• Place Colette

     

    place_colette_01.jpg

    « Après Laissez les cendres s'envoler, Nathalie Rheims explore une partie inédite de sa vie : son premier amour, à l'adolescence, et ses débuts de comédienne au théâtre.
    À l'âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d'une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d'hôpital, le corps prisonnier d'une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l'opère et la sauve.

    La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la Comédie-Française et de la place Colette. Le jour de ses 13 ans, elle entre dans la loge d'un comédien dont elle est tombée amoureuse. Bien qu'il ait trente ans de plus qu'elle, elle lui propose de devenir son cadeau d'anniversaire.

    Ce roman, qui aurait pu s'intituler Détournement de majeur, est l'histoire d'une double initiation, à l'amour charnel et à la passion du théâtre. Écrit à la première personne, il est pourtant aux antipodes de ce que l'on qualifie d'autofiction : le mensonge enveloppé dans une rhétorique de vérité.

    C'est un « roman-vrai », où l'auteure se cherche et finit par faire tomber le masque. »

     

    À côté des nombreux romans de la rentrée... rentrée bien mièvre cette année, voici un ovni littéraire salué par la critique.

    Nathalie Rheims manie la plume avec dextérité. Elle émeut d'autant plus le lecteur que ce roman est autobiographique. La passion ne dévore que celui qui renonce, pas le genre de Nathalie Rheims qui va au bout d'elle-même, par-delà toute raison. Belle réussite !

     

    Place Colette

    de Nathalie Rheims

    éditions Léo Scheer, août 2015

    ISBN 978-2-756-109176

    320 pages - 20,00 €

  • La chambre des morts

    la-chambre-des-morts-3127153.jpg

    "Imaginez...

    Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints.

    Devant vous, un champ d'éoliennes désert.

    Soudain le choc, d'une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d'euros.

    Que feriez-vous ?

    Vigo et Sylvain, eux, ont choisi."

     

    Séduit par le pitch, je n'ai pas hésité à me rendre à la caisse avec cette "chambre des morts" en main. Avec le recul, je ne le regrette pas. Franck Thilliez manœuvre à merveille. Il connaît la recette du thriller qui vous emporte, qui ne vous lâche pas, qui vous effraie quelquefois.

    Et pourtant, cette quatrième de couverture n'est pas tout à fait exacte, car seul Vigo a vraiment choisi. Sylvain, lui, est inquiet et foncièrement honnête... bien que désemparé et désœuvré.

    Mais l'histoire se divise en deux, voire en trois. La région de Dunkerque est en proie à des enlèvements d'enfants souffrant chacun d'un handicap. Lucie, jeune brigadier, seule femme dans un monde de mecs bourrus et mal embouchés, est une passionnée de récits de tueurs en série. Sa sensibilité et sa logique font mouche. Mais elle a bien du mal à imposer ses vues.

    Dans un style efficace, l'auteur nordiste a su me convaincre. Seul bémol, j'avais quasiment tout deviné dès la page 100. Mais mon activité d'auteur doit y être pour quelque chose. Il faut avoir l'esprit un peu tordu pour rédiger de tels ouvrages.

     

    La chambre des morts

    de Franck Thilliez

    Pocket n°12985, 2006

    ISBN 978-2-266-20501-6

    352 pages - 6,80 €