La vérité sur l'affaire Harry Quebert

lavc3a9ritc3a9cover.jpg

Un million d'exemplaires vendus en grand format, 400 000 imprimés au format poche, traduit en 40 langues, et très certainement adapté bientôt au cinéma... À 30 ans à peine, Joël Dicker vit un véritable conte de fées...

L'insatiable curieux que je suis se devait de lire ce véritable phénomène éditorial et le disséquer...

Mérite-t-il son incroyable succès ?

Oui, incontestablement... Mais des dizaines de romans sont aussi bons voire meilleurs. Pour exemple, celui que je lis en ce moment, "Cadres noirs" de Pierre Lemaître, est tout aussi palpitant... et mieux écrit.

Alors, comment expliquer que ce livre en particulier se soit détaché ?

Que ce soit dans le monde éditorial, journalistique, ou l'ensemble des lecteurs, on adore porter aux nues un ouvrage qui, à la base, n'a pas bénéficié d'un lancement marketing canon, ou n'a pas été publié chez l'un des éditeurs appartenant à un groupe tel que Hachette ou Editis. Ce fut le cas, notamment, pour "Karoo", un autre phénomène éditorial, paru à l'origine chez un petit éditeur aquitain.

"La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert" répondait à ces critères et permettait au bouche à oreille de s'enclencher façon boule de neige.

De plus, l'auteur a vraiment tout misé sur la force de l'intrigue. Il le confesse d'ailleurs sur son propre site : «Tout naît de l'envie d'écrire une véritable histoire ; l'envie d'emporter le lecteur, de l'arracher à son quotidien. Rendre au livre une grande qualité qui lui manque parfois : un moment de plaisir. Un livre long, mais qui se lise vite parce qu'on ne veut pas s'en détacher. L'envie de tout lâcher pour lire. L'envie d'écrire pour les lecteurs exigeants comme pour les lecteurs hésitants. L'envie d'écrire pour ceux qui n'ont pas le temps de lire et qui soudain le trouvent. L'envie de faire l'effort d'aller vers les lecteurs : l'envie de donner envie.»

En tant que professionnel, le lit-on autrement ?

Oui, car l'auteur distille des vérités sur la vie d'un livre, sur les trucs et astuces des auteurs, sur la psychologie de l'auteur, sur les dérives commerciales, sur la presse, etc.

Attention, tous les éditeurs ne sont pas comme Barnaski, l'éditeur de Marcus Goldman. Fort heureusement !

Les conseils d'Harry Quebert à son élève sont très justes et le professionnel en sourit car l'auteur dit tout haut ce qui se dit dans notre milieu...

«Si les écrivains sont des êtres si fragiles, Marcus, c'est parce qu'ils peuvent connaître deux sortes de peines sentimentales, soit deux fois plus que les êtres humains normaux : les chagrins d'amour et les chagrins de livre. Écrire un livre, c'est comme aimer quelqu'un : ça peut devenir très douloureux.»

 

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert

de Joël Dicker

éditions de Fallois / L'Âge d'Homme, 2012

ISBN 978-2-87706-816-1

670 pages - 22,00 €

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.