• La rafle du Vél d'Hiv... vue de l'intérieur

    1_de_couv-vent-printanier.jpg

    À l’aube du 16 juillet 1942 va débuter à Paris ce que l’Histoire a retenu sous le nom de «rafle du Vél’ d’Hiv’». Plus de treize mille Juifs arrêtés dans Paris, dont la plupart seront déportés au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

    Sous les ordres de René Bousquet, sept mille policiers et gendarmes français participeront à l’opération « Vent printanier ». Pas un seul soldat allemand ! Il aura fallu soixante-trois ans pour que la France reconnaisse sa responsabilité dans ce crime contre l’humanité.

    Les personnages du roman de Michel Vigneron sont-ils vraiment fictifs ? Ils n’ont pas porté les mêmes noms, mais ils ont existé, les bons comme les mauvais. Quand un flic écrit sur l’une des opérations les plus sombres de l’histoire de la police, cela donne un roman noir historique éblouissant d’humanité. Pour ne jamais oublier ni commettre à nouveau les erreurs du passé…

    Autour de Rachel et de Jean, personnages centraux de ce roman historique, une atmosphère où l'antisémitisme fait partie du quotidien, en cet été 1942. Un pan de l'Histoire dont la France n'a pas joué un bon rôle. Et pourtant, des hommes tels que François ont bel et bien existé. Et le massacre a pu avoir lieu. Cette atmosphère lourde, on la ressent au travers des mots de ce roman. Et l'on suit le parcours de chacun avec intérêt.

    Mis à part quelques coquilles repérées çà et là, un travail soigné, poignant, plus destiné aux jeunes lecteurs à partir de 15-16 ans.

     

    Un vent printanier

    de Michel Vigneron

    L'atelier Mosésu, février 2015

    ISBN 979-10-92100-40-2

    322 pages - 20,00 €

  • SoBook s'offre Alan Sutton

    51oLuKG7T-L.jpg51AWKdYe94L.jpg51NshWGwHQL.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Placées en liquidation judiciaire le 3 mars dernier, les éditions Alan Sutton ont été rachetées ce 13 mai 2015 par SoBook. Une belle acquisition pour l'imprimerie numérique basée à Roubaix, également active en diffusion-distribution de plusieurs maisons d'édition ! Car Sutton représente un catalogue de plus de 2 900 titres, environ 200 000 exemplaires écoulés par an et un carnet d'adresses impressionnant.

    Spécialisées en publication d'ouvrages d'histoire locale, les éditions Alan Sutton ont été créées à Rennes en 1993, filiale du groupe britannique History Press. À son apogée, la structure comptait plus de 30 employés. Mais la crise passant par là, liée à des excédents de stock, ont eu raison de la petite entreprise sise depuis 2011 à Saint-Avertin.

    La reprise par SoBook permettra de conserver 8 emplois sur les 12 qui existaient encore, de relancer la machine, et de résoudre le problème de stockage par l'impression à la demande.

     

     

  • Du Zombi, du trash, et de l'humour

    0040214-Orcus-COUV-1-182x300.jpg

    Il y a vingt ans, ou un peu plus, j'ai eu ma période SAS, L'exécuteur, San Antonio, OSS 117, Largo Winch (Mercure de France) et tout ce qui ressemblait à de la littérature dite «de gare». Je les achetais en brocantes, par pelletées. Les intellos gauchistes vous diront (je ne sais pas pourquoi, j'associe toujours ces deux mots, comme s'il n'y avait pas d'intellos à droite. Sûrement que si. Peut-être sont-ils plus discrets)... Bref, les intellos tout court vous diront : «Comment peut-il lire cette merde ?» En fait, je lis tout ce qui me passe sous la main, sans distinction de genre.

    Et très franchement, j'adore la littérature de gare.

    Fallait avoir des c. pour publier cet "Orcus Morrigan" ! Sans aucun doute. Dans le genre trash, loufoque, politiquement incorrect, viscères et tripes, zombi gore, difficile de trouver mieux. Accrochez-vous à votre slip ! Les scènes n'ont rien d'Amour Gloire et Beauté.

    Quand Orcus Morrigan, un colosse sans envergure, ramone la belle Patti dans les chiottes de la tour n°1 du WTC, le 11 septembre 2001, il ne se doute pas un instant que cette dernière s'écroulera sur sa tronche. Pas de bol ! Au mauvais moment au mauvais endroit.

    Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il refait surface, quelques jours plus tard, en version «zombiesque».

    Écrit à la première personne, ce roman déjanté vous fait visiter les catacombes de Palerme, vous apprend que vous finirez dans une amphore - si tout va bien -, ou, si vous êtes déjà une pourriture de votre vivant, que vous aurez la «chance» de pouvoir errer sans fin à la recherche d'une trachée à boire, d'une rotule à ronger, ou d'un mollet à bouffer.

     

    Orcus Morrigan

    Manhattan Carnage

    L'atelier Mosésu, avril 2014

    ISBN 979-10-92100-26-6

    224 pages - 9,95 €

     

  • événement à Rochefort !

    rencontre Rochefort.jpg

  • L'enfer de Church Street, une découverte macabre...

    9782351780879.jpg

    Lorsqu'une maison d'édition de qualité, à savoir Gallmeister, lance une nouvelle collection, pourquoi ne pas s'y intéresser ? De plus, ce néonoir rencontre parfaitement mes attentes de lecteur avide de glauque, de violence et d'humour. Noir de préférence.

    Lorsque Geoffrey Webb se fait braquer sur le parking d'un supermarché, on imagine qu'il va passer un mauvais quart d'heure. Et pourtant, malgré la détermination du gangster en cavale, , c'est la victime qui mène la danse. Car ce Geoffrey Webb n'est pas n'importe qui. À son agresseur, il propose un deal inattendu : en échange de son portefeuille et des 3 000 dollars qu'il contient, il lui contera sa vie et roulera pendant plusieurs heures jusqu'à Little Rock, en Arkansas. En fait, pour Webb, cette agression s'apparente presque à une aubaine.

    Rythmé, ce roman noir au format semi-poche m'a permis de passer un excellent moment de lecture.

     

    L'enfer de Church Street

    de Jake Hinkson

    Gallmeister, néonoir, février 2015

    ISBN 978-2-35178-087-9

    240 pages - 15,00 €

  • Une canaille et demie

    9782867466878FS.gif

    Parmi tous les métiers que l'auteur a exercés, il a très certainement dû côtoyer l'un ou l'autre braqueur de banques. En tout cas, sa description de l'attaque, ainsi que la vision de Phil Dixon est criante de vérité.

    Outre la rencontre entre deux hommes que tout oppose et qui vont devoir composer pour se supporter deux semaines durant, c'est aussi une analyse sociale à laquelle se livre l'auteur.

    Dans une Amérique fragilisée par la crise financière mondiale, les esprits torturés et tortueux n'en sont que plus vitaminés. Cette tension sert de matrice à Iain Levison et il l'exploite à merveille.

    Elias White, jeune professeur attiré par les jeunes filles en socquettes et passionné par le IIIème Reich d'avant-guerre n'a rien d'un colosse. Que du contraire ! Mais n'est-il pas tout aussi dangereux ?

    Excellent roman aux allures de thriller, Une canaille et demie touche du doigt toute la férocité de notre époque.

     

    Une canaille et demie

    de Iain Levison

    Liana Levi, piccolo n°51

    240 pages - 9,50 €

     

  • Je t'enverrai des fleurs de Damas

    DamasC1.jpg

    En bon pédagogue, Frank Andriat a voulu coucher sur papier la mésaventure qu'a connu son école. Deux élèves ont quitté la Belgique pour rejoindre le camp des rebelles en Syrie ! Aussitôt, la presse avide de scoops s'est emparée de l'info, pour s'en éloigner très rapidement une fois le soufflé retombé. Mais voilà, le mal était fait et les élèves en ont été choqués.

    Un livre à trois voix, plus une quatrième qui reprend les notes d'un jeune fanatique. Un livre qui permet de se rendre compte de l'impact d'une telle nouvelle. Un livre destiné aux jeunes, publié chez Mijade et à un prix tout à fait abordable.

    Frank Andriat est foncièrement gentil, son surnom de «Bébé Cougnou» l'atteste. Il est, à l'instar de ses collègues, désemparée face à ce fléau. Pour lui, l'écriture représente sa façon à lui de combattre, de se lever face aux injustices, aux iniquités. Il l'a déjà démontré au travers d'autres ouvrages.

    Ces jeunes candidats au départ, coupables ou victimes ?

     

    Je t'enverrai des fleurs de Damas

    de Frank Andriat

    Mijade, 2014

    ISBN 978-2-87423-099-8

    144 pages - 7,00 €

  • Deux gouttes d'eau

    -Expert-Goutte-Exe.jpg

    Élodie Favereau a été littéralement exécutée à coups de hache. Son assassin a poussé le vice jusqu'à la décapiter et poser sa tête en équilibre sur une table basse, en guise de trophée. Le maniaque a pourtant oublié un détail : le quartier de Boulogne-Billancourt est truffé de caméras. Or, il montre très nettement son visage à l'une d'elles.

    Son identité ne fait aucun doute, d'autant qu'on l'aperçoit en train de se débarrasser de l'arme du crime !

    Il s'agit du fiancé de la victime, un certain Antoine Deloye. Placé en garde à vue, celui-ci nie les faits, malgré les preuves accablantes. Très vite, il accuse son frère jumeau : Franck. L'un des deux est forcément coupable. Oui mais lequel ? Robert Laforge, le commissaire divisionnaire en charge de l'enquête n'en croit pas ses yeux : les jumeaux se ressemblent comme... deux gouttes d'eau !

    Un roman admirablement bien construit, rythmé, maintenant sans cesse le suspense. Une plume efficace. Une histoire qui paraît simple mais qui s'enrichit au fil des pages. Voilà le roman addictif qui m'a accompagné partout pendant quelques jours.

    Jacques Expert m'avait déjà séduit dans "La femme du monstre". Il confirme son talent immense et publie dans une maison d'édition réputée pour la qualité de ses choix.

     

    Deux gouttes d'eau

    de Jacques Expert

    Sonatine, janvier 2015

    ISBN 978-2-35584-316-7

    336 pages - 19,00 €

  • Alienor d'Aquitaine

    reines-de-sang-alienor-la-legende-noire-1.jpg9782756039411v.jpgles-reines-de-sang-alienor-la-legende-noire-bd-volume-2-735x1024.jpg

    Aliénor d'Aquitaine fut une reine de France assoiffée de pouvoir.

    À l'époque, l'Aquitaine dominait la France, de par ses possessions, l'étendue de son territoire et ses immenses richesses.

    Lorsque Louis VII voué à une vie monacale, se voit contraint à marier la belle Aliénor, il ne peut se douter que celle-ci, en bonne manipulatrice, s'emparera du trône.

    L'Histoire par la bande dessinée est une façon idéale pour mieux l'appréhender, la cerner, et l'aimer. Cette série consacrée aux reines de sang - Aliénor, Isabelle, Frédégonde - offre une autre facette de l'Histoire de France. Une très bonne idée !