Les soldats de la honte

9782262043131.gif

Qu'ils soient hystériques, névrosés, plicaturés, paralysés, ou tout simplement totalement tétanisés, les poilus ayant subi le syndrome du shell shock subissaient la suspicion de simulation des médecins.

Pour prouver leur lâcheté, ces mêmes médecins les soignaient à coups de décharges électriques. L'un d'eux, le major médecin-chef Clovis Vincent officiant à Tours était réputé pour sa cruauté.

La population française n'aurait probablement jamais été avertie de la brutalité avec laquelle on « soignait » les soldats s'il n'y avait eu le cas Baptiste Deschamps. Ce brave zouave, râblé, fut commotionné lors d'un combat sur le front de l'Yser, obligé par la suite de se déplacer à l'aide d'une canne, véritablement plié en deux, incapable de se redresser. Refusant le torpillage électrique du Dr Vincent, le soldat se défendit. Un combat de boxe s'engagea. Le procès qui suivit fut, à la surprise de l'autorité militaire, davantage celui de la méthode thérapeutique que de l'indiscipline de Deschamps, défendu par le bâtonnier Paul Meunier.

Jean-Yves Le Naour s'attache à révéler avec justesse les réactions de folie de poilus confrontés à l'horreur des tranchées, sous la mitraille, complètement désemparés.

Entre document et récit, cet ouvrage surfe entre ces deux genres, ce qui dessert l'ensemble. Là où le récit accélère la lecture, la rendant plus vivante, plus captivante, le document vient stopper l'élan et le rend trop jargonneux.

 

Les soldats de la honte

de Jean-Yves Le Naour

tempus n°521, mars 2014

ISBN 978-2-262-04313-1

224 pages - 8,50 €

 

 

Commentaires

  • Je vous félicite pour votre critique. c'est un vrai état d'écriture. Développez .

Les commentaires sont fermés.