• Le livre de Nabilla ! Une daube intégrale !

    achetez-le-livre-de-nabilla-a-9-95eur-pour.jpg

    Le phénomène Nabilla - épiphénomène d'une téléréalité qui cherche à tomber toujours plus bas, et qui y parvient - m'énerve au plus haut point. La parution de cet ouvrage composé de photos et de déclinaisons écrites à la hâte de son "Allô Non mais allô quoi !" m'a fait bondir.

    L'éditeur annonce 35 000 ventes en deux semaines seulement. Dans le même temps, les chiffres réels annoncés par Edistat sont de 1 200 environ. À la louche, je dirais 1 500. Les 35 000, ce sont les exemplaires mis en place. Car on la voit partout cette grosse m.

    Ce "livre" prend... chipe la place à un autre, 10 000 fois moins mauvais, et rédigé en français. Tout cela parce qu'une starlette de téléréalité, ayant la taille du cerveau inversement proportionnelle à celle de ses bonnets de soutien-gorge, a prononcé une belle idiotie en plein direct.

    Le fait que ce bloc-notes - et encore, c'est pas gentil pour les véritables blocs-notes - soit boudé par le public me rassure quant au niveau général des clients en librairies. Il faut d'ailleurs souligner que plus de la moitié (environ 700) des exemplaires vendus l'ont été en grandes surfaces alimentaires.

      

  • Mais où va-t-on ?

    IMAGE_2010_06_18_6750048.jpg

    Le cœur des villes souffre d'insuffisance coronarienne. Les petits commerçants - jadis tout-puissants - voient leurs chiffres d'affaires stagner - au mieux -, baisser - c'est la norme -, ou s'effondrer - au pire -. Un Khamsin, vent des sables brûlant, y souffle tout au long de l'année. Les mines sont moroses, voire déconfites. Ce vent s'engouffre dans les artères commerçantes, chassant les uns après les autres ces idéalistes, ces utopistes, ou ces résistants qui persistent à préférer la pratique du commerce à l'ancienne.

     

    En périphérie, se sont ouvertes en moins de deux décennies - et s'ouvrent encore - des zones commerciales composées essentiellement de magasins de chaînes. Grands parkings. Gratuits. Espaces aérés, conditionnés, ouvertures automatiques des portes, larges baies vitrées. Pratique mais dépersonnalisé. Vous êtes une fourmi sans nom, sans relief. Vous contribuez à alimenter quelques reines.

    Et pourtant, détrompez-vous, les chaînes y perdent des plumes, car la plupart de ces ancrages commerciaux ne sont pas aussi rentables qu'il n'y paraît. Pire, certaines enseignes voient leurs comptes plombés par l'accumulation de charges. Alors, pourquoi s'y installer ? Tout simplement pour éviter qu'un concurrent ne s'empare du lieu, ou pour maintenir leur réputation, leur image. Le grand public comprendrait-il qu'une FNAC, un magasin Club (Belgique), ou un Cultura ait rechigné à ouvrir une succursale supplémentaire ? En France et en Belgique, ces espaces commerciaux ont fleuri à proximité de petites villes (Calais, Dunkerque, Mouscron, Huy) ou de grandes villes telles que Liège (Médiacité) ou Bruxelles (en projet : trois nouveaux centres pharaoniques). Résultat : tout le monde y perd ! Sauf le consommateur bien entendu...

    L'offre s'est étendue, tout comme la zone de chalandise, mais la clientèle potentielle n'a pas grossi en proportion. Les clients, il faut donc aller les chercher et tenter de rompre leurs habitudes, les inciter à prendre leur véhicule en leur promettant des promos... toute l'année. Qui dit "promo", dit perte de rentabilité, à moins d'en faire peser la charge sur les fournisseurs.

    Quant aux éditeurs, ils doivent répondre à l'augmentation de l'offre par une augmentation des tirages. En faisant cela, ils ont vu leur taux de retour admissible littéralement exploser. Pour pallier ce problème et réduire les frais de stockage, la plupart conservent des tirages raisonnables, mais ils ne peuvent donc plus servir tous les points de vente. Pas question de ne pas livrer en priorité les niveaux 1 (chaînes du type Fnac, Furet, Cultura, etc.), ainsi que la grande distribution (CORA, Auchan, Carrefour, etc.) Quelles en sont les conséquences ? Le libraire de quartier ne pourra commander un livre pour un client car celui-ci est signalé "manquant", alors que dans le même temps, on en trouve encore en piles dans la grande surface la plus proche. Les éditeurs attendent les retours des grands magasins pour les réintroduire dans le circuit pour servir les libraires... souvent trop tard. D'autres éditeurs se coupent donc sciemment de ces niveaux 1, mais ce sont alors les auteurs qui expriment leur mécontentement. "Tiens, j'ai voulu acheter ton livre et je ne l'ai trouvé nulle part." s'entendent-ils dire par leur entourage...

    Pendant ce temps, les voraces Amazoniens tissent leur toile, se frottent les mains car bon nombre de clients insatisfaits empoignent leur PC portable ou leur tablette tactile et... commandent l'ouvrage en ligne, cet ouvrage si difficile à trouver...

    Bref, on n'est pas sorti de l'auberge... Criant

     

  • Le rêve de Madoff

    book_649_image_cover.jpg

    madoff_5_normal-2927c.jpg

    Que peut penser Madoff du fond de sa prison ? Que peut-il encore espérer ? Et comment en est-il arrivé là ? Éprouve-t-il du remords ? Dominique Manotti nous dissèque, comme dans un rêve, l'ambition sans limites de Bernie Madoff, l'un des plus grands escrocs de l'ère moderne.

    Non sans humour, cet opus ne tourne pas autour du pot. Tout au long de ces quarante-sept petites pages, je me suis régalé. Le cynisme américain, le manque sinon l'absence de scrupules qui caractérise l'économie de l'oncle Sam, l'attrait de l'argent, tout cela transpire véritablement.

    Si je devais synthétiser ce "Rêve de Madoff" en un seul mot, je n'hésiterais pas un instant : "GÉNIAL !"

     

    Le Rêve de Madoff

    de Dominique Manotti

    Allia, juin 2013

    ISBN 978-2-84485-675-3

    48 pages - 3,10 €

  • Les Syndicats

    cover_syndicats.jpg

    Partant d'un constat : l'absence de livre traitant de l'étendue du pouvoir syndical, Alain Destexhe s'est décidé à jeter un pavé rouge dans la mare...

    L'auteur se montre d'emblée respectueux à l'égard des luttes qu'ont menées les organisations syndicales au cours du 19ème siècle et d'une partie du vingtième. Sans remettre en question l'existence indispensable des syndicats, contrepoids évident à la puissance patronale, il attire l'attention sur les tabous, les situations controversées, l'opacité des comptes et du nombre d'adhérents, les abus, et autres dérives dues à la toute-puissance de certaines organisations.

    Audace, témérité, culot, réalisme, voilà certaines caractéristiques propres à cet ouvrage... D'autant qu'Alain Destexhe maîtrise son sujet.

    Bien sûr, le grand public se doute qu'il existe bon nombre de pratiques peu reluisantes au sein des principales organisations syndicales. Caisses noires, déclenchements abusifs de grèves sauvages, fraudes à la prime syndicale, montages financiers, violences, culture du "non", conservatisme pas toujours réaliste en ces temps de crise, qui n'en a pas entendu parler ? Bien sûr, nous sommes parfois heureux d'être syndiqués en cas de litige avec l'employeur. Mais cela excuse-t-il un certain abus de pouvoir ?

    Cet essai ouvre une voie, crée une brèche dans l'édifice fortifié.

     

    Syndicats

    enquête sur le plus puissant lobby du pays

    d'Alain Destexhe

    Renaissance du Livre, mai 2013

    ISBN 978-2-50705-013-9

    160 pages - 14,90 €

     

     

     

  • Le dernier juré

    9782266160162.jpg

    John Grisham est tout sauf un inconnu. Auteur de plusieurs best-sellers mondiaux adaptés sur grand écran, il est devenu le spécialiste du thriller judiciaire. Je dois reconnaître avoir lu et apprécié la plupart de ses écrits. Même si "Le dernier juré" ne déroge pas à la règle, j'avoue avoir été quelque peu déçu, non par le plaisir réel à dévorer un Grisham de plus, mais par le vide de plusieurs chapitres, la faiblesse de l'intrigue, et l'évidence de la chute. Autre remarque incisive : le nombre trop élevé de coquilles. L'amnésie orthographique frappe-t-elle donc aussi les éditions Pocket, au point de ne plus se rappeler du tréma, du pluriel des noms communs, ou de la syntaxe ?

    Quant à l'histoire, un peu trop cousue de fil blanc, elle nous emmène à Clanton, une petite ville du Mississipi profond, à une bonne heure de route de Memphis. Nous sommes en 1970 et le narrateur y rachète l'hebdomadaire local, pour une bouchée de pain. Jeune journaliste, motivé à l'extrême, ilentend bien redynamiser une feuille de chou qui, à part sa rubrique nécrologique, n'avait rien de bien attrayant. Or, la chance lui sourit d'emblée car, dans cette bourgade où il ne se passe pas grand-chose de croustillant, le meurtre de Rhoda Kassellaw, violée et assassinée sous les yeux de ses jeunes enfants, vient attiser toutes les polémiques. Le meurtrier présumé - mais y a-t-il vraiment un doute sur son identité ? - n'est autre que Danny Padgitt, le benjamin d'un clan mafieux réputé pour sa férocité.

     

    Le dernier juré

    de John Grisham

    Pocket n°12904, 2007

    ISBN 978-2-266-16016-2

    468 pages - 7,60 €

  • La vengeance de Baudelaire

    la_vengeance_de_baudelaire_01.jpg

    Paris, 1870. La guerre sévit entre la France et la Prusse et la ville assiégée est bombardée quotidiennement, condamnant la population à la faim et au froid. Partout la mort rôde. Dans les bas-fonds de Paris ou encore dans les grands salons des aristocrates, les moeurs sont dissolues, les superstitions et les pratiques occultes côtoient impudemment la connaissance scientifique.

    C'est dans cette atmosphère chaotique et teintée d'érotisme, que Paul Lefèvre, l'énigmatique commissaire assidu des bordels de la capitale, ainsi que son ami, l'inspecteur Bernard Bouveroux, homme curieux et cultivé, auront à résoudre une série de crimes bien orchestrés, chacun porteur d'un message, tiré du controversé recueil Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire, mort quelques années plus tôt.

    À mesure que l'enquête progresse sur un chemin encombré de subterfuges et de mensonges soigneusement ourdis dans les profondeurs abyssales de l'âme humaine, les masques se craquellent, puis tombent, nous dévoilant au compte-gouttes, un obscur secret, bien gardé au sein de la famille Baudelaire.

     

    La vengeance de Baudelaire

    de Bob Van Laerhoven

    MA éditions, juin 2013

    ISBN 978-2-822-402286

    300 pages - 17,90 €

  • Hergé, Jigé, Jacobs, et tant d'autres...

    dicobdcouvhd.jpg

    Ouvrage exhaustif, illustré, unique tant par son sujet - la bande dessinée sous l'Occupation - que par la façon originale de le traiter : un dictionnaire au format à l'italienne !

    On est surpris par la richesse incroyable de la production durant les années de guerre. Ce sont des acteurs incontournables tels que Jacques Van Melkebeke, Jigé, Maurice Tillieux, Willy Vandersteen, Edgar Pierre Jacobs, Jan Meuwissen, Fernand Dineur et, bien sûr, Hergé. Ce sont des séries ou personnages mythiques, des albums, des hebdos ou mensuels qui ont forgé la légende du 9ème art. Je songe notamment aux aventures de Blondin et Cirage, à Bravo, à Nine, à Patchoun et Pitchounette, au Navire fantôme, au Petit Vingtième ou encore à Quick et Flupke, les gamins de Bruxelles créés par Hergé. Sans oublier "notre" Tintin national.

    Pendant la Guerre, Hergé dessinera Le Crabe aux pinces d'Or, L'Etoile mystérieuse (première en couleurs), Le trésor de Rackham le Rouge et Les sept boules de cristal., histoire inachevée en 1944.

    Véritable star déjà à cette époque, Hergé et son Tintin et Milou a un peu occulté ses collègues, amis et concurrents. Mais en lisant cet ouvrage que l'on doit à Frans Lambeau et son éditeur, André Versaille, on ne peut que constater la richesse de notre patrimoine. Aussi petit soit notre pays, il fut le berceau d'un plaisir de lecture devenu phénomène mondial.

     

    Dictionnaire illustré de la bande dessinée belge sous l'Occupation

    de Frans Lambeau

    André Versaille éditeur, mars 2013

    ISBN 978-2-87495-140-4

    336 pages - 34,50 €

     

  • Dorian Gray / Oscar Wilde

    dorian_gray_le_portrait_interdit_01.jpg

    Dès sa parution, Le Portrait de Dorian Gray, accusé de prôner l'hédonisme et de saper les fondements de la morale, connut un énorme succès. En 1890, le Daily Chronicle écrivait que le roman d'Oscar Wilde risquait de « contaminer les jeunes esprits qui le liraient ». Eh bien, critiques victoriens, accrochez vos ceintures et préparez-vous à affronter Dorian Gray - Le Portrait interdit de Nicole Audrey Spector : encore plus torride, obscène, excitant, brûlant et moralement corrompu que l'histoire originale d'Oscar Wilde !

    Roman qui retrace la déchéance morale d'un jeune et beau Londonien séduit par l'art, toujours à la recherche de plaisir...

     

    Dorian Gray Le portrait interdit

    de Nicole Audrey Spector et Oscar Wilde

    MA éditions, juillet 2013

    ISBN 978-2-822-402248

    228 pages

     

  • Du garage à la scène

    guide_rock.jpg

    Il ne faut pas forcément passer par la scène du Club Med, comme ce fut le cas pour Patrick Bruel, pour avoir une chance d'être repéré. Il ne faut pas obligatoirement participer à l'une des - trop - nombreuses émissions de téléréalité pour avoir une chance d'enregistrer un album. Faire la manche dans les stations balnéaires les plus huppées du sud de la France ? Même si cela a porté ses fruits pour Christophe Maé, ce n'est pas non plus un passage obligé.

    Une chose est sûre cependant, si vous êtes Belge et pétri de talent - ou sûr d'en avoir -, ce guide, il vous est indispensable.

    Exhaustif, il reprend et explique les éléments à mettre en place, et cela que vous désiriez vous produire en groupe ou en solo. Les interviews de Marc Ysaye, Jean-Luc Fonck, Julien Farinella, Matthew Irons, Daran et bien d'autres apportent la touche d'expérience et quelques conseils vraiment très utiles.

     

     

     

     

    Du Garage à la Scène

    Guide à l'usage des (futures) rock stars

    d'Erwan Le Berre et Eddy Rixhon

    Renaissance du Livre, avril 2013

    ISBN 978-2507-05127-3

    240 pages - 14,90 €

     

  • Les Justes

    les_justes_01.jpg

    "Par une froide nuit dans le désert de l'Utah, une jeune femme s'enfuit de chez elle, son enfant endormie dans les bras. Plusieurs heures après, elle est retrouvée morte la gorge tranchée et la langue arrachée – et fait curieux, sa petite fille a été ramenée dans son lit. Les habitants de Blister Creek souhaitent voir ce meurtre affreux résolu au plus vite, car ils font partie d'une communauté unique en son genre : une secte polygame dissidente des Mormons, qui ne peut se permettre de voir cette affaire filtrer dans le « monde extérieur ».

    Ils font donc appel à l'un des leurs : Jacob Christianson, fils d'un patriarche respecté, et accessoirement cousin de la victime. Avec l'aide de sa soeur adolescente, Eliza, Jacob commence à enquêter sur cet étrange meurtre et met bientôt au jour un monstrueux secret, qui pourrait détruire les fondations même de leur église."

     

    Les Justes

    de Michael Wallace

    MA éditions, juin 2013

    ISBN 978-2-822-402255

    300 pages - 17,90 €

  • une escapade en famille...

    9782507050863.jpg

    Pourquoi bouder les possibilités de sorties dans notre beau pays ? Pourquoi ne pas envisager un week-end en famille dans nos Ardennes ? Et si l'on cherche une activité familiale, un lieu de ravissement pour petits et grands, ce guide me paraît convenir tout à fait.

    Philippe Soreil nous propose pas moins de trente sorties nature en Wallonie. De Theux (Forestia) à Bouillon (parc animalier), en passant par Enghien, Annevoie, Durbuy ou Stoumont (golf champêtre), les idées ne manquent pas. Une occasion de bien s'oxygéner, de pratiquer la marche en forêt, d'admirer de somptueux paysages (eh oui, la Belgique est un pays magnifique), de vous changer les idées et, bien entendu, de découvrir et de soutenir une région qui a toujours une ardeur d'avance... ;o)

     

    Guide des sorties nature en famille (Wallonie)

    de Philippe Soreil

    de rouck Publishing, avril 2013

    ISBN 978-2507-05086-3

    128 pages - 14,90 €

  • La Somnambule

    9782203047938.jpg

    "A Boston en ce printemps 1974, peu de choses semblent distinguer Marian Tansey, employée d'une boutique de brocante, des autres jeunes femmes de sa génération. Une certaine réserve, peut-être, et une solitude finalement surprenante chez une trentenaire aussi séduisante. Mais dans le secret de la chambre qu'elle loue chez Ruth, la femme qui l'a recueillie, Marian lève le voile : ses souvenirs les plus anciens ne remontent pas au-delà de deux ans, sa mémoire est comme une passoire. Hormis les images fantomatiques qui l'assaillent régulièrement comme des flashes, à l'état de veille ou dans ses cauchemars, rien ou presque ne transpire de cette vie d'avant qu'elle sent pourtant affleurer tout près, en lisière de sa conscience. Est-elle folle ? Qu'a-t-elle vraiment fait et vécu, dans les brumes souvent effrayantes de son passé ? Faux semblants, coups de théâtre et révélations forment la trame de ce suspense psychologique.

    La collection noire de Casterman, en collaboration avec Rivages, permet de revisiter des classiques du suspense américain. Helen McCloy signe La Somnambule en 1974 et force est de constater en lisant cette BD, que celui-ci n'a pas pris une ride.

    Sombre, glauque, l'ambiance sent le soufre, chaque personnage y rajoutant sa fine poudre de malaise.

     

    La Somnambule

    d'après le roman d'Helen McCoy

    Scénario : Stéphane Michaka

    Dessin : Jean-Louis Thouard

    Casterman/Rivages, juin 2013

    ISBN 978-2-203-04793-8

    104 pages - 18,00 €

     

     

  • Rimbaud, l'indésirable

    rimbaud-l-indesirable-bd-volume-1-simple-48487.jpg

    Aujourd'hui réduite à portion congrue, la poésie ne fait plus recette sur les tables des libraires. Les éditeurs rechignent à en publier, ou alors à des tirages confidentiels. Paradoxalement, cet art littéraire prend une part importante au cours de notre scolarité. Les poèmes des Baudelaire, France, Barbey d'Aurevilly, Mallarmé, Apollinaire et, bien entendu, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud, sont étudiés par cœur, analysés, décortiqués, applaudis... parfois.

    Originaire des Ardennes, Arthur Rimbaud fait figure d'ovni dans la galaxie poétique de la fin du 19ème siècle. Marginal à outrance, le Rimbe cultive son ego démesuré, persuadé de son génie créatif, bienréel il est vrai.

    L'auteur a dépeint le poète sans complaisance, tel qu'il était décrit par ses proches : manipulateur, grossier, culotté, un portrait bien éloigné de l'image du jeune poète romantique.

    Cette BD retrace l'existence de Rimbaud qui, malgré le peu d'années qu'il consacra à l'écriture de poèmes, révolutionna le genre et marqua l'histoire de la littérature française. Un bel ouvrage de 128 pages...

     

    Rimbaud, l'indésirable

    de Xavier Coste

    Casterman, mai 2013

    ISBN 978-2-203-0646-5

    128 pages - 22,50 €

  • Carton blême

    CARTON-BLEME-DEFINITIF-703x1024.jpg

    "Dans un futur proche rongé par la pollution et la criminalité, l'état de santé de chacun devient le fondement de clivages économiques et sociaux aussi rationnels que cauchemardesques. Aux bien portants, le ministère de l'Intérieur délivre un carton bleu qui permet l'accès aux services publics, et notamment à l'assistance de la police. Tous les autres, malheureux détenteurs d'un carton blême, sont livrés à eux-mêmes en toute légalité, et mort aux vaincus...

    C'est dans ce contexte que Paul Heclans, flic désabusé mais efficace, hérite de l'affaire du dingue au marteau, un tueur en série. Son enquête met rapidement à jour des trafics manifestes de cartes de santé, et le conduit malgré lui jusqu'aux plus hautes sphères de l'appareil d'état."

    Excellent polar futuriste, cet album se veut effrayant par son côté réaliste car, après tout, il n'est pas exclu qu'une telle situation puisse exister un jour dans notre société ayant l'exclusion un peu trop facile.

    Dans la veine d'un "Orange mécanique", point de remords, aucune remise en question face à un système inique, le héros se voit confronté à l'aberration qui régit la société.

     

    Carton blême

    Scénario : Jean-Hugues Oppel, dessin : Boris Beuzelin

    d'après le roman de Pierre Siniac

    Rivages / Casterman, juin 2013

    ISBN 978-2-203-02581-3

    104 pages - 18,00 €