L'icône rouge

61Xz0qE+XZL.jpg

« Au plus fort des combats, deux soldats russes cherchent refuge dans la crypte d'une église allemande. Ils y découvrent une icône d'une valeur inestimable, que tout le monde pensait détruite. Une fois informé, Staline ordonne à son meilleur détective, Pekkala, de découvrir comment elle a pu se retrouver là. L'enquête de "l'Œil d'Émeraude" le met rapidement sur la piste des Skoptsy, une secte chrétienne dont les membres ont été pourchassés par le passé par la police secrète bolchévique.

Les rares survivants se sont regroupés et se cachent dans les forêts de Sibérie. Alors que l'icône resurgit, les Skoptsy sont prêts à tout pour remettre la main sur ce qu'ils estiment être leur plus grand trésor, et menacent l'ensemble du peuple russe d'une nouvelle arme terrifiante. »

Intrigue palpitante et bien ficelée, sauts dans le temps, personnages fictifs mêlés à des personnalités bien réelles qui ont marqué l'Histoire, meurtres, suspense, ce sixième opus des aventures de l'inspecteur Pekkala se lit d'une traite. Les éditions Anne Carrière tiennent en Sam Eastland un maître du genre. Cela dit, il avait déjà publié chez Grasset dans les années '90, sous son nom véritable : Paul Watkins.

En tout cas, à la lecture de sa bibliographie, pas besoin de chercher bien longtemps le fil rouge des ses œuvres...

 

L'icône rouge

de Sam Eastland

éditions Anne Carrière, février 2016

ISBN 978-2-8433-7764-8

336 pages - 22,00 €

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.