Prédateurs

9782266188784.jpg

« Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les soldats, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu par des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire en est convaincu : c’est l’oeuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclenchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur. Frewin oriente alors son enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forme un cercle très spécial…»

N'ayant jamais lu de roman écrit par Maxime Chattam, j'ai voulu m'y plonger pour mourir - un peu - moins idiot. Sans révolutionner le genre, l'auteur utilise tous les poncifs et entraîne le lecteur dans un suspense très prévisible. Tout au long des quelque 81 chapitres, j'ai espéré me tromper. Une lueur d'espoir entretenait l'idée que ce grand vendeur de livres me surprendrait. Eh bien non ! Pas du tout ! 

Les scènes gore ne servent pas à épicer le récit, certains chapitres sont ennuyeux à... mourir, la "perspicacité" du lieutenant Frewin agace. Bref, même si ce thriller se lit sans difficulté, il n'a vraiment rien d'exceptionnel.

 

Prédateurs

de Maxime Chattam

Pocket n°13910, mai 2009

ISBN 978-2-266-18878-4

570 pages - 8,50 €

 

 

 

Les commentaires sont fermés.