Les enfants de Hansen

LesEnfantsDeHansenOgnjenSpahic.jpg

Depuis la nuit des temps, la lèpre est ressentie comme une maladie particulière, une punition diabolique contre laquelle il est inutile de lutter. Les regrouper et les isoler, voilà la solution, unique et imparable à la fois, trouvée par l'homme sain, impitoyable.

L'action se déroule de 1982 à 1989, dans la dernière léproserie au sud de la Roumanie... la Roumanie de Nicolae Ceausescu.

Le narrateur, lépreux lui aussi, nous fait ressentir, non sans quelque gêne, le drame indescriptible du quotidien d'un malade atteint par le fameux bacille de Hansen.

Les histoires de Zoltan le Hongrois, de l'Américain Robert W. Duncan, de deux homosexuels polonais, ou encore de la seule femme prisonnière de la léproserie, nous donnent le frisson. On en vient même à s'ausculter rapidement, on se tâte les avant-bras, le front, histoire de constater notre bonne santé. Ouf !

Un huis clos glauque, le régime totalitaire communiste en filigrane, cruel, sans pitié, austère. Certains chapitres m'ont paru très longs, mais l'auteur se rattrape avec brio en intégrant des épisodes tragiques de l'histoire de cette maladie maudite.

Un livre qui ne laisse personne indifférent.

 

Les enfants de Hansen

d'Ognjen Spahic

éditions Gaïa, octobre 2011

ISBN 978-2-84720-078-2

176 pages - 18,00 €

Les commentaires sont fermés.