• Karoo...

  • Ils arrivent !

    38906583_8446362.jpg

    Après un mois de mai radieux, la couleur du ciel en ce début du mois de juin 1944 s'assombrit fortement, au point que dans la nuit du 5 au 6, pas un Allemand ne s'attendait à ce que les Alliés choisissent ce jour pour lancer la grande offensive. Rommel décida de se rendre à Paris pour y fêter l'anniversaire de sa femme. Quant aux généraux basés en Normandie, ils étaient attendus à Rennes pour participer à un exercice.

    Et pourtant... Surgissant de la brume matinale, malgré une mer formée, des centaines de navires de tous tonnages apparaissent dans le champ de vision des sentinelles. Ils arrivent !

    Paul Carell fut membre de la SS et porte-parole du ministre nazi des Affaires étrangères jusqu'en 1945. Une fois la Seconde Guerre mondiale achevée, il devint écrivain à succès et rédigea le pendant du récit de Cornélius Ryan (Le Jour le plus long)... mais vu du côté allemand.

    Bien des versions de ce texte ont été publiées (voir image ci-dessous). Cette dernière parue en novembre 2013 chez Texto, pour intéressante qu'elle soit, contient beaucoup trop de fautes d'orthographe et d'erreurs de concordance des temps. Dommage car un tel monument de la littérature de guerre aurait mérité une bien meilleure traduction...

     

    Ils arrivent !

    Le Débarquement vécu du côté allemand

    Paul Carell

    Texto, novembre 2013

    ISBN 978-2-84734-797-5

    346 pages - 9,00 €

     

    ils arrivent.jpg

      

  • La main qui nourrit

    cover-le-tueur.jpgLeTUEUR12_Ip001p056_FR_052H_copie.jpg

    Un album qui se dévore à vitesse supersonique. Les dessins de Luc Jacamon sont toujours aussi particuliers, frôlant la perfection.

    Difficile de contredire le Tueur, car sa conception du monde se veut très réaliste et donne froid dans le dos.

    La scène finale de l'album vaut le détour et relance l'intrigue.

    Les amateurs de voile ne bouderont pas leur plaisir, les images sont vraiment magnifiques... une invitation au voyage.

    Le Tueur vit sa propre corrida, applique ses méthodes, reste zen en toutes circonstances, et surveille ses arrières en permanence.

    La série tout entière devrait figurer en bonne place dans toutes les bibliothèques des bédéphiles...

     

    Le tueur

    tome 12 : La main qui nourrit

    dessin : Luc Jacamon

    scénario : Matz

    Casterman, novembre 2013

    ISBN 978-2-203-06221-4

    56 pages - 10,95 €

     

  • 100 ans de la radio

    cover_100ansradio.jpg

    "Le 28 mars 1914 était diffusée la première émission de radio en Belgique. Une première belge mais aussi européenne, et le début d'une aventure qui se prolonge aujourd'hui. Car la radio est plus que jamais présente dans notre vie quotidienne. En cent ans la radio a beaucoup changé. Elle a constamment renouvelé ses programmes, ses animateurs et journalistes, la manière de se faire entendre pour coller au plus près aux souhaits de son public.

    Ce livre vise surtout, par l'image et le témoignage, à faire partager des moments privilégiés, que ce soit dans le domaine de l'info, du sport, du divertissement, de la musique, à remettre en mémoire les animateurs et les programmes les plus populaires écoutés en Belgique.

    On retrouvera ici les émissions cultes, mais aussi les vedettes de l'antenne qui ont marqué des générations d'auditeurs en Belgique (Fleischman, Luc Varenne, Jean-Claude Menessier, Jacques Mercier, Claude Delacroix, Marc Moulin, Marc Ysaye, Zappy Max, Pierre Bellemare, Philippe Bouvard, Fabrice, François Pirette, Barbara Mertens...) Car nous avons tous une mémoire de la radio."

     

    100 ans de la radio en Belgique

    de Philippe Caufriez, Brice Depasse et Nicolas Gaspard

    Renaissance du Livre, décembre 2013

    ISBN 9782507051730

    256 pages - 29,90 € 

     

  • L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu

    Couv_124457.jpgCouv_178424.jpg

    D'un côté, une vipère assassine, vénale, d'une beauté troublante, jouant à la perfection les vierges effarouchées, prête à tout pour arriver à ses fins ; de l'autre, un avocat talentueux, volubile, caustique, à l'ambition démesurée bien que non liée à l'argent, et accessoirement mari de la vipère. Byron Peck - c'est le nom de l'avocat - est accompagné d'une brute épaisse, son secrétaire particulier, un certain Knut Hoggaard, en provenance du Danemark, et accessoirement l'amant de la même vipère... la très belle Margot de Garine.

    Dès les premières planches du tome 1, on ressent le décalage entre le pur western spaghetti et cet album possédant un humour fou.

    Le tandem Peck-Hoggaard a pour intention de récupérer de précieux documents dérobés par la "délicieuse" Margot. Les deux acolytes ont également pour projet de garnir l'arrière-train de leur belle d'un bâton de dynamite et de faire éclater l'ensemble dans la joie et la bonne humeur. Après tout, la garce n'a-t-elle pas au préalable commandité le meurtre de son mari, et plombé le crâne de son amant ?

    Plusieurs grains de sable - en plein désert, quoi de plus normal ? - vont gripper les plans des protagonistes : Manolo Cruz pour Margot, et Tim Bishop pour Byron...

    Le tome 1 regorge d'action et de morts violentes. Le second éclaircit l'ensemble et revient sur le pourquoi du comment. On comprend alors le choix du titre de la série...

    Les deux albums se lisent tambour battant. On y rit beaucoup. Et le dessin de Paul Salomone est à la hauteur de l'excellent scénario de Wilfrid Lupano.

    Le troisième tome est attendu pour la fin janvier 2014... Encore un peu de patience...

     

    L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu

    dessin : Paul Salomone, scénario : Wilfrid Lupano

    tome 1 : Chili con carnage, ISBN 978-2-7560-1807-2, avril 2011

    tome 2 : Sur la piste de Madison, ISBN 978-2-7560-2646-6, janvier 2013

    Delcourt

    48 pages - 13,95 €

  • Alpha... un tome 12 en demi-teinte...

    9782803627493-couv-I325x456.jpg

    Suite de "Fucking patriot" entièrement conçu par Jigounov, ce tome 12 est le fruit d'une collaboration entre Iouri Jigounov et Chris Lamquet.

    On retrouve Dwight Delano Tyler, alias agent Alpha... ou plutôt ex-agent Alpha de la CIA, toujours en cavale et ne comprenant rien à ce qui lui arrive. Et pour cause, il est le bouc émissaire parfait pour Martin Cox et Rudy Swenson.

    Tyler se réfugie chez une ancienne connaissance en Alaska. Raul Vargas devenu Miguel Soto l'accueille et tente avec lui de résoudre l'énigme. Mais Sheena Fergusson vient bouleverser tout cela et mettre en péril leurs chances de survie. Sheena qui, pour le coup, fait preuve d'un amateurisme incroyable en laissant son portable branché.

    Après un "Fucking patriot" un peu long à démarrer mais qui laissait entrevoir de bien belles choses, ce petit tour avec Malcolm se révèle plutôt décevant. Le dessin est certes à la hauteur, le découpage également, mais le scénario se vautre dans des dialogues sans grand intérêt. Magouilles, mensonges, complots se chevauchent et l'on s'y perd quelque peu... On s'y endort parfois, même si les auteurs ont pris soin de nous balancer çà et là meurtres, explosions, crashs, et autres bagarres.

    On est toujours très loin de l'excellence des trois premiers tomes de la saison 1.

     

    Alpha

    tome 12 : Petit tour avec Malcolm

    Dessin : Iouri Jigounov & Chris Lamquet

    Scénario : Iouri Jigounov

    Le Lombard, septembre 2013

    ISBN 978-2-8036-2749-3

    48 pages - 12,00 €

     

     

     

     

  • Mafia calabraise Les dix commandements

    Mafia c.jpg

    La 'ndrangheta n'est pas très connue, moins en tout cas que sa voisine sicilienne, la fameuse Cosa Nostra.

    Pas facile à prononcer, son nom circule pourtant sur la planète tout entière, même si la Calabre reste au centre, ou plutôt au sommet de sa pyramide.

    Plus de 40 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, 85% du marché européen de la cocaïne, la 'ndrangheta constitue une menace mondiale.

    Vous imaginez votre région épargnée par les picciotti (soldats, hommes de main) de la mafia calabraise ? Détrompez-vous !

    Quel ne fut pas mon étonnement lorsque j'appris qu'ici-même, à Bruxelles, la 'ndrangheta blanchit son argent sale à coups de centaines de millions, et que j'habite au cœur de leur domaine !

    Voilà pourquoi cet ouvrage à la couverture évocatrice a attiré mon attention. Au final, je suis un peu déçu car tout y est alambiqué, et l'on s'y perd vite. Des noms en pagaille, des témoignages, des anecdotes, mais pas de réelle construction historique.

    Certes, on y apprend ces fameux dix commandements ! Et l'on découvre à la fois la solidité de cet édifice mafieux, mais aussi la fragilité de certaines de ses ramifications.

    Les 10 commandements :

    1. La 'ndrangheta est une et une seule.

    2. Le traître brûlera comme l'image pieuse.

    3. Ne jamais s'écarter des règles et se taire.

    4. La famille est sacrée et inviolable.

    5. Commander, c'est mieux que baiser.

    6. A table, on partage tout et on parle de tout.

    7. Sans argent, pas de messe.

    8. Qui vivra, vivra et qui mourra, mourra.

    9. Tout passe, même la prison.

    10. Il en a toujours été ainsi, et il en sera toujours ainsi.

     

    Les auteurs achèvent leur document par une partie très instructive qui, à elle seule, donne plus de corps à l'ouvrage tout entier : les dits et non-dits de la 'ndrangheta.

    Des quatre mafias italiennes existantes, la calabraise connaît une progression fulgurante et n'est pas prête de s'arrêter. Même si ce n'est pas évident, il ne faut pas en avoir peur, car en avoir peur, c'est les nourrir...

     

    MAFIA CALABRAISE Les dix commandements

    de Nicola Gratteri & Antonio Nicaso

    L'Express, mai 2013

    ISBN 978-2-84343-983-4

    256 pages - 19,00 €

     

     

     

  • L'argent et les mots

    schiffrin.jpg

    Dans le monde du livre, les ouvrages signés par André Schiffrin font figure de référence... pour certains. Il faut dire qu'en cinquante ans, l'auteur de "L'Édition sans éditeurs" aura connu bien des évolutions, voire des révolutions. L'essai en question traite de ces mots qui s'essoufflent au profit d'un amoncellement de best-sellers annoncés et... imposés.

    Ce nivellement par le bas auquel on assiste, impuissants, est-il irréversible ? Sommes-nous condamnés à voir disparaître à court ou moyen terme, tout ce qui a fait la diversité et donc la richesse de la littérature française ? Sommes-nous seulement les simples spectateurs des maux terribles dont souffrent l'édition de livres, la presse, ou encore le cinéma ? Sommes-nous obligés de nous soumettre à la dictature de la pensée que nous infligent des conglomérats qui, sans le moindre scrupule, licencient à tour de bras, de façon à maintenir la rentabilité à un taux acceptable ? Et acceptable pour qui ? Pour ces financiers gavés de dividendes qui ne jurent que par des marges bénéficiaires à deux chiffres ?

    André Schiffrin veut croire à une prise de conscience collective. Tel est son objectif en écrivant ses livres, et en les confiant à des éditeurs indépendants. D'autant que rien n'est définitivement perdu. Pour s'en convaincre, il suffit de s'informer et d'observer comment font les Norvégiens ou les Anglais pour sauver leur presse quotidienne et la prospérité de leurs maisons d'édition...

     

    L'argent et les mots

    d'André Schiffrin

    éditions La Fabrique, mars 2010

    ISBN 978-2-35872-006-9

    112 pages - 13,00 €

  • Que faut-il en penser ?

  • La tentation du lundi, un roman polémique...

    Poche LA TENTATION DU LUNDI cover.jpg"Comment devient-on un militant abolitionniste convaincu après avoir été un client régulier des prostituées ? Ou plutôt pourquoi ? La plupart du temps, pour les clients, la fréquentation assidue de l’univers de la prostitution se transforme en une véritable addiction. L’auteur nous en décrit les cheminements, certes crûment, sans oublier le côté sordide voire cocasse de chaque situation."

    Roman polémique écrit par Jean-Marie Blanchard, La tentation du lundi aborde un thème qui fait le buzz en France. Faut-il punir le client ? Comment combattre efficacement les réseaux de proxénètes ? Quel regard faut-il porter sur ces milliers de femmes pratiquant le... plus vieux métier du monde ?

    Le projet a dépassé 78% du budget. Une fois atteint, le livre paraîtra en "inédit poche" de manière à permettre au plus grand nombre de se le procurer. Les éditions Méhari ont encore besoin de votre soutien. À partir de 10,00 €, vous pouvez investir et participer à cette aventure éditoriale qui, selon moi, devrait jeter un pavé dans la mare...

     


    J'étais client (Infracourts 2013) par jetaisclient