• L'homme libre

    Bourdin.jpg

    Il est malheureux de constater qu'il est plus difficile, quand on est journaliste aujourd'hui, de rester libre, fidèle à ses principes, pour se montrer vraiment objectif et impartial.

    Jean-Jacques Bourdin refuse de faire des courbettes à ces politiques prêts à le soudoyer, à le corrompre, à le détourner de ses convictions, bref, à lui supprimer sa liberté. Et les auditeurs ne s'y trompent pas. L'audience de ses émissions crève les plafonds. On a besoin de bien plus d'hommes libres tels que lui.

    Sans langue de bois, Jean-Jacques Bourdin revient sur son parcours, sur la construction et l'organisation de ses interviews diffusées à la fois sur RMC en radio et sur BFM en TV. Il ne se gêne pas de balancer quelques vérités. Il revient notamment sur l'affaire Cahuzac, sur le fameux débat entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ou sur l'interview savamment orchestrée de DSK au 20 heures de Claire Chazal.

    Pour que le fait d'être invité "chez Bourdin" demeure une épreuve pour nos élus, il est bon de soutenir ce journaliste.

     

    L'Homme libre

    de Jean-Jacques Bourdin

    le Cherche midi, février 2014

    ISBN 978-2-7491-3474-1

    192 pages - 15,00 €

     

  • Spirit of books

    heideggerslide.jpg

    Mêlant l'ancien au contemporain, Gauthier d'Ydewalle réinterprète de grandes œuvres de la littérature. Les tableaux de l'artiste mettent un livre en lumière, un classique, et lui confèrent un pouvoir médiumnique.

    Dostoïevski, de Beauvoir, Sartre, Sade, Heidegger, Shakespeare, Nietzsche, tant de grands noms revisités et photographiés sous l'angle très particulier de Gauthier d'Ydewalle.

     

     

    "Le livre photographié, à la fois objet et contenu, constitue une expérience pour l'œil et pour l'esprit. Ma vision du livre, contenue dans le travail plastique de sa représentation, est le produit d'une double exploration.

    Le livre fait apparaître un excédent de sens face à l'objectif photographique. Il n'est pas aporie ou abime. Il n'est pas davantage une réalité nue. Le livre est promesse d'un monde. Il est trop plein. Il est civilisation, époque. Il est fiction ou réflexion. Il est la littérature. Il est la philosophie. Il est le savoir ou la poésie. Bref, il est manifestation de la pensée. Et sa nature unique d'objet qui déborde littéralement de sens lui confère un rôle particulier comme sujet photographié.

    Dans mes photos, le spectateur est donc aussi lecteur.

    La mise en évidence de la valeur capitale du livre exige que forme et langage soient sur pied d'égalité."

    Gauthier d'Ydewalle

     

    www.gauthierdydewalle.com

  • Musso Musso Musso Musso Musso, même le titre de cet article est en pile !

    central-park-musso.jpg

    Les meilleures "ventes"... ou plutôt les livres les plus visibles dans les librairies :

    1. Central Park (XO), de Guillaume Musso

    2. La vie en mieux. Deux histoires (Le Dilettante), d'Anna Gavalda

    3. Muchachas (Albin Michel), de Katherine Pancol

    4. Le collier rouge (Gallimard), de Jean-Christophe Rufin

    5. En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil), d'Edouard Louis

    6. Dire non (Don Quichotte), d'Edwy Plenel

    7. Six ans déjà (Belfond), d'Harlan Coben

    8. Voyages en absurdie, Chroniques (Plon), de Stéphane De Groodt

    9. Réparer les vivants (Gallimard), de Maylis de Kerangal

    10. Tempête. Deux novellas (Gallimard), de J.M.G. Le Clézio

  • La bête des saints-innocents

    la_bete_des_saints_innocents_01.jpg

    Après l'assassinat d'Henri III, Henri de Navarre s'attela à conquérir son royaume que la Sainte Ligue lui refusait. Ayant écrasé l'armée de la Ligue, Henri mit le siège devant Paris. La famine qui s'ensuivit provoqua la mort de dizaines de milliers d'habitants. En examinant la dépouille d'une femme trouvée dans le cimetière des Saints-Innocents, on s'aperçut qu'elle avait été en partie dévorée.

    D'autres découvertes toutes aussi macabres devaient suivre : chaque fois des femmes vidées de leur sang ou des enfants détranchés. S'agissait-il de crimes perpétrés par des lansquenets affamés, ou plus effrayant, de forfaits commis par un loup-garou ? Le commissaire Louchart, forcené ligueur, est persuadé de l'existence de la Bête, selon lui un animal venu des enfers pour meurtrir les Parisiens à la demande de l'hérétique Henri de Navarre.

    D'ailleurs, la Bête ne s'attaque-t-elle pas surtout aux femmes des ligueurs ? Mais le commissaire Louchart en sait plus qu'il n'en dit. Quand le cousin du capitaine de la Ligue découvre la vérité sur la Bête des Saints-Innocents, Louchart le fait enfermer et exige son exécution. Désormais beaucoup doutent du loup-garou. Aussi, pour sauver sa vie, Louchart va entraîner les Seize, ces bourgeois de la Ligue qui dirigent Paris, dans une lutte à mort non seulement contre le roi de France mais aussi contre le duc de Mayenne, son maître.

     

    La bête des saints-innocents

    de Jean d'Aillon

    Flammarion, mars 2014

    ISBN 978-2-0813-1628-7

    576 pages - 22,00 €

  • Opposez-vous à la mort du commerce de proximité !

    Qjardon cp.jpg
    Un nouvel essai en projet aux éditions Méhari !

    La défense du petit commerce, dit le "commerce de proximité" me paraît essentiel ! Vous partagez cette opinion ? Alors, n'hésitez pas un seul instant et investissez 10, 20, 50 ou 100 € sur ce... livre.

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/la-mort-programmee-des-centres-villes

    Cinémas de quartier, boucheries, boulangeries, librairies, épiceries, lingeries, merceries, photographes, disquaires, maisons de tabac, brasseries, marchands de meubles, magasins de sport, et j'en passe.

    Quentin Jardon a enquêté, dénoncé, justifié, rappelé, remis en mémoire des boutiques disparues, interviewé, dans cet essai de 192 pages, au format poche, pour que ce livre soit accessible au plus grand nombre !

  • Régine Deforges victime d'une crise cardiaque !

    Régine Deforges.jpg

    Régine Deforges est décédée ce jeudi 3 avril 2014, victime d'une crise cardiaque. Née en 1935 à Montmorillon, l'écrivaine - et éditrice - avait connu un immense succès en 1981, pour sa "Bicyclette bleue" (Fayard), écoulée depuis à plus de dix millions d'exemplaires.

    Ses livres furent avant tout des odes au féminisme, que celui-ci soit politique, libertin, allant jusqu'au lesbianisme. Élevée dans plusieurs institutions catholiques, austères, strictes, on découvre ses journaux intimes qu'elle est contrainte de brûler car elle y décrivait ses pulsions amoureuses et sexuelles envers une autre jeune fille. Régine Deforges, chassée de l'institution, en gardera toujours un désir de vengeance. Vengeance qu'elle ne cessera d'assouvir au travers de ses écrits.

    Auteure adorée, décriée, rejetée, stigmatisée, courtisée, ou congratulée, Régine Deforges ne laissait personne indifférent.

     

     

  • La chaîne flamande s'offre CLUB !

    SB%20logo-slogan%20quadri.jpgLOGO%20CLUB.jpg

    Coup de tonnerre dans le paysage du livre en Belgique : la chaîne de librairies flamandes rachète la francophone CLUB !

    Après tout, c'est peut-être une solution de survie pour cette dernière qui, grâce à ce rachat, se dote d'un moteur tout neuf et bien plus puissant.

    Certes, ce n'est pas encore acté à 100%, car l'opération doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence, mais force est de constater que l'enseigne flamande commençait à se sentir à l'étroit au nord du pays.

    Espérons que l'expression "développer les meilleures synergies possibles entre les deux structures" ne signifie pas un regroupement à Sint-Niklaas et des suppressions d'emplois...

  • Brin de toilette