• Maxilivres renaît de ses cendres !

    MXL-Villeubanne1.jpg

    De 1981 à 2006, les magasins Maxilivres se retrouvaient un peu partout, en France, en Italie et en Belgique. Le fondateur, Jacques Domas, a ouvert le premier espace à Saint-Etienne. La société atteint son apogée au début des années '90, avec près de 150 points de vente.

    Le principe est simple : racheter des stocks de livres destinés au pilon et les proposer au public avec des remises allant de 50 à 80%. Le succès est rapidement au rendez-vous.

    Le groupe procède à de multiples achats, entre en bourse au second marché, se lance dans l'édition de dictionnaires encyclopédiques, de classiques en poche, s'endette, s'endette... et finit par déposer le bilan en 1998.

    Racheté par Omnium de Participations, sous la houlette de Robert Lascar, le groupe employant 550 personnes finit par se déclarer en cessation de paiement en 2006.

    Vendue par appartements, le nom "Maxi-Livres" reste bien ancré dans l'inconscient collectif.

    Aujourd'hui, la société SDP Le Livre Club relance la marque et fait appel aux entrepreneurs en herbe désireux de se lancer dans une nouvelle aventure.

    Trois nouveaux Maxilivres ont ouvert leurs portes cette année : Lyon centre en juillet, Villeurbanne en août, et enfin Valence en octobre.

    L'offre de franchise est en ligne sur le site de l'enseigne.

    Avec la surproduction de titres actuelle, le soldeur a de quoi alimenter ses entrepôts. Mais avec quoi ? L'éditeur se risque-t-il encore à écouler ses invendus aux soldeurs ? Il s'agit d'une solution de facilité, et d'une arrivée de cash. Mais cela en vaut-il la peine ? Je me le demande. Car on devient vite catalogué "éditeur prêt à solder ses titres". Ce fut notamment le cas pour les éditions Soleil, en bande dessinée, qui a mis des années pour se distancier de cette image, grâce surtout au succès de Lanfeust et des Trolls...

    Maxilivres a-t-il encore de l'avenir ? La formule a montré ses limites, d'autant que les emplacements des magasins se doivent de figurer dans des artères ultra-commerçantes. Mais bon, il faut toujours se réjouir de nouvelles ouvertures, quand bien même s'agirait-il de livres neufs à prix réduits...

     

     

  • La Grande Guerre 14 - 18

    cover%20grande%20guere.jpg

    "1914-1918, L'album photo constitue un document iconographique et historique unique basé sur des archives de particuliers, jamais publiées à ce jour et issues de la prestigieuse collection du In Flanders Fields Museum, un des plus grands musées européens consacrés à l'étude de la Première Guerre mondiale. L'ensemble des documents a soigneusement été sélectionné et mis en perspective par l'équipe scientifique du musée, dans une approche esthétique offrant une vision plus humaine du conflit, hors des clichés militaristes ou propagandistes habituels. Près de 100 visuels inédits, proposant un regard neuf sur un des plus grands conflits du XXe siècle."

     

    LA GRANDE GUERRE 14 - 18

    de Piet Chielens

    Renaissance du Livre, novembre 2013

    ISBN 9782507051402

    240 pages - 34,90 €

     

  • Trompeuses apparences

    9782803632947-couv-I325x456.jpg

    Toujours aussi efficace sans être vraiment emballant, dans la continuité du tome 1, ce "royaume des aveugles" démontre que malgré un dispositif impressionnant de caméras de surveillance, il est toujours possible de narguer les forces de l'ordre. Cette plongée en 2060 a de quoi inquiéter car il reste toujours possible d'en prendre le chemin. Car il n'est plus question de vie privée dans un tel monde...

    Cela dit, le scénariste ne fait pas preuve d'une anticipation démesurée. Mais peu importe car l'action ne manque pas dans ce tome 2 où l'on retrouve le trio familial Laurette-Adil-Francis.

    Le dessin semi-réaliste manque parfois de justesse, mais l'on s'en accommode.

    Le plaisir de lecture doit beaucoup à Sleeman, le flic qui porte véritablement cette BD... somme toute de qualité moyenne.

     

    Au royaume des aveugles

    tome 2 : Trompeuses apparences

    Dessin : Frédérik Salsedo

    Scénario : Olivier Jouray

    Le Lombard, août 2013

    ISBN 978-2-8036-3294-7

    56 pages - 14,45 €

  • Le Banni enfin en librairies !

    9782803628186-couv-I325x456.jpg

    Le premier tome de cette trilogie a été publié en 2010. Il m'a donc fallu relire ce premier opus avant d'entamer le tome 2, avec plaisir du reste.

    On retrouve le Banni, accusé cette fois d'avoir tué le roi Alester, son ancien compagnon d'armes lorsqu'il était un des maillons de la meute, ces quelques guerriers vaillants qui devinrent des Légendes dans le royaume d'Archaon.

    Elysia, la reine pourpre, s'empare aussitôt du pouvoir. Cruelle, sanguinaire, impitoyable, elle installe son autorité dans un bain de sang.

    Hector La Muraille n'est plus que l'ombre de lui-même. Ses faits glorieux remontent à plus de trente ans. Combattre les transcendants et placer Jester le Jeune, véritable héritier de la Couronne, sur le trône, ne sera pas une sinécure. C'est pourtant ce que lui a demandé Alester avant de mourir.

    Mais Hector choisit la fuite, car dans son état, il se sent bien vulnérable, à moins que...

     

    On retrouve le graphisme tout à fait particulier de Stacy Tarumbana... magnifique à vrai dire.

    Bien sûr, il faut aimer la "medieval-fantasy" pour apprécier ce Banni. Mais pour le fan, il s'agit d'un véritable régal.

     

    Le Banni

    tome 2 : La Reine Pourpre

    Le Lombard, novembre 2013

    ISBN 978-2-8036-2818-6

    48 pages - 14,45 €

     

  • Criminal... chez Delcourt

    criminal-tome-1.jpg

    Il n'y a pas que les nouveautés... Le plaisir de chiner, de fureter dans les rayons d'une librairie spécialisée permet parfois d'y faire des découvertes.

    Cette BD au format plutôt "made in USA" nous plonge dans l'univers du polar. Léo, le personnage principal, est un malfrat calculateur qui, lors de ses mauvais coups, a toujours su se débiner juste à temps. Mais est-il lâche pour autant ?

    Seymour, un flic véreux, pense à lui pour monter un braquage. Le problème pour Léo, c'est qu'il n'a pas vraiment le choix, et que l'équipe lui est imposée. Et bien sûr, rien ne se déroule comme prévu.

    Même si le dessin n'a rien d'exceptionnel, le scénario est très bien ficelé et les quelque 130 pages défilent à un rythme soutenu. Ce polar urbain ne manque ni d'action, ni d'hémoglobine. On appréciera aussi de suivre les pensées de Léo.

    La lecture de ce premier tome m'a donné envie d'acquérir les suivants. Car si la suite est du même tonneau, la série pourrait dès lors s'inscrire dans les classiques du genre...

     

    CRIMINAL

    tome 1 : Lâche

    Scénario : Ed Brubaker

    Dessin : Sean Phillips

    Delcourt, juin 2007

    ISBN 978-2-7560-0907-0

    140 pages - 14,95 €

     

    criminal-tome-1_-planche.jpg

     

  • Si c'était à refaire

    201327105543car_pocket.jpg

    "Andrew Stilman, grand reporter au New York Times mène l'enquête la plus importante de sa carrière. Au lendemain de son mariage, il est victime d'une agression et s'effondre, mortellement blessé, dans une mare de sang. Étrangement, il reprend connaissance, deux mois plus tôt.

    Revenu soixante jours en arrière, Andrew Stilman doit choisir entre mener à terme son enquête ou découvrir son assassin et déjouer le destin. De New York à Buenos Aires, le reporter se trouve précipité dans un engrenage vertigineux.

    S'engage alors une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu'à son dénouement... à couper le souffle."

    À l'énoncé du pitch, je m'étais dit : "Pourquoi pas ? Son premier livre m'était tombé des mains mais, après tout, mourir sans avoir lu un roman de Marc Levy, quand on travaille dans le monde du livre, est-ce concevable ?"

    Et il y a quelques jours, je me suis lancé.

    Efficace. Tel est le mot qui convient. Pas de fioritures, pas de longues descriptions, de nombreux dialogues, et une intrigue qui vous pousse à aller jusqu'au bout. J'y ai pris beaucoup de plaisir. Certes, ce n'est pas un chef-d'œuvre qui marquera d'une pierre blanche la littérature française. Mais ce n'est pas le but.

    Si c'était à refaire ? Oui, sans la moindre hésitation.

     

     

    Si c'était à refaire

    de Marc Levy

    Pocket n°15527

    ISBN 978-2-266-23854-0 

  • Qui est Bob Tarlouze ?

  • Mais encore...

     

    Paroles, paroles... Seize minutes pour se perdre en lapalissades, en flatteries dénuées d'action, en avancées qui n'apporteront pas grand-chose, ou pas assez... On n'arrête pas une avalanche en promettant de penser à former des chiens, ou à se sentir solidaire et proche des futures victimes.

    Bien respectueusement Madame la Ministre,

    Marc Varence

     

     

  • ADAMO, 50 ans de succès

    Cover_Adamo.jpgL'Adamo gentil, lisse, et un peu désuet n'existe pas sinon dans le regard et le cœur de ceux qui se sont arrêtés à ces années 60 que le chanteur italo-belge a marquées de son empreinte. Le portrait complet et original qu'en dresse Thierry Coljon révèle une personne différente, nettement plus complexe qu'il n'y paraît. Entre drames et mystères, des années 40 à nos jours, Adamo. 50 ans de succès nous emmène de la Sicile aux quatre coins du monde. Cette biographie du chanteur nous raconte les débuts prometteurs, le succès de la seconde moitié des années 60, les périodes de doute, la traversée du désert, la lente reconquête du public et enfin la reconnaissance…

    Ce livre est le fruit de nombreuses rencontres – avec, notamment, Jean-Jacques Goldman, Alain Souchon, Julien Clerc, Arno... – , et d'une longue enquête réalisée en collaboration avec Salvatore Adamo et son entourage. À l'heure où le chanteur sicilien fête ses 70 ans, ce récit d'une vie et d'une carrière exceptionnelles est celui d'un homme finalement méconnu.

     

    Adamo, 50 ans de succès

    de Thierry Coljon

    Renaissance du Livre, octobre 2013

    ISBN 978-2-507-139-6

    240 pages - 19,90 €

  • Un Goncourt au sommet des ventes !

     

     

    Le roman de Pierre Lemaître, "Au revoir là-haut", réimprimé à 250 000 exemplaires, devrait dépasser les 350 000 exemplaires. Un très beau score pour un Goncourt.

  • Marka se reprend (pas au sérieux)

    Marka.jpg

    Son CD tourne en boucle depuis hier dans la voiture. "L'Hospice", "Accouplés", ou encore "L'Idiomatic" se disputent le podium. J'ai bien dû les écouter six ou sept fois d'affilée.

    Marka et moi, c'est un peu le coup de foudre bien qu'il ne soit pas supporter d'Anderlecht (mais personne n'est parfait). Je retrouve un mélange de Rapsat, de Brel, d'Eddie Cochran, j'y perçois le sens de la fête, la bonne humeur bien belge, et l'autodérision tout aussi propre à notre petit pays. Alors, son livre, hier, je l'ai dévoré en une bonne heure. Et quelle idée géniale de vendre un CD grâce au livre... ou l'inverse...

    Serge Van Laeken est né à Molenbeek... Dès le début, je me marre. Et les anecdotes s'enchaînent à un rythme effréné, tout au long - ce qu'il n'est d'ailleurs pas - du bouquin.

    Son "concert" à Manosque, l'année 1997 et son passage dans les Fnac, sa rencontre avec Jacques Dutronc, son aventure - ou plutôt celle de Jean-Phi - à Manhattan, ou sa réception musclée à Hautepierre, le Bruxellois que je suis en redemande.

    Même si son livre-album se perd quelque peu entre les seins de Delphine de l'album de Kroll et les griffes d'un Chat devenu biblique, même s'il faut fouiller pour le trouver dans l'amoncellement de livres de fin d'année, cela en vaut vraiment la peine... Croyez-moi.

    Il me reste à convaincre Serge Van Laeken d'aller à Anderlecht avec moi pour supporter les mauves... Et là, cela risque d'être difficile...

     

    Marka se reprend (pas au sérieux)

    Renaissance du Livre, novembre 2013

    ISBN 978-2507-05157-0

    114 pages - 14,90 €

     

     

  • Olé-olé-olé les Diables vont au Brésil !

    Cover%20Diables%20Rouges.jpg

    Le portrait de ces Diables qui m'ont fait - et me font encore - tant vibrer est dès à présent repris dans un beau-livre, LE livre officiel des Diables rouges.

    Chaque jour, je lis un portrait. De Kompany à Courtois, en passant par Mirallas, Chadli, Gillet, Hazard - les deux frères - ou encore Romeluuuuuu Lukaku, et je me régale.

    Les photos sont magnifiques et ne demandent qu'à être dédicacées par nos footballeurs rouges à domicile, et noirs à l'extérieur.

    Ce qui me réjouit bien plus que d'assister aux exploits d'une star - comme c'est le cas pour la France et leur Ribéry qui porte toute l'équipe -, c'est de voir l'osmose qui règne dans le groupe. La bonne entente, la solidarité, la volonté, le jeu vers l'avant qui différencie l'équipe d'aujourd'hui de celle des années 80, et, bien sûr, le talent incroyable. Voilà le secret de leur réussite. Si aucune blessure ne vient affaiblir le groupe, gageons qu'on vivra de grands moments, tous ensemble, nord, sud et centre du petit pays, dans quelques mois.

    Allez les Diables ! Merci à Marc Wilmots, à sa rigueur, son sens tactique, sa disponibilité, et sa psychologie du commandement.

     

    Les Diables rouges - Le livre officiel

    Renaissance du Livre, octobre 2013

    ISBN 978-507051624

    24,50 €

     

  • L'hebdo qui pique... mais pour combien de temps encore ?

    a8c7f6b2c03d6c175651a2d1eeacb415.jpg

    L'âge d'or du "Télémoustique" est-il révolu ? Concurrent des Soir magazine, Télépro, Ciné télé-revue, Femmes d'aujourd'hui, cette institution médiatique fera-t-elle encore partie du paysage hebdomadaire dans quelques années ? Rien n'est moins sûr...

    De 120 000 exemplaires au début des années 2000, le titre n'atteint plus 70 000 exemplaires écoulés. Le propriétaire de Moustique, Sanoma magazines Belgium, veut s'en défaire au plus tôt.

    Triste nouvelle qui ne fait qu'accentuer la déprime générale des quotidiens et magazines en papier, peu à peu ringardisés par le tout puissant Internet. Il n'y a qu'à jeter un œil sur les piles de journaux dans les maisons de presse. Celles-ci ont été divisées par deux, par trois, voire par quatre ou cinq en moins de vingt ans. Un désastre.

    Bien sûr, des repreneurs se feront connaître. Pourquoi pas imaginer un rachat par le groupe Rossel, l'éditeur du Soir magazine ? Ou par Roularta ? Ou même par Marianne Belgique ?

    Mais dans tous les cas, le Moustique pourrait devenir aussi gênant que l'insecte éponyme qui tourne autour de vous durant votre sommeil. Car il pourrait faire de l'ombre aux concurrents historiques du groupe. Un rachat ayant pour objectif de tuer le titre à petit feu, cela s'est déjà vu. Je pense notamment à L'Instant, concurrent du Vif, et racheté par Roularta au début des années '90... 

  • MON'S Livre les 23 et 24 novembre !

    1391964_337706876375161_685118985_n.jpg

    Le week-end du 23 et 24 novembre, les passionnés de littérature pourront se donner rendez-vous à Mons, à l'occasion de la seconde édition de Mon's Livre.

    Auteurs, éditeurs, responsables de bibliothèques communales, dessinateurs, et autres acteurs du livre proposeront des animations, des lectures, des conférences et, bien entendu, des dédicaces.

    Signalons au passage la présence d'Alain Doucet, le samedi 23 de 15h00 à 17h00, pour la signature de son dernier ouvrage paru aux éditions du Basson.

     

     

  • Neveu d'Hitler !

    le_neveu_d_hitler_01.jpg

    "Le jeune August a de la chance : sa mère Paula est la sœur d'Adolphe Hitler, chancelier du IIIème Reich. En ces temps troublés de guerre mondiale, son statut de neveu du Führer lui permet d'échapper aux Jeunesses Hitlériennes et de ne pas servir de chair à canon sur le Front Est.

    Mais August ressemble trait pour trait aux caricatures du Juif propagées par les nazis. Suite à un concours de circonstances, il est arrêté puis torturé par la Gestapo. Incapable de prouver sa véritable identité, il est envoyé à Auschwitz, découvrant de plein fouet la terrible réalité de la solution finale. Va-t-il réussir à s'échapper de cet enfer ?"

    Couverture accrocheuse, ma foi bien réussie. Titre du même acabit, car le nom "Hitler" fait vendre. Mais une fois la lecture entamée, on recense de nombreuses coquilles, fautes de frappe, et autres faiblesses stylistiques. La construction basée sur une narration entrecoupée de pages grises rappelant la vérité historique alourdit l'ensemble et lasse le lecteur, surtout si celui-ci s'y connaît un tant soit peu en Seconde Guerre mondiale.

    Triste...

     

    Neveu d'Hitler

    de Bob Martin

    MA éditions, novembre 2013

    ISBN 978-2-822-402651

    420 pages - 19,90 €


     

  • Un Ange à la fenêtre

    un_ange_a_la_fenetre_01.jpg

    Cela fait bientôt soixante ans que Mary McAllister vit seule, sans jamais sortir de sa luxueuse maison de marbre blanc, construite au sommet d'une colline surplombant la petite ville de Mill River. Ses liens avec le monde extérieur sont rares : quelques lettres, les visites d'un vieux prêtre et la fenêtre de sa chambre donnant sur la ville en contrebas.

    Pour la plupart des habitants de Mill River, la maison et son occupante restent un mystère. Trois nouveaux venus dans la petite ville – un policier, sa fille et son institutrice – vont s'intéresser à la vieille dame. Mais seul le père O'Brien connaît l'histoire de Mary et le secret qui la maintient enfermée. Un secret qui, une fois révélé, changera la vie de tous, et pour toujours.

     

    Un Ange à la fenêtre

    de Darcie Chan

    MA éditions, novembre 2013

    ISBN 978-2-822-402576

    300 pages - 17,90 €

  • Françoise DOLTO La déraison pure

    francoise_dolto_la_deraison_pure_01.jpg

    Ce que Frank Andriat dénonce dans son pamphlet "Les profs au feu et l'école au milieu" trouve sa source en mai 1968, moment où la pensée Dolto s'impose tant en psychanalyse qu'au ministère de l'éducation. L'enfant-roi mettra encore vingt ou trente ans pour asseoir son autorité dans les cours d'écoles.

    Françoise Dolto prône le "laisser-faire", le "laisser-dire", et ce dès la plus tendre enfance. Car, selon elle, la mère est un être toxique auquel il faut s'opposer, au même titre que le père. Tuer les images parentales délétères. Quant aux enseignants, même combat, il faut anéantir leur influence nauséabonde, leur autorité.

    Didier Pleux démonte la "doltoïsation" de l'enseignement, revient sur la vie de la mère du chanteur Carlos, et explique les motivations réelles qui fut loin, très loin même, d'être irréprochable.

    "Apprendre, c'est subir le gavage des adultes castrateurs" soutenait-elle.

    En s'attaquant à cette icône, l'auteur va à l'encontre des théoriciens actuels, assis dans le confort douillet de leur bureau et nullement confrontés aux dégâts causés par des enfants devenus omnipotents. En répondant à la mode Dolto, en bons démagogues, les politiques ont érigé un système qui ne fonctionne pas, mais peu importe...

    Ouvrage utile, instructif, osé, il nous propose l'autre son de cloche... tellement plus sensé.

     

    Françoise Dolto La déraison pure

    de Didier Pleux

    éditions autrement, octobre 2013

    ISBN 978-2-7467-3505-7

    190 pages - 13,00 €

  • A la couleur d'une sucrerie, mais n'en est pas une...

    KROLL_2013_vignette.jpg

    Le Kroll 2013 ? Un bon cru, assurément. Et un dessin de couverture qui en jette. De l'abdication du Roi à celle du pape, de la réélection d'Obama à la première année de règne de François Hollande, l'année fut riche en événements tragicomiques. Dans ce domaine, le trait acéré de Pierre Kroll n'a plus rien à prouver.

    Au fil des pages, les perles s'enchaînent, les gros titres - les petits aussi - de l'année écoulée nous rappellent qu'elle fut exceptionnelle.

    Le cadeau par excellence, l'album à déguster, où l'on picore çà et là au gré des envies, le dix-neuvième déjà, le Kroll à ne pas rater, bref... "On s'en souviendra" !

     

    On s'en souviendra

    de Pierre Kroll

    Renaissance du Livre, novembre 2013

    ISBN 9782507051365

    96 pages - 20,00 €

  • Noël s'annonce difficile pour les librairies Chapitre...

    panorama-tarbes.jpg

    "On ne peut pas laisser la clientèle quitter nos librairies parce qu'ils ne trouvent pas les produits qu'ils viennent chercher. Au bout d'un moment cela n'aura plus de sens, il n'y aura plus de repreneur parce qu'il n'y aura plus de reprise possible."

    C'est en ces termes très durs que s'est exprimé Michel Rességuier, le président de Chapitre. Suite à la fermeture des robinets décidée par le groupe Hachette... et de quelques autres de grande importance dans le monde du livre, ce sont des dizaines de titres qui ne pourront être vendus dans les librairies Chapitre... voire des centaines. Une catastrophe quand on connaît l'importance du groupe Hachette. C'est simple : imaginez une libraire qui vous dirait aujourd'hui : "Astérix chez les Pictes ? Non, nous ne l'avons pas ! Désolé!"

    Échaudés suite à l'expérience Virgin qui s'est soldée par un trou abyssal, les grands groupes d'édition ont décidé de ne plus faire office de banquiers pour Chapitre. D'autant qu'un banquier n'ayant aucune garantie n'en est plus un de nos jours. Il n'était donc plus envisageable d'augmenter l'encours une fois encore, et très certainement à perte.

    Bien sûr, et comme toujours, les dindons de la farce seront les employés de ces librairies, ainsi que les clients qui, je l'espère, ne se rabattront pas sur la solution venant tout droit de Seattle...

     

  • Je serai toujours là

    je_serai_toujours_la_01.jpg

    Récemment affecté dans les Cévennes, le commandant Nathan Prieur espère un nouveau départ avec sa femme et ses deux filles. Mais de nouveau, il se retrouve confronté à l'horreur lors du meurtre abominable d'une adolescente.

    Nathan Prieur, impliqué personnellement dans cette affaire, se lance sur les traces de l'assassin. Un compte à rebours impitoyable commence, car il en est certain : le monstre ne s'arrêtera pas là.

    Des destins se croisent. Des vies s'effacent. Des meurtres sont perpétrés avec une incroyable cruauté. Des mensonges oubliés surgissent du passé. Des fantômes hantent les bâtiments en perdition. Le mal rôde sur les Cévennes. La folie s'est emparée des hommes...

    Jusqu'où Nathan Prieur devra-t-il aller pour connaitre la vérité ?

    Et vous, jusqu'où irez-vous pour sauver l'être que vous aimez ?

     

    Je serai toujours là

    de Philippe Savin

    MA éditions, octobre 2013

    ISBN 978-2-822-402262

    300 pages - 17,90 €

  • La Bible selon le Chat...

  • La saga de France Inter

    la_saga_de_france_inter_01.jpg

    50 ans d'amour. Des PDG, des journalistes, des producteurs, des directeurs et des millions d'auditeurs, tous attachés à « leur » radio avec la même passion, la même envie, les mêmes colères parfois. On ne peut pas raconter l'histoire de France Inter sans tenir compte de cette relation si particulière que tous entretiennent avec elle ; un peu comme une famille attachante, agaçante, mais dont on ne pourrait se passer. 50 ans de grèves aussi !

    De la politique, du syndicalisme, des accords, des manœuvres, des négociations ; du suspense, des chausse-trappes, des secrets... France Inter, c'est le service public dans tous ses états. Un feuilleton sans fin ! 50 ans de beautés enfin. Des voix, des sons, des rencontres, une seule et même vibration... Des silences. Des souvenirs gravés dans nos mémoires. Des moments historiques, bouleversants, inoubliables. Des vies entières à émettre et recevoir, parler et écouter. Un demi-siècle de notre histoire, passée, présente et certainement à venir. 50 ans qui méritaient bien un livre enquête passionnant et passionné.

     

    La saga de France Inter

    de Valérie Péronnet et Anne-Marie Gustave

    Pygmalion, octobre 2013

    ISBN 978-2-7564-1041-8

    288 pages - 20,90 €