• L'oligarque

    koralovski-tome-1-l-oligarque.jpg

    L'histoire de Mikhaïl Khodorkovski revisitée : dix ans de bagne, une personnalité atypique, une fortune immense mise en pièces par Vladimir Poutine. Bref, tous les ingrédients d'un bon thriller. Mais encore faut-il pouvoir les cuisiner !

    Seulement voilà, les auteurs ont rajouté des éléments façon James Bond à une histoire qui se suffisait à elle-même. Erreur grossière ! A force de vouloir densifier, on finit par rendre l'ensemble complètement indigeste.

    Trop de sombre, trop de personnages secondaires, trop de CIA, trop de "trop"... Et le tout servi par un dessin ordinaire...

    Une série qui profitera du battage médiatique pour la sortie de ce premier tome, mais qui, je le pense, ne convaincra pas grand monde.

     

    KORALOVSKI

    tome 1 : L'oligarque

    Scénario et dessin : Philippe Gauckler

    Le Lombard, février 2015

    ISBN 978-2-8036-3530-6

    48 pages - 12,00 €

  • Au plaisir d'aimer

    au_plaisir_d_aimer_01.jpg

    «Aymar de Fortjoie, 76 ans, veuf, propriétaire d'un château aux portes de Poitiers, vient de mourir, laissant à ses filles un vrai casse-tête. Pourront-elles exaucer le vœu de leur père en conservant le château et, surtout, en continuant d'y abriter de jeunes peintres désargentés ?

    Un compte en banque vide, de lourds droits de succession, un château délabré, l'affaire est mal partie. Et malgré les efforts des filles, la caisse de l'association fondée par Aymar reste désespérément vide.

    Jusqu'à l'idée de génie ! Proposer aux belles et riches dames de Poitiers de poser pour les peintres, leur commander, à bon prix, leur portrait. Et ça marche ! Les inscriptions affluent, plus de problèmes de trésorerie.

    Mais ce qui devait arriver arrive : dans le secret des ateliers, de brûlantes idylles se nouent. Le scandale éclate. La fermeture du château pour atteinte aux bonnes mœurs est demandée.

    Cette fois, est-ce la fin ?

    C'est sans compter sur des dames prêtes à tout pour défendre leurs artistes.»

    Les livres de Janine Boissard sont comme de bonnes vieilles recettes de grand-mères : efficaces sans être trop sophistiquées. Et ce dernier roman ne déroge pas à la règle.

     

    Au plaisir d'aimer

    de Janine Boissard

    Flammarion, février 2015

    ISBN 978-2-0813-4368-9

    320 pages - 19,90 €

     

     

  • Pas de quoi faire preuve d'optimisme...

    1018380_la-chute-de-ledition-scolaire-pese-sur-le-marche-du-livre-web-tete-0203598300739.jpg

    En dix ans, le marché du livre a reculé de 8%, ce qui est considérable. L'édition scolaire, scientifique et de non fiction semble la plus touchée. Les livres pratiques se maintiennent plus ou moins. Quant à la littérature, elle affiche un repli de 4 points. 351 millions d'exemplaires écoulés en 2014. Cela paraît énorme, mais cela représente 30 à 40 millions de moins qu'en 2005 ! 

    Le marché du livre souffre. Cela s'est vu à Paris lors du dernier salon du livre qui a enregistré une baisse de fréquentation de 10% par rapport à l'édition 2014... tout comme à Bruxelles.

    Outre les absences de quelques cadors du paysage éditorial, tels que Grasset, JC Lattès, Odile Jacob, les Arènes, Calmann-Lévy ou encore Fayard, sans oublier le groupe Bayard, on peut mettre cela sur le compte des prix d'entrée (tant à Bruxelles qu'à Paris) en cette période de crise économique, des attentes d'un public plus amateur de "selfies" que de lecture, ou d'une lassitude des stars (c'est toujours les mêmes têtes qui reviennent chaque année).

    À Paris, le fait de concentrer les maisons les plus prestigieuses au milieu du jeu de quilles entraîne une désertification des allées excentrées.

    Bref, les organisateurs des grands salons doivent se réinventer, trouver des parades pour réconcilier le public avec le livre, attirer de nouveaux exposants et convaincre les autres de revenir... Ce n'est pas gagné.

    Alors, simple virage avant la reprise ? Essoufflement inquiétant ? Concurrence trop violente du principal danger : le smartphone ? Il est temps de se retrousser les manches et de ne surtout pas se réfugier dans une politique de l'autruche...

     

     

  • Une plage au pôle nord

    Couverture - Une plage au pôle Nord.jpg

    Un appareil photo de marque Panasonic sert de clé de contact à ce roman, à cette chronique sociale parfois piquante, parfois drôle, parfois émouvante, et admirablement bien construite.

    Pierre Lacaze, Jean-Claude Stillman, Françoise Vitelli et par extension son défunt mari, Alfonso, en sont les personnages centraux. Là où les opposés s’attirent, on aperçoit cette plage au Pôle Nord. Car Françoise, l’octogénaire, a décidé de revivre intensément, grâce à Jean-Claude qui lui fait tant de bien. Ces deux-là entament une relation certes ambiguë, mais qui se fonde sur une amitié sincère et touchante. Quant à Pierre Lacaze, il tombe sous le charme de Fanny, l’ex-femme de son pote Jean-Claude, la chipie de service. Bref, une relation tout aussi ambiguë…

     

    L’auteur nous offre une histoire parallèle, dix années plus tôt, celle d’Alfonso Vitelli. Une histoire vraiment pas banale. Il maîtrise son texte avec une simplicité confondante, qui paraît tellement naturelle. Et les chapitres, courts, ou qui paraissent courts tant la lecture est agréable, s’enchaînent… On voudrait même, parfois, ralentir leur lecture, délibérément, pour encore mieux les apprécier.

     

    Une plage au pôle nord

    d'Arnaud Dudek

    Alma éditeur, janvier 2015

    ISBN 978-2-36279-135-2

    168 pages - 16,00 €