-6

    48 pages - 12,00 €

  • Balles perdues

    3285947353.jpg

    "Quand Roy Nash sort de prison, ce n'est pas par la grande porte. Ni pour des raisons banales. Le boss de la mafia de Chicago a un boulot pour lui : mettre la main sur trois indélicats qui ont oublié de partager le magot d'un braquage.

    Pourquoi Roy ? Parce que Lena, son ex, a été emmenée par l'un des gangsters, et que tout le monde sait très bien que Roy a cette fille dans la peau."

    Et ce Roy, question rafale de plombs, est plutôt doué. Et sans émotion. Lorsqu'il pénètre dans le saloon d'une petite ville de l'Ouest, pendant que son chauffeur balafré fait le plein de la bagnole, il n'hésite pas à dégainer.

    Dominée par les tons sépia, Jef nous croque à merveille cet univers noir créé par Walter Hill - oui, vous lisez bien, le même qui porta à l'écran le duo Nolte-Murphy dans 48 heures -. Les scènes d'action sont très réalistes. Le découpage laisse la place à certaines planches pleines, et magnifiques - comme celle des pages 106 et 107 -. Bref, aux côtés de Matz, Jef se sent à l'aise dans cet univers.

    L'entretien avec Walter Hill, retranscrit à la fin de la BD, laisse croire qu'il y aura d'autres collaborations entre Matz et lui. Et c'est tant mieux.

     

    Balles perdues

    Scénario : Matz, dessin : Jef

    d'après une histoire originale de Walter Hill

    Rue de Sèvres, janvier 2015

    ISBN 978-2-36981-068-1

    128 pages - 18,00 € 

  • Les Amazones de Bassaïev

    Couv_215999.jpg

    Ou l'épopée touchante d'une mère à travers la Tchétchénie, complètement ravagée par la guerre. Dans les années 90, une femme russe vit d'expédients dans le métro de Moscou. Lorsqu'elle apprend que son fils est détenu par les troupes tchétchènes, et que leur chef, Bassaïev, a promis de relâcher les prisonniers que les mères viendraient elles-mêmes rechercher, son cœur lui fait vendre le peu de valeurs qu'elle possède et, accompagnée par le chien de son fils, un terrier Jack Russell, elle s'embarque pour l'enfer.

    Bien décidée à ramener son cher fils Volodia à la maison, cette mère obstinée n'est pas facilement impressionnable, même confrontée aux pires ennemis de la Russie... Cela dit, les deux camps font preuve d'une cruauté sans pareille.

    Les auteurs nous font découvrir les combattantes, tireuses d'élite, celles qu'on surnomme «les Amazones» qui, sous les ordres de Bassaïev, font un carton sur les soldats russes pénétrant en Tchétchénie.

    Très belle œuvre bâtie en diptyque et traitant d'une guerre très peu racontée, très peu connue aussi.

     

    Amère Russie

    tome 1 : Les Amazones de Bassaïev

    Dessin : Anlor

    Scénario : Aurélien Ducoudray

    Bamboo édition, Grand Angle, juin 2014

    ISBN 978-2-8189-3113-4

    48 pages - 13,90 € 

     

  • Le tueur : clap dernière !

    Couv_225683.jpg

    Treizième et dernier tome de la série, ce "Tueur" est selon moi un album d'introspection. Moins d'action, pas de chute spectaculaire, rien de grandiose, juste du footing, un peu de voile, de philosophie et de planches certes très graphiques mais sans grand intérêt.

    On sent qu'il en a marre d'être constamment en cavale. Il n'a pas vraiment d'autre choix car même dans sa jungle, les Américains ont envoyé trois sbires pour le dézinguer lui et sa famille. Pas question donc de mettre en danger sa femme et son fils. Où qu'il aille, il aura du boulot car il y a toujours quelqu'un qui aura besoin de ses services.

    Je ne peux cacher ma déception car j'adore cette série qui orne ma bibliothèque. J'attendais autre chose comme fin. J'ai, au sortir de cet album, l'impression que le scénariste est épuisé et veut passer à autre chose, laissant son personnage principal tourner en rond, tel le poisson rouge dans son bocal.

    On peut s'attendre à ce qu'un jour le Tueur reprenne du service...

     

    Le Tueur

    tome 13 : Lignes de fuite

    Scénario : Matz, dessin : Luc Jacamon

    Casterman, juin 2014

     

  • SODA revient... On l'attendait depuis 2005...

    soda_resurrection_tome_13.jpg

    David Solomon interprète le rôle d'un pasteur lorsqu'il est chez sa mère, une femme gentille, sensible, naïve et débonnaire. Celle-ci ne sait pas que son fils est en vérité un flic de New York. Et même un superflic !

    Voilà presque quinze années que les tours du WTC se sont effondrées ! Le sujet reste délicat. Philippe Tome a fini par se lancer.

    Troisième dessinateur après Luc Warnant et Bruno Gazzotti, Dan Verlinden reprend le flambeau et tire son épingle du jeu.

    Par respect pour les victimes du 11 septembre, le fond des planches est noir. Philippe Tome n'hésite pas à remettre en question la thèse officielle qui, aujourd'hui, a du plomb dans l'aile - pardon pour le jeu de mots -.

    La mère de Soda, l'innocence incarnée, se trouve pour une fois mêlée de près à l'intrigue. Bien malgré elle il est vrai. Soda marche sur des œufs car s'il y a bien une personne au monde qu'il veut protéger, c'est bien sa mère.

     

    SODA - Résurrection

    Scénario : Philippe Tome

    Dessin : Dan Verlinden

    Dupuis, novembre 2014

    ISBN 978-2-8001-5325-4

    48 pages - 12,00 €

  • Largo Winch clap 19 !

    LARGOWINCH19_1000x600.jpg

    Dix-neuvième album. Déjà ! Dans ce « chassé-croisé », la tentation de la chair se retrouve à chaque page - ou presque - et n'épargne aucun des personnages, même ceux supposés inattaquables côté sentiments.

    Jean Van Hamme s'attaque à l'épineux problème des mouvements djihadistes... par le biais de la séduction. Essai à moitié réussi car si l'intrigue se tient et que le rythme d'un Largo Winch reste toujours soutenu, son personnage principal, à savoir le jeune milliardaire, perd en spontanéité et en surprise des premiers tomes.

    La fin de ce diptyque promet néanmoins, mais on est loin des H et Dutch Connection, ou encore La forteresse de Makiling et L'Heure du Tigre...

     

    Chassé-croisé

    Scénario : Jean Van Hamme

    Dessin : Philippe Francq

    Dupuis, novembre 2014

    ISBN 978-2-8001-5931-7

    48 pages - 13,95 €

     

  • PERICO

    perico-tome-2-perico-tome-2.jpg

    « La Havane, juin 1958. Six coups de feu claquent dans la nuit. En prenant leur service au Sans-Souci, l'un des plus grands cabarets-casinos de la ville, ni Joaquin, modeste serveur sans histoire au caractère réservé, ni Elena - Livia -, jeune chanteuse à la beauté vénéneuse, ne se doutent que cette fusillade, à laquelle ils sont totalement étrangers, va brutalement et irrémédiablement bouleverser leurs vies. »

    Dans le 2ème tome, la cavale se poursuit et les deux jeunes se rapprochent peu à peu. Fou d'amour pour sa belle, Joaquin tente de garder la tête froide et mener sa mission à bien. Dans le même temps, la beauté de Livia ne passe pas inaperçue... et elle ne fait rien pour la dissimuler.

    Ce diptyque ne se lit pas, il se dévore avec une réelle admiration pour la justesse du scénario, pour la plongée dans cette atmosphère tendue, jusqu'à la chute, tout aussi réussie.

     

    J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Philippe Berthet dans les locaux de Dargaud. Voici son interview :

    1. Tout au long de la lecture, on se dit que décidément « l'amour rend aveugle » et que Joaquin ferait bien de planter là la somptueuse créature qu'il a promis d'emmener à Hollywood. Mais finalement, est-il si aveugle que cela ?

    Philippe Berthet : On est typiquement dans les ressorts du polar ayant l'amour fou pour thème. On part d'un personnage assez froid, distant, méprisant même qui, au fil des pages, va s'adoucir et l'on va découvrir quelqu'un de beaucoup plus fragile, non seulement physiquement par addiction à la drogue, mais aussi psychologiquement.

    2. Régis Hautière est le scénariste, notamment, de petits chefs-d'œuvre tels que "La guerre des Lulus", "De briques et de sang", ou encore l'excellent "Abélard". Et voilà que Périco vient se ranger au même niveau que ces pépites. Lorsqu'on est en plein travail de création, se rend-on vraiment compte de la qualité de l'album ?

    P.B. : C'est très difficile à imaginer. En travaillant, on ne peut pas prétendre réaliser un chef-d'œuvre. Par contre, on sent très vite quand on a entre les mains un scénario important. Or, j'ai eu ce sentiment quand Régis m'a fait lire le sien.

    SDC12622.JPG3. Vous êtes Français, né dans une très belle entité à l'est de Paris... et pourtant vous êtes Belge pour tous les amateurs de BD. Étudiant au lycée français de Bruxelles, puis à Saint-Luc, à quoi rêviez-vous à l'époque ? Et vous imaginiez-vous un jour dans la peau d'un des « grands noms de la BD » ?

    P.B. : Mon père est Belge et ma mère Française. J'ai la double nationalité, mais il se trouve que je vis en Belgique depuis plus de trente ans. J'adorais dessiner et donc j'ai débarqué à Saint-Luc en me disant que ce serait peut-être un métier qui me permettrait de gagner ma vie. Mais étais-je capable ou non ? J'ai très vite compris qu'il s'agissait de ma voie. À l'époque, j'ai dû bosser énormément pour combler mes lacunes et me mettre à niveau. J'ai découvert à Saint-Luc une autre BD que la franco-belge, ce qui m'a ouvert d'autres perspectives. J'habitais Uccle, à côté de chez Peyo, et donc, pendant des années, je montrais mes planches à ce géant de la BD. Très affable, il m'a donné des tas de conseils et s'est montré très patient.

    4. Pour en revenir à PERICO, et au personnage de Livia, croit-elle vraiment à la possibilité d'échapper à Santo Trafficante ? Car, finalement, c'est elle qui sème les petits cailloux sur leur passage. De plus, une telle fille ne passe pas vraiment inaperçue, quand bien même le voudrait-elle ?

    P.B. : On peut se poser la question de savoir si elle n'est pas déconnectée de la réalité. Cela dit, elle se came, ce qui justifie certains de ses agissements. Effectivement, je ne m'étais pas posé la question. C'est vrai que quelque part elle facilite la poursuite des tueurs.

     

    PERICO 2/2

    Scénario : Régis Hautière

    Dessin : Philippe Berthet

    Dargaud, septembre 2014

    ISBN 978-2-5050-1996-1

    64 pages - 14,99 €

     

  • Actifs toxiques

    hedge-fund-tome-2-actifs-toxiques.jpg

    Franck Carvale gravit les échelons à pas de géant et ne se soucie aucunement des dégâts qu'il peut causer, tant d'un point de vue familial que sentimental.

    Le magazine «Forbes» lui consacre d'ailleurs sa Une. L'apogée ! Exhorté, financé, guidé et soutenu par le magnat ergyu Bilkaer, son mentor, Franck investit massivement dans un produit financier aussi sûr (AAA) que prometteur : les subprimes ! Placé à la tête de B.R.I.G.H.T. Capital, ce qu'on appelle un Hedge Fund (fonds spéculatif), Franck amasse les milliards et se croit devenu aussi brillant qu'intouchable.

    Mais tout cela pue le coup monté et Franck refuse d'envisager un quelconque effondrement. Son arrogance est sans limites.

    Pourtant, c'est bien lui qui connaîtra l'enfer après avoir tutoyé les sommets.

    Excellent deuxième opus de la trilogie parue au Lombard, Hedge Fund nous plonge au cœur de la haute finance internationale, un véritable panier à crabes qui se chargera de tailler en pièces le beau costard du jeune Carvale, bien trop naïf pour avoir une chance de s'en sortir.

    Belle leçon sur la folie du «tout avoir en n'ayant rien»...

     

    HEDGE FUND

    tome 2 : Actifs toxiques

    Scénario : Tristan Roulot et Philippe sabbah

    Dessin : Patrick Hénaff

    Le Lombard, octobre 2014

    ISBN 978-2-8036-3453-8

    56 pages - 12,00 €

     

  • Le Soldat

    soldat.jpg

    Henry et Wilson ont quitté leur champ pour rejoindre l'armée nordiste en pleine guerre de Sécession. En cette année 1861, les combats font rage et les pertes humaines sont colossales.

    Très différents l'un et l'autre, les deux jeunes recrues sont mises au parfum par les anciens... blasés. Wilson, le hâbleur, aborde les futures épreuves avec un fatalisme et une bonne humeur de façade. Henry, lui, se montre plus dubitatif et contient plus difficilement sa peur.

    Lors de leur premier assaut, Henry est blessé malgré lui et n'a pas résisté bien longtemps à sa lâcheté naturelle. Il est pourtant accueilli en héros, sa blessure «par balle» à la tête prouvant sa «baraka». Dès lors, Wilson et quelques autres ne lâcheront plus Henry d'une semelle, convaincus de sa bonne étoile. Brave malgré lui, Henry se voit confronté à un dilemme.

    Les auteurs nous plongent au cœur même des combats, du lourd silence qui, telle une chape de plomb, écrase l'atmosphère des batailles. Ils décrivent la camaraderie indispensable, ainsi que la «logique» des officiers supérieurs. Toute l'absurdité de la guerre est rappelée par Jim, l'ancien tombé dès la première charge.

    Basé sur La Conquête du Courage, un grand classique du roman de guerre américain, cet album détricote les différents aspects de la lâcheté qui peut s'emparer de n'importe quel soldat.

     

    Interview de Efa dans les locaux du Lombard

     

    1. L'être humain est le seul animal sur Terre à se faire la guerre. Quel est votre regard personnel sur l'âme humaine après avoir si bien dépeint les arcanes d'un régiment au combat ?

    Efa.JPG Efa : Si je place cela dans un autre contexte, je vois la masse de supporters et ce dont ils sont capables lors d'un match de football. Quand je fais la fête avec mes potes et qu'on a un peu bu, on peut faire des conneries... car l'on se sent protégé. On se dilue dans la foule. En temps de guerre, cela doit être comparable... l'adrénaline, l'excès de testostérone... Tout ça doit jouer un rôle dans l'abrutissement.

    2. La PEUR est présente tout au long de votre album. La PEUR qui paralyse, qui transcende ou qui rend fou ! Et vous-même, de quoi avez-vous peur ?

    Efa : J'ai peur de plein de choses, la peur en voiture, la peur du vide... mais je pense surtout que la peur est un redoutable moteur de création. La peur fait apparaître des images... et ces images, un artiste peut les exploiter. La peur de la mort, au combat, développe les imaginations.

    3. Pourquoi avoir détourné l'histoire originale racontée dans La Conquête du Courage ? Celle-ci n'aurait-elle pas démontré la même chose, mais par l'absurde ?

    Efa : Il faut replacer l'ouvrage originel dans son époque, à la fin du 19ème siècle. Et pour obtenir le même résultat, aujourd'hui, on a été quelque peu obligé de changer l'histoire... de la replacer au 21ème siècle. À la base, on ne sait pas si l'objectif de l'auteur était militariste ou non. Mais force est de constater que ce livre a été utilisé au premier degré, pour glorifier l'acte de guerre... Et cela, Olivier Jouvray et moi-même ne pouvions l'accepter.

    4. Les armées sont pleines de Wilson et de Henry. Les jeunes Européens, confortablement installés dans leur tranquillité, ont-ils conscience des horreurs de la guerre ? Les jeux vidéo, très réalistes, dont les ados sont friands, ne sont-ils pas une banalisation dangereuse de l'acte de tuer ?

    Efa : D'abord, en ce qui me concerne, je ne suis pas accro aux jeux vidéo. Mais le petit garçon, déjà très tôt, joue à la guerre... Quelle que soit la génération, l'être humain «joue» à la guerre. Difficile d'empêcher un enfant de prendre un bâton et d'y jouer. Au Moyen Âge, j'imagine très bien les enfants jouer avec des épées en bois.

    5. Le Soldat intègre la très belle collection «Signé» du Lombard. Comment voyez-vous cela ?

    Efa : Cela me fait très plaisir, évidemment. C'est un privilège. Et en plus, coller au 20ème anniversaire de la collection ! Que demander de plus ?

     

    Le Soldat

    Dessin : Efa

    Scénario : Olivier Jouvray

    le Lombard, octobre 2014

    ISBN 978-2-8036-3410-1

    72 pages - 16,45 €

  • L'aliéniste

    9782365775410-couv-M200x327.jpg

    Dans la petite ville d'Itaguaï, au Brésil, les fous ne sont pas soignés et déambulent parmi la population. Simon Bacamarte, éminent médecin, reconnu dans tout le pays et même au-delà, originaire d'Itaguaï, soumet au conseil municipal la proposition de fonder une grande maison où les fous pourraient être accueillis et soignés. Le Conseil accepte sa requête.

    Le médecin aliéniste fait donc construire une somptueuse demeure baptisée "Maison Verte" et, avec le concours des autorités, fait enfermer les cas les plus visibles... dans un premier temps.

    Chaque jour plus obsédé par ses recherches sur le cerveau humain, l'aliéniste finit par sombrer à son tour dans la folie, au point de faire incarcérer la plupart des habitants d'Itaguaï. Son intelligence, sa dignité, sa posture, son flegme, lui permettent d'affronter la rébellion et même d'en tirer profit.

    À la fin du 19ème siècle, le réalisme-naturalisme se confronte au positivisme d'Auguste Comte, à l'évolutionnisme d'Herbert Spencer ou encore au darwinisme. Froid, calculateur, d'un réalisme et d'un pragmatisme lui ôtant tout sentiment, Simon Bacamarte s'entoure de pleutres et choisit sa propre femme sur base de ses aptitudes physiologiques supposées à enfanter.

    BD aux tons sépia, au dessin très affirmé, très efficace, dont le scénario s'inspire d'une œuvre magistrale publiée en 1882 par Joaquim Maria Machado de Assis. Critique sociale percutante, "L'Aliéniste" nous oppose à nos peurs, à nos faiblesses, à nos croyances.

    Cet album, publié chez Urban Comics, se démarque, saute littéralement aux yeux lorsqu'il est présenté sur les étals des libraires spécialisés.

     

    Une véritable pépite dénichée en Amérique du Sud !

     

    L'Aliéniste

    de Fabio Moon et Gabriel BÁ

    Urban Comics, septembre 2014

    ISBN 978-2-3657-7541-0

    72 pages - 14,00 € 

  • Vieux fourneaux ! Bonny and Pierrot

    vieux-fourneaux-tome-2-bonny-and-pierrot.jpg

    C'est de la bombe !

    Une bombe qui vous tord les boyaux, tant vous vous marrez ! Une bombe qui vous nettoie les neurones, tant vous constatez la désolation de notre société d'aujourd'hui ! Une bombe dont le souffle vous emporte loin, très loin, au cœur de l'intrigue !

    Les éditions Dargaud tiennent là une série en or... non, en platine ! Avec Wilfrid Lupano (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Ma révérence) à la manœuvre, et Paul Cauuet au volant, tout, je dis bien tout titille les sommets.

    Pour ceux qui viendraient d'atterrir, et qui donc ne connaîtraient pas "Les vieux fourneaux", une série dont le premier tome avait déjà emballé tant les libraires que le public, voici l'histoire de trois vieux potes de plus de 70 balais... et donc d'amitiés solides. Et après 50 années, on se dit tout, on révèle ses côtés obscurs, on se permet tout aussi. C'est notamment le cas de Pierrot, Pierre Mayou, cofondateur de «Ni Yeux Ni Maître», un club commettant des attentats gériatriques ! Mais oui, fallait l'inventer ! Cela consiste... Mais non, je ne voudrais pas le dévoiler car vous le découvrirez en dévorant la BD...

    Ce deuxième tome tourne cette fois principalement autour de Pierrot. Celui-ci reçoit, par colis postal, une somme de 200 000 € en billets de banque. Cela ne l'émeut pas trop, mais ce qui le foudroie littéralement, c'est le papier qui l'accompagne, signé "Ann Bonny", son plus grand amour de jeunesse qu'il croyait morte ! De là s'engage une quête absolue ! Il n'a plus qu'une idée en tête : la retrouver !

    BD 5 étoiles, 9,99/10 (pour ne pas donner 10), au trait magique... tragi-comique, servant aussi de révélateur (de la simple baguette à... On devine une anecdote qui serait arrivée au scénariste et qu'il aurait notée aussitôt), à mettre dans toutes les mains !

     

    Les Vieux fourneaux

    tome 2 : Bonny and Pierrot

    Scénario : Wilfrid Lupano

    Dessin : Paul Cauuet

    Dargaud, septembre 2014

    ISBN 978-2-5050-6163-2

    56 pages - 11,99 €

    LVF1.jpg