Voyage corsaire

C11.jpg

Pour bon nombre d'écrivains, les nuits sont plus productives que les jours. Les songes forgent leur imagination. Quant aux insomnies, elles permettent parfois d'empiler les pages.

Dans ce livre, on assiste à un mélange des deux. L'auteur a l'impression d'être éveillé, constate quelques modifications plus ou moins étranges de son visage, et s'en va aussitôt rédiger des souvenirs d'un voyage en Afrique, continent qu'il n'a pourtant jamais foulé.

Roman ? Recueil de nouvelles ? Là encore, un peu des deux. On suit le parcours de Frédéric Verratti, qui nous entraîne au Cameroun sur les traces de Pasolini, à la rencontre de curieux personnages. L'auteur se plaît à mêler le vrai au faux, ou l'inverse.

On y retrouve la patte narrative de Giuseppe Santoliquido, celle qui avait enthousiasmé les critiques littéraires dans L'audition du Docteur Fernando Gasparri. Une construction de phrases - de dialogues surtout - quelque peu atypique qui déroule la trame comme si l'on regardait une œuvre cinématographique...

Tout dans cet ouvrage transpire l'Afrique : la lenteur du rythme, l'émerveillement, la surprise, le côté chamarré, ainsi que la confusion des repères... Il faut d'ailleurs patienter jusqu'à l'épilogue pour que toutes les pièces du puzzle s'agencent et forment un paysage haut en couleurs... dont un élément vous fournit l'explication du titre.

 

Voyage corsaire

de Giuseppe Santoliquido

Ker éditions, novembre 2013

ISBN 978-2-87586-009-5

196 pages - 12,00 €

Les commentaires sont fermés.