• Les ailes d'émeraude

    les_ailes_d_emeraude_03.jpgA bientôt 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l'orphelinat où elle vit depuis l'accident qui a tué sa mère. Seule au monde et lâchée dans la ville, elle a la désagréable et persistante impression d'être suivie... Un soir, elle est violemment agressée par deux inconnus. Très mal en point, elle est sauvée de ce mauvais pas par un mystérieux et séduisant garçon, Gabriel. Leur rencontre n'est pas un hasard. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle appartient aux Myrmes, un peuple ailé doté d'incroyables pouvoirs sensoriels. En pleine métamorphose, la jeune fille se lance dans cet univers totalement nouveau avec l'espoir de percer, enfin, les mystères de son passé.

    Les ailes d'émeraude

    d'Alexiane de Lis

    éditions Nouvelles Plumes, novembre 2014

    ISBN 978-2-298-08670-6

    700 pages - 19,95 €

     

  • Riches à en mourir !

    9782226259783g.jpg

    Une couverture plutôt réussie, un titre accrocheur et un pitch bien conçu ne font pas forcément un bon livre.

    Parfois, c'est même le contraire... Limite piège à cons !

    C'est le cas pour cette daube qui m'a occupé l'esprit pendant mes vacances. Enfin, «occupé» est un grand mot car l'auteur s'est rapidement pris les pieds dans le tapis de ses illusions romanesques. Et pourtant l'idée de base est prometteuse, ambitieuse même : chaque vendredi un hyper-riche passe de vie à trépas s'il n'accepte pas de diviser sa fortune en deux. Une moitié pour rembourser le fisc de son pays et pour se consacrer à des travaux utiles dans les pays défavorisés, l'autre moitié pouvant rester sur ses comptes.

    Tom Wards, un milliardaire américain, est le cinquième à succomber d'un arrêt cardiaque aussi subit qu'inexplicable... Et la liste des victimes sera encore longue, très longue, car ils sont douze millions à être visés.

    Malgré 200 premières pages agréables à lire, l'intrigue finit par se traîner, par s'embourber et par tourner en rond. L'auteur ne parvient jamais à imposer Nicholas Dennac, son personnage central et se perd en digressions et dialogues sans intérêt.

    Il le perd dans la vase... et nous avec lui !

     

    Riches à en mourir

    de Frédéric Andréi

    Albin Michel, septembre 2014

    ISBN 978-2-22625978-3

    520 pages - 22,00 €

  • Largo Winch clap 19 !

    LARGOWINCH19_1000x600.jpg

    Dix-neuvième album. Déjà ! Dans ce « chassé-croisé », la tentation de la chair se retrouve à chaque page - ou presque - et n'épargne aucun des personnages, même ceux supposés inattaquables côté sentiments.

    Jean Van Hamme s'attaque à l'épineux problème des mouvements djihadistes... par le biais de la séduction. Essai à moitié réussi car si l'intrigue se tient et que le rythme d'un Largo Winch reste toujours soutenu, son personnage principal, à savoir le jeune milliardaire, perd en spontanéité et en surprise des premiers tomes.

    La fin de ce diptyque promet néanmoins, mais on est loin des H et Dutch Connection, ou encore La forteresse de Makiling et L'Heure du Tigre...

     

    Chassé-croisé

    Scénario : Jean Van Hamme

    Dessin : Philippe Francq

    Dupuis, novembre 2014

    ISBN 978-2-8001-5931-7

    48 pages - 13,95 €

     

  • Le pdf a le vent en poupe !

    2068492_Journaux-dans-un-kiosque1.jpg

    Lire le journal dans sa version traditionnelle, à savoir en papier, risque de devenir à terme une occupation des temps anciens. Ce papier dans lequel la rafale de vent s'engouffre, ce papier qu'il faut plier et replier pour pouvoir disposer l'article qui vous intéresse sur un coin de table, à côté de votre tasse de café, ce même papier qui vous tache les mains, et encore ce papier qui jonche le sol de nos rues toujours plus polluées.

    Et pourtant, rien de tel que d'acheter ce bon vieux journal dans un kiosque, et de partir son canard sous le bras à la recherche d'un lieu sympa où l'on pourra le parcourir.

    Mais voilà, Steve Jobs et ses concurrents sud-coréens sont passés par là et ont développé la lecture sur tablette. Depuis, l'offre d'abonnements pdf des différents journaux s'envole et représente aujourd'hui entre 8 et 18% des lecteurs (pour Les Échos et Le Monde).

    Le Monde = 47 833 exemplaires pdf vendus (hausse de 33% en un an)

    Les Échos = 23 173 exemplaires pdf vendus

    Le Figaro = 22 600 exemplaires pdf vendus (hausse de 70% en un an)

    Et c'est comme cela pour à peu près tous les groupes de presse. Sans oublier les achats d'articles...

     

    Dans le même temps, les ventes au format traditionnel continuent leur lente dégringolade, peut-être aussi sous l'effet des vases communicants. L'Équipe (-10,07%), Libération (-7,58%), Le Parisien (-8,30%) et Aujourd'hui en France (-7,82%) enregistrent les baisses les plus inquiétantes. 

    Les avantages du numérique sont nombreux. Outre l'instantanéité de l'information, on peut noter son format modulable, son impression à la demande, sa régularité, ou encore la possibilité de consulter son journal quel que soit le lieu ou le pays où vous vous trouvez. Avec de tels atouts, les kiosques à journaux et magazines risquent bien de subir un jour le même sort que les vidéoclubs...

     

     

     

  • PERICO

    perico-tome-2-perico-tome-2.jpg

    « La Havane, juin 1958. Six coups de feu claquent dans la nuit. En prenant leur service au Sans-Souci, l'un des plus grands cabarets-casinos de la ville, ni Joaquin, modeste serveur sans histoire au caractère réservé, ni Elena - Livia -, jeune chanteuse à la beauté vénéneuse, ne se doutent que cette fusillade, à laquelle ils sont totalement étrangers, va brutalement et irrémédiablement bouleverser leurs vies. »

    Dans le 2ème tome, la cavale se poursuit et les deux jeunes se rapprochent peu à peu. Fou d'amour pour sa belle, Joaquin tente de garder la tête froide et mener sa mission à bien. Dans le même temps, la beauté de Livia ne passe pas inaperçue... et elle ne fait rien pour la dissimuler.

    Ce diptyque ne se lit pas, il se dévore avec une réelle admiration pour la justesse du scénario, pour la plongée dans cette atmosphère tendue, jusqu'à la chute, tout aussi réussie.

     

    J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Philippe Berthet dans les locaux de Dargaud. Voici son interview :

    1. Tout au long de la lecture, on se dit que décidément « l'amour rend aveugle » et que Joaquin ferait bien de planter là la somptueuse créature qu'il a promis d'emmener à Hollywood. Mais finalement, est-il si aveugle que cela ?

    Philippe Berthet : On est typiquement dans les ressorts du polar ayant l'amour fou pour thème. On part d'un personnage assez froid, distant, méprisant même qui, au fil des pages, va s'adoucir et l'on va découvrir quelqu'un de beaucoup plus fragile, non seulement physiquement par addiction à la drogue, mais aussi psychologiquement.

    2. Régis Hautière est le scénariste, notamment, de petits chefs-d'œuvre tels que "La guerre des Lulus", "De briques et de sang", ou encore l'excellent "Abélard". Et voilà que Périco vient se ranger au même niveau que ces pépites. Lorsqu'on est en plein travail de création, se rend-on vraiment compte de la qualité de l'album ?

    P.B. : C'est très difficile à imaginer. En travaillant, on ne peut pas prétendre réaliser un chef-d'œuvre. Par contre, on sent très vite quand on a entre les mains un scénario important. Or, j'ai eu ce sentiment quand Régis m'a fait lire le sien.

    SDC12622.JPG3. Vous êtes Français, né dans une très belle entité à l'est de Paris... et pourtant vous êtes Belge pour tous les amateurs de BD. Étudiant au lycée français de Bruxelles, puis à Saint-Luc, à quoi rêviez-vous à l'époque ? Et vous imaginiez-vous un jour dans la peau d'un des « grands noms de la BD » ?

    P.B. : Mon père est Belge et ma mère Française. J'ai la double nationalité, mais il se trouve que je vis en Belgique depuis plus de trente ans. J'adorais dessiner et donc j'ai débarqué à Saint-Luc en me disant que ce serait peut-être un métier qui me permettrait de gagner ma vie. Mais étais-je capable ou non ? J'ai très vite compris qu'il s'agissait de ma voie. À l'époque, j'ai dû bosser énormément pour combler mes lacunes et me mettre à niveau. J'ai découvert à Saint-Luc une autre BD que la franco-belge, ce qui m'a ouvert d'autres perspectives. J'habitais Uccle, à côté de chez Peyo, et donc, pendant des années, je montrais mes planches à ce géant de la BD. Très affable, il m'a donné des tas de conseils et s'est montré très patient.

    4. Pour en revenir à PERICO, et au personnage de Livia, croit-elle vraiment à la possibilité d'échapper à Santo Trafficante ? Car, finalement, c'est elle qui sème les petits cailloux sur leur passage. De plus, une telle fille ne passe pas vraiment inaperçue, quand bien même le voudrait-elle ?

    P.B. : On peut se poser la question de savoir si elle n'est pas déconnectée de la réalité. Cela dit, elle se came, ce qui justifie certains de ses agissements. Effectivement, je ne m'étais pas posé la question. C'est vrai que quelque part elle facilite la poursuite des tueurs.

     

    PERICO 2/2

    Scénario : Régis Hautière

    Dessin : Philippe Berthet

    Dargaud, septembre 2014

    ISBN 978-2-5050-1996-1

    64 pages - 14,99 €

     

  • Truite à la slave

    v_book_469.jpg

    « Dans les cuisines du restaurant Casanova, le grand chef Dimytch Nikodimov officie sous le regard de Véra, sa jeune et délicate maîtresse. Un beau matin, le cuisinier disparaît et Vania Soleilov, ancien flic et détective privé débutant, est chargé de l'enquête. La solution se trouvera dans l'assiette bien sûr... »

    Ce court récit d'un auteur russe contemporain, né en 1961, intrigue, sort des sentiers battus, et se lit dans le même temps qu'un menu trois services.

     

    Truite à la slave

    d'Andreï Kourkov

    Liana Levi - piccolo n°96, avril 2013

    ISBN 978-2-86746-671-7

    64 pages - 4,00 €