KAROO... Un monument !

Karoo 1.jpg

Saul Karoo est un type profondément désagréable, antipathique à l'extrême, alcoolique, égocentrique, d'une lâcheté sans égale, cynique, mesquin, menteur compulsif, et tout aussi imbuvable que les Bloody Mary qu'il s'enfile dès le petit déjeuner.

Même son job est crapuleux : dénaturer, transformer de bons scénarios en œuvres insipides mais commerciales... pour le compte d'un producteur aussi écœurant que lui, un certain Jay Cromwell - à mon avis, le choix du nom n'a rien d'innocent -.

D'un texte de qualité, Saul Karoo en fait un script tout à fait banal. Bref, il mutile, il décompose, il découpe, il salit, il abîme, et il noie le tout dans le tabac et l'alcool. De morale, il n'en a pas. Quant au pognon, il en a plein les poches, au point de se permettre la radiation de son assurance-santé, et même d'en être fier.

Sa vie bascule lorsqu'il visionne un pur chef-d'œuvre, où il reconnaît un rire, celui de la mère biologique de son fils adoptif. Une quête impossible s'amorce alors, celle de la rédemption impossible.  

Steve Tesich meurt brusquement en 1996, quelques jours à peine après avoir mis le point final à son manuscrit. À l'instar d'un Stieg Larsson, il ne connaîtra jamais l'immense succès de son petit bijou fait de lettres, de mots, de phrases et de tournures inoubliables. Car il s'agit bien d'un livre "inoubliable", qui vous happe, qui vous fait rire, qui vous procure de la honte - celle de parfois se retrouver en lui -, qui vous donne un arrière-goût malsain, propre à cette critique amère de notre p. de société de consommation.

Mis à part les vingt dernières pages qui m'ont semblé inutiles, cet ouvrage mérite largement ses quelque 55 000 exemplaires vendus en grand format aux éditions Monsieur Toussaint Louverture... un record pour une maison d'édition de cette taille. Une maison qui publie peu, mais qui publie bien !

Aujourd'hui également disponible au format poche...

 

KAROO

de Steve Tesich

Points, mars 2014

ISBN 978-2-7578-3305-6

598 pages - 8,60 €

 

Les commentaires sont fermés.