Le violon de la rue Lauriston

C1.jpg

Claude Raucy nous gifle en une page, celle où il raconte le triste sort d'Aref. Et une gifle a quelquefois des vertus revigorantes.

Dans ce récit court destiné à la jeunesse (les 8-12 ans), l'auteur nous conte le parcours semé d'embûches de Parwais, un jeune Afghan qui réside en Belgique, chez des "parents adoptifs". Laure et Michel destinent Parwais à la maçonnerie, quitte à ce que celui-ci s'abîme les mains à la tâche. Ils pensent et espèrent de bonne foi qu'un tel apprentissage incitera les instances compétentes à lui délivrer un permis de séjour. Vous l'aurez compris : le destin du jeune réfugié est loin d'être scellé. Or, à ce propos, les nouvelles ne sont pas très encourageantes.

L'avenir de Parwais s'annonce très sombre... à moins que... à moins qu'un reportage sur Venise diffusé à la télévision ne vienne bouleverser les perspectives.

"Le violon de la rue Lauriston" rappelle aux enfants des notions humanistes très simples, pour que ceux-ci ne soient pas un jour frappés d'amnésie, à l'instar de trop nombreux adultes ayant pourtant de lourdes responsabilités.

Les êtres humains doivent se partager un petit bout... un tout petit bout de Voie lactée. Il serait peut-être temps de vivre ensemble en parfaite harmonie, au rythme des saisons - celles de Vivaldi ? -...

 

Le violon de la rue Lauriston

de Claude Raucy

Ker éditions, janvier 2014

ISBN 978-2-87586-027-9

96 pages - 10,00 €

Les commentaires sont fermés.