• Aïna

    9782800166964_1_75.jpg

    « Parfois, de grands drames se nouent sous nos yeux, au détour d'une rue. Mais parfois, avec un peu de chance, ils se déroulent sous ceux de Jérôme K. Jérôme Bloche, le célèbre détective privé.

    C'est le cas de celui de la jeune Aïna, poursuivie par un impressionnant colosse dans les rues de Paris. Le hasard l'entraîne d'abord dans l'épicerie de Burhan, qui alerte son ami Jérôme. Puis elle trouve refuge dans l'église du père Arthur, qui s'interpose entre elle et son agresseur et qui lui offre gîte et couvert.

    Mais la jeune femme ne parle que swahili, et en dehors de son air effrayé, difficile d'en savoir plus...

    Quelques heures plus tard, Arthur reçoit la visite d'hommes qui se présentent comme ses employeurs, récupèrent la jeune fille de force et s'enfuient dans des voitures aux plaques diplomatiques. »

     

    Le comportement étrange d'Aïna alerte Jérôme qui, instinctivement, tente de dénouer l'intrigue. Vingt-cinquième tome de la série, ce n'est certainement pas le meilleur, mais on y retrouve malgré tout ce qui fait son succès : la bonhomie de Jérôme, la qualité du scénario, ainsi que la conduite sportive de Babette.

    Jérôme K. Jérôme Bloche fait aujourd'hui des grands classiques de la bande dessinée. Voilà un antihéros qui, au fil des albums, prend une place de plus en plus conséquente sur nos étagères déjà bien encombrées. Et pas question de le déloger.

     

    Jérôme K. Jérôme Bloche

    tome 2 : Aïna

    de Dodier

    Dupuis, mars 2016

    ISBN 978-2-8001-6468-7

    48 pages - 12,00 €

     

     

  • Le bigorneau fait la roue

    41uX0OIcyUL._SX195_.jpg

    « Marc est un jeune étudiant rêveur, paresseux et cultivé. Il est temps de devenir un homme et dresse son propre bilan de compétences : la seule chose qui le motive vraiment dans la vie, c’est le grand amour, et il lui faut bien reconnaître qu’en la matière, il est le pire des cancres.

    Il part se ressourcer dans sa famille, en Bretagne, auprès de ses parents et de sa grand-mère qui lui révèlent un grand secret : ce qui fait durer les couples, c’est l’incompréhension mutuelle !

    Il transforme alors cette conviction en plan de bataille et décide de tenter sa chance à l’international, auprès d’étrangères dont il est sûr qu’elles ne le comprendront pas.

    Marc va se lancer au fil des ans dans trois campagnes téméraires, en Italie, aux États-Unis et en Russie. Malheureusement pour lui, les femmes sont les plus clairvoyants des stratèges, et il lui faudra affronter des débâcles sanglantes avant de prétendre à une galante victoire. »

    Mis à part un titre peu porteur et une couverture assez moyenne, l'auteur m'a emporté dans sa quête effrénée. Je me suis d'autant plus facilement identifié à lui que le narrateur porte le même prénom que moi. Cela peut paraître idiot, certes, mais la science des prénoms fait des miracles.

    Roman léger qui nous berce par son humour, par sa dérision, par le décalage de cultures qui peut entraîner d'improbables catastrophes. C'est notamment le cas aux États-Unis, lorsqu'il soulage sa vessie contre un arbre. Sacrilège !

    Ce livre m'a accompagné pendant les vacances de printemps (de Pâques pour nous, Belges). Et je ne le regrette absolument pas, car je l'ai avalé en trois ou quatre jours. En ce laps de temps, grâce à la construction de ce récit truculent, j'ai donc voyagé en France (en Bretagne plus précisément... d'où "le bigorneau"), en Italie, aux États-Unis, et enfin en Russie.

    Hervé Pouzoullic nous délivre un premier roman on ne peut plus prometteur.

     

    Le bigorneau fait la roue

    d'Hervé Pouzoullic

    éditions Anne Carrière, mars 2016

    ISBN 978-2-8433-7811-9

    240 pages - 18,00 €