• Questions sur la Seconde Guerre mondiale

    FerroCOUV.jpg

    Marc Ferro aurait pu intituler cet ouvrage "Mise au point sur les grands événements de la Seconde Guerre mondiale". L'auteur revient sur plusieurs grandes questions laissées en suspens, très peu voire pas du tout développées dans les médias. Quand s'est produit le véritable tournant de la guerre ? L'extermination des juifs : qui savait et quoi ? Pour chaque nation belligérante, quels étaient les enjeux de la Résistance et quelles formes prirent-elles ? Roosevelt avait-il offert sur un plateau Pearl Harbor aux Japonais ? Quelles étaient les motivations réelles des deux camps lors de la signature du Pacte germano-soviétique ? Le Maréchal Pétain cachait-il son jeu ? L'auteur nous décrit également les différents types de collaborations, avec les nuances par pays.

    Intéressant, fouillé, ce livre se déguste avec sagesse - tiens, une petite odeur de café -, au calme, et nous ouvre les yeux sur l'une des périodes les plus noires de notre Histoire.

     

    Questions sur la Seconde Guerre mondiale

    de Marc Ferro

    André Versaille éditeur, 2010

    ISBN 978-2-87995-099-5

    208 pages - 14,90 €

  • Le roman du parfum

    id-7491livre.jpg

    Consacrer un roman au parfum n'était, a priori, pas un exercice facile, d'autant qu'il fallait faire preuve d'originalité et ne pas risquer d'être comparé au "Parfum" de Patrick Süskind.

    Contrat rempli par Pascal Marmet qui rajoute une sorte de biographie de l'acteur Tony Curtis à une histoire du parfum au travers des époques. Pour tout savoir sur les fragrances, sur les principales créations des grandes marques, sur les nez, sur les écoles, ce livre est une étape précieuse.

    Plaisant à lire, "Le Roman du parfum" remporte un vif succès, tout à fait mérité.

     

    Le Roman du parfum

    de Pascal Marmet

    éditions du Rocher, 2012

    ISBN 978-2-268-07475-7

    272 pages - 20,20 €

  • Le procès Eichmann...

    Ce film revient sur le procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961 et plus particulièrement sur la personnalité d’Hanna Arendt, philosophe juive allemande naturalisée américaine qui a couvert le procès pour le magazine The New Yorker. Auteur de Eichmann à Jérusalem, ouvrage qui compile ses chroniques de ce procès, elle y reprend sa théorie du rouage du système et conclut qu'Eichmann n'avait agi de la sorte durant la guerre que pour “faire carrière”. Elle le décrit comme étant l’incarnation même de la “banalité du mal”. Cette dernière théorie déclenchera une controverse sans précédent.

     

    Wieviorka_Eichmann Couv DEFlow.jpg

  • Le Professeur de scénario

    Poche LE PROFESSEUR DE SCENARIO cover.jpg

    Un écrivain de cinquante ans, auteur d’une thèse sur Sacha Guitry qui ne le menait nulle part, s’est recyclé en spécialiste du scénario. Depuis qu’il a fait ce choix, tout lui réussit : un poste stable à l’Université de Genève, des relations humaines apaisées, des amours romanesques, et même l’aisance financière. Il est persuadé que le scénario n’est pas seulement l’écriture d’un film, mais aussi l’art de diriger le cours de sa vie. Jusqu’au jour où une série d’événements mystérieux ou tragiques qui se produisent dans son département si paisible, lui donnent l’idée d‘utiliser un scénario pour faire éclater la vérité. N’est-ce pas la bonne idée de trop ?

     

    Un roman à soutenir, sur le site des éditions Méhari !

  • Big K. : L'invitation au mal

    570_570_6f634c38821afe7c1cc6e069ecd77770-1363957649.jpg

    Après avoir dessoudé Salvi, gérant d'un sex-shop propriété d'un redoutable mafieux, Big K. doit s'acquitter d'une autre tâche sordide, un nouveau meurtre commandité par Tony Lucchese.

    Big K., vous l'aurez compris, est un tueur à gages. Impitoyable, sans une once de pitié, il prend du plaisir à lacérer, égorder, éventrer, décapiter, bâillonner, ou plonger un corps dans l'acide.

    Marié et père de famille, Big K. mène sa double vie en toute quiétude. Calculateur, peu bavard, d'un sang-froid à toute épreuve, il est davantage un serial killer qu'un fonctionnaire du crime organisé.

    L'univers glauque présenté par les auteurs, ainsi que l'extrême noirceur des personnages, dont Roy, le "concurrent" de Big K., me font dire, pour ce type de BD, que l'on adore ou que l'on déteste. Je suis à ranger dans la première catégorie.

     

    Big K.

    tome 2 : L'invitation au mal

    de Nicolas Duchêne & Fabian Ptoma

    Casterman, février 2013

    ISBN 978-2-203-05019-8

    48 pages - 11,95 €

     

     

     

     

     

     

  • Les éditions Méhari dans un magazine féminin/télé

    846601.jpg

    Dans le "Femmes d'aujourd'hui" de cette semaine (du 25 avril au 2 mai), vous pouvez lire mon interview à propos des éditions Méhari !

    www.editions-mehari.viabloga.com

     

  • Traquée

    traquee_01.jpgBeth, jeune veuve remariée à un important politicien, découvre un terrible secret sur son nouvel époux. Elle doit alors prendre la fuite pour échapper à une mort certaine, entrainant ses deux enfants dans une cavale de plusieurs mois. Elle finit par décrocher un job d'intendante dans une propriété isolée de Pennsylvanie. Dans ce coin coupé du monde, elle espère pouvoir se cacher à tout jamais. Hélas, son nouvel employeur meurt brutalement, emportant avec lui le rêve de stabilité qu'elle faisait pour ses enfants.

    Mis sur la touche à la suite d'une blessure, l'inspecteur de police Jack O'Malley hérite de la propriété de son oncle, ce ranch où se sont réfugiés Beth et ses enfants. Pas vraiment préparé à partager sa nouvelle demeure avec cette femme étrange, Jack l'est encore moins au trouble qu'il ressent chaque fois qu'il se trouve confronté à Beth. Elle est belle, intelligente, douce et manifestement terrifiée par quelque chose ou par quelqu'un. Tandis que Jack enquête sur le douloureux passé de Beth, le meurtre d'une habitante des environs ébranle la petite communauté rurale. Poussé à la fois par son instinct et par la force de ses sentiments, Jack mettra tout en oeuvre pour protéger Beth et sa famille, quitte à exposer son coeur... et sa vie.

    A l'approche des vacances d'été - eh oui , sans blague -, pourquoi ne pas insérer dans votre programme de lecture un suspense romantique ? Après tout, il faut vivre avec son temps...

     

    Traquée

    de Melinda Leigh

    MA éditions, avril 2013

    ISBN 978-2-822-402033

    360 pages - 17,90 €

     

  • N'oubliez pas votre diable...

    Poche CHAUFFEUR-LIVREUR cover.jpg

    Écrit dans les embouteillages et dans son camion, le roman d’Alain Doucet débute par un entretien d’embauche. Notre héros, chauffeur-livreur pour une petite entreprise belge de surgelés, se retrouve dès les premières pages dans la panique (pas de GPS !) et les sens interdits. Rencontres hostiles ou drôles, pannes mécaniques, files d’attente, tracasseries administratives : tous ces « micro-événements » sont saisis sur le vif, par une écriture spontanée et sur un rythme trépidant. Les pérégrinations qui rythment son travail au quotidien s’entremêlent aux souvenirs du héros, qui voulait être comédien et a tenté, plus jeune, sa chance à Paris. Mêlant une certaine nostalgie et une autodérision réjouissante, le style oral du livre, sa justesse et sa fraicheur, font l’effet d’une petite bombe.

     

     

    Pour soutenir ce projet :

     

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/misez-sur-un-projet-10

     

    L’humoriste belge s’est fait remarquer dans l’émission « On n’demande qu’à en rire », animée par Laurent Ruquier sur France 2. Son talent ne se limite pas au « one-man show », il est aussi littéraire car on lit ce roman bien plus rapidement que son camion pris dans les embouteillages aux heures de pointe. Outre le fait de croire en ce texte, on croit surtout à la réussite d’un homme chez qui l’on perçoit indéniablement l’influence de Raymond Devos.

     

     

     

     

     

     

     

  • Témoin hostile

    temoin_hostile_01.jpg

    L'éditeur l'annonce d'emblée : il s'agit d'un suspense romantique. Un tel classement permet de toucher tant le lectorat féminin, adepte de romantisme fleur bleue, que le public masculin, friand de suspense ou de thriller.

    Hannah Sheraton, seize ans, est arrêtée pour le meurtre de son grand-père par alliance, juge à la Cour suprême de Californie. Bien que mineure, Hannah est emprisonnée et jugée comme une adulte, du fait du statut de la victime. Si elle est reconnue coupable, elle risque alors la peine maximale : la mort. Désespérée, sa mère fait appel à une ancienne camarade de l'université, Josie Bates. Josie, autrefois avocate de la défense virtuose, a renoncé à une carrière d'exception au profit d'un petit cabinet dans la ville balnéaire d'Hermosa Beach en Californie. Elle hésite à accepter mais la personnalité d'Hannah, fragile, tourmentée, dotée d'un véritable talent pour la peinture, et le danger qu'elle court l'entrainent à accepter de la défendre. Elle va rapidement découvrir que la politique, la loi et des relations familiales complexes ont engendré une situation explosive. La découverte de la vérité pourrait sauver Hannah... ou les anéantir toutes les deux.

    Enfin traduite en français, retenez bien le nom de cette auteure : Rebecca Forster !

     

    Témoin hostile

    de Rebecca Forster

    MA éditions, mars 2013

    ISBN 978-2-822-401962

    420 pages - 18,90 €

  • Plan social à La Martinière...

    LAMART~1.JPG

    Il est loin le temps où tout le monde s'achetait "La Terre vue du ciel", faisant la fortune d'une maison d'édition devenue groupe par le rachat des célèbres éditions du Seuil alors basées rue Jacob.

    Il est loin le temps où, en père peinard, Hervé de La Martinière était critiqué par ses pairs car chaque matin, il lisait "L'Equipe" plutôt que "Le Monde".

    Il est loin le temps où les beaux-livres se vendaient comme des petits pains en période de fêtes. Aujourd'hui, les éditeurs rajoutent un petit four à pain et les spatules mais rien n'y fait.

    Il est loin enfin le temps où il se passait plusieurs jours sans que l'on parle de crise économique dans les médias.

    Il fallait donc s'y attendre, Hervé de La Martinière, P-DG du groupe éponyme, a annoncé une restructuration pour motif économique, et donc le licenciement de 19 personnes.

    Quant à la production, il prévoit une réduction de 30%.

    Coup d'arrêt pour la marque Fetjaine, gel des salaires en 2013, climat morose, chute du chiffre d'affaires, bref, les temps sont durs, très durs pour tout le monde.

     

  • Notre ennemi, c'est... Amazon !

    François Hollande, dans ses discours de campagne électorale, répétait à l’envi : « Notre ennemi, c’est la finance ». Je pense qu’au niveau du monde de l’édition et de la librairie, notre ennemi, c’est Amazon. Il s’agit d’un concurrent sérieux qui occupe aujourd’hui 11% du marché. Celui-ci bouscule les habitudes d’achat des consommateurs. Et pourtant… Et pourtant, jamais Amazon ou quelque autre site de vente en ligne ne pourra, au contraire de votre libraire :

    -          vous offrir un petit café et taper la discute,

    -          vous conseiller en toute franchise,

    -          vous aiguiller vers un type d’ouvrages auquel vous n’auriez jamais songé,

    -          vous connaître, connaître vos goûts littéraires ou ceux de votre entourage,

    -          vous permettre de sélectionner le livre (ou la BD) en meilleur état et éviter à celui-ci les souffrances du transport par voie postale,

    -          organiser des rencontres-dédicaces qui vous permettent de découvrir et d’écouter les auteurs,

    -          vous délivrer une carte de fidélité,

    -          vous offrir la possibilité de rendre votre ouvrage s’il s’avère que celui-ci est abîmé, ou s’il s’agit d’un cadeau et que le destinataire le possédait déjà.

    En conclusion, il faut que tous les acteurs du livre et surtout les lecteurs s’associent et associent leurs efforts pour faire en sorte que nos enfants, petits-enfants et générations futures puissent encore flâner au milieu de piles de livres et de rayonnages bien fournis.

     

    www.editions-mehari.viabloga.com

  • Le Furet du Nord perd le Nord...

    Furet Maubeuge.jpg

    Ce samedi 20 avril sonnera le glas du Furet du nord à Maubeuge. Pas d'éclaircie en vue à deux pas des fortifications. Un dernier clair de Lune... La grande enseigne du nord de la France investit en région francilienne, délaissant peu à peu son nord natal.

    Annoncée seulement le 11 avril dernier aux sept salariés du magasin, la fermeture semble avoir été décidée suite aux trois dernières années en baisse de rentabilité. Ce "petit" Furet de moins de 300 m² (insuffisant comparé aux autres établissements) ne répondait plus aux critères, aux normes, réalisant cependant un chiffre d'affaires honorable d'un peu moins d'un million d'euros, dont les trois quarts en vente de livres.

    Après Tourcoing, Dunkerque, ou encore Boulogne-sur-mer, Le Furet progresse vers Paris. Le Furet du nord devrait-il donc être débaptisé et s'appeler désormais "Le Furet" ?

    Le malheur des uns fera-t-il le bonheur des deux libraires indépendants de Maubeuge ? Rien n'est moins sûr. En effet, la clientèle du Furet n'a très certainement pas le même profil. Mais gageons qu'une partie de celle-ci se réorientera vers Vauban ou Par mots et merveilles, ce qui leur permettra peut-être d'avoir une bouffée d'oxygène non négligeable, car les temps sont durs pour tout le monde.

    Malgré le départ de la plus "grosse" librairie de la ville, la 5ème Fête du livre jeunesse aura bien lieu comme prévu mi-novembre.

    Par mots.jpgVauban.jpg

     

     

     

  • Le dernier Léonard De Vinci

    le_dernier_leonard_de_vinci_01.jpgLe Dernier Léonard de Vinci de Fiona McLaren est l'une des enquêtes les plus sensationnelles de l'histoire de l'art. C'est aussi le récit du courage et de la ténacité d'une femme qui dans sa recherche de la vérité a défié l'establisment de l'art, l'histoire officielle et l'Église.

    Imaginez un tableau ancien, représentant une vierge à l'enfant. D'une beauté sereine et envoûtante, il est dans votre famille depuis tant d'années qu'il semble n'avoir plus rien à vous apprendre. Pourtant le désir d'en percer les mystères devient de plus en plus pressant. Vous appelez des experts. Aussitôt, ils s'émeuvent : et si ce tableau, dont on a fait cadeau à votre père, était l'oeuvre d'un élève de Léonard – voire du grand maître lui-même ? Vous vous mettez à chercher, à échanger avec des universitaires et des institutions du monde entier. Les résultats de votre enquête sont rien moins qu'ahurissants. Que faire si ce tableau témoignait de l'une de plus grandes hérésies de notre temps ? Et s'il révélait une incroyable aventure que l'Église romaine catholique avait tenu à garder secrète par tous les moyens depuis des siècles ?

     

    Le dernier Léonard De Vinci

    de Fiona Mc Laren

    MA éditions, mars 2013

    ISBN 978-2-822-402026

    360 pages - 19,90 €

     

  • Pourra-t-on encore considérer les "Chapitre" comme des librairies ?

    Chap.pngfrance_loisirs.jpg

    On redoutait la suppression de 219 postes suite à la fermeture prochaine de 12 librairies Chapitre (lire mon précédent article), mais ce seront finalement 271 emplois qui disparaîtront... dont 73 départs volontaires.

    Quant à la restructuration annoncée pour les magasins restants, les propriétaires de l'enseigne (je me demande si ces gens ont déjà lu un livre dans leur vie... Ah, si, peut-être Oui-Oui ou Nounours... mais cela n'a pas dû aller beaucoup plus loin) prévoient plusieurs "formules-miracle" :

    - réduire voire supprimer les espaces réservés à la presse,

    - implanter des corners France Loisirs ou, s'ils sont déjà présents, en augmenter la visibilité,

    - vendre des produits cosmétiques (accord avec Karine Herzog),

    - vendre des produits bio & naturels (accord avec l'enseigne sequoïa),

    - vendre des compléments alimentaires,

    - vendre de la confiserie.

     

    Pourquoi pas ? Mais pourra-t-on toujours considérer ces espaces comme... culturels, comme librairies ? Et quels sacrifices faudra-t-il consentir au niveau des rayonnages réservés aux... livres ? Les salaires des employés restants seront-ils revus à la baisse (cela me paraît difficile) ? Auront-ils encore la sensation d'être de vrais libraires (mais l'avaient-ils déjà avant cette restructuration ?) ? Et après la cosmétique, la confiserie, les Chapitre proposeront-ils un jour les articles suivants :

    168255.jpgforum-mode-envie-de-fringues-304x194.jpgFromage.jpgM20000770518_2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une note positive pour terminer, la librairie de Mont-Saint-Aignan (près de Rouen) quittera l'enseigne Chapitre et retournera sous le contrôle de la famille des fondateurs. Les emplois y seront tous préservés.

    original.jpg

     

  • Le nouvel Astérix...

    Annoncé le 24 octobre 2013, le nouvel Astérix et Obélix aura pour cadre l'Ecosse. Le petit Gaulois se rendra chez les Pictes, un peuple originaire d'Ecosse... Hé hé, ça sent la cornemuse, le kilt et un petit parfum d'Astérix chez les Bretons, n'est-il pas ?

    Au scénario, Jean-Luc Ferri (Retour à la terre) et au dessin, Didier Conrad (Raj)...

  • Vingt secondes pour investir...

    Pub Mapau.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/misez-sur-un-projet-8

     

  • Un nouveau projet mis en ligne sur le site des éditions Méhari

    Poche LA PROMESSE FAITE A MA SOEUR cover.jpg

    http://editions-mehari.viabloga.com/news/la-promesse-faite-a-ma-soeur-2

    « Avec la froide précision d’un chirurgien, Joseph Ndwaniye ouvre avec un scalpel le corps du génocide qui s’est déroulé au Rwanda. Il nous plonge au coeur d’une humanité blessée. C’est le cahier d’un retour au Pays des Mille Collines où les morts conversent avec les vivants et leur demandent de chercher et de trouver la paix pour qu’ils puissent enfin se reposer en paix. C’est un voyage dans un pays qui porte à jamais l’empreinte du génocide. »

    Fatoumata Sidibé, Amina, n° 448, 2007

     « Ce premier roman se distingue par la sorte de douceur et de bonté qui se dégagent de l’écriture, résolument sobre. Nul règlement de comptes personnels. C’est en avançant dans la lecture que l’on saura si le protagoniste est hutu ou tutsi. Né en 1962 au Rwanda et établi depuis vingt ans en Belgique où il exerce comme infirmier, l’auteur évoque la tragédie et ses conséquences, avec sensibilité, dans une langue fine, aux discrètes et néanmoins saisissantes fleurs de style. C’est comme s’il emmenait par la main le lecteur, pour lui faire comprendre ce que les images télévisuelles, souvent racoleuses, n’ont pu expliquer. Au fil des pages, on est de plus en plus touché par la retenue que Joseph Ndwaniye cultive. Un exemple de sagesse. Les écoles devraient s’emparer de ce livre, qui vaut davantage que nombre de discours. »

    Fara C., L’Humanité, 14 avril 2007

  • JOUR J

    couv.jpg

    JOUR J, une série entière chez Delcourt basée sur le principe de l'uchronie. Et que des one-shots ! Bonne idée.

    Le tome 2 nous plonge à Paris en 1951, une ville coupée en deux : la rive droite, dévastée, en secteur soviétique ; et la rive gauche, sous le contrôle des Alliés.

    Une tour Eiffel en lambeaux, un décor de film-catastrophe, une atmosphère lourde, cette BD au scénario impeccable, publiée en 2010, mérite vraiment d'être remise en avant.

    Après l'échec du débarquement allié en juin 44, les Américains sont obligés de gagner du terrain à partir de la Méditerranée. La remontée vers Paris ne s'est pas faite sans mal et les Russes ont progressé bien plus rapidement. En 1951, le capitaine Saint-Elme est envoyé sur la rive droite pour aider la police politique populaire à coincer un tueur en série. Espionnage, meurtres, suspense, le programme est complet, et sans faille. Petit détail, on reconnaît au passage un commissaire communiste qui ressemble furieusement à Lino Ventura.

    Un moment plaisant de lecture...

     

    JOUR J

    tome 2 : Paris, secteur soviétique

    Scénario : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau

    Dessin : Gaël Séjourné

    Delcourt, juin 2010

    ISBN 978-2-7560-1868-3

    56 pages - 14,30 € 

  • Nostalgie ?

    phares jaunes.jpg

    C'était au temps où lorsqu'on roulait en France, les voitures étaient équipées de phares jaunes. Le verrouillage central n'existait pas et les hommes - les mieux éduqués -, par galanterie, ouvraient la portière aux dames avant de pénétrer à leur tour dans le véhicule. Pas de direction assistée, pas d'appuie-têtes, pas de ceintures de sécurité à l'arrière, et pour ouvrir une vitre, il fallait actionner une petite manivelle.

     

     

     

     

     

    raquette.png

    C'était au temps où les raquettes de tennis étaient en bois, les balles étaient blanches pour la plupart et seul un Suédois à cheveux longs maîtrisait le lift à la perfection, dégoûtant ses adversaires sur la terre ocre.

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    tél velours.jpg

    C'était au temps où le téléphone était fixe, où l'on attendait parfois son tour devant une cabine téléphonique. Lorsque le téléphone sonnait, de sa sonnerie stridente universelle, on ne pouvait deviner qui était à l'autre bout du fil. Et lorsqu'on quittait le domicile, on n'était ni "géolocalisé", ni "géolocalisable".

    A cette époque, pas si lointaine finalement, on s'écrivait, on s'envoyait des lettres manuscrites, des cartes postales pour prendre des nouvelles ou pour en donner.

    Un peu avant les vacances, il fallait acheter des cartes routières, mais aussi penser à la pellicule Kodak ou Agfa pour l'appareil photo. Et avant d'en prendre une, on réfléchissait s'il fallait ou non la prendre, car le développement de celle-ci était payant.

    Dans chaque artère commerciale, il y avait au moins un disquaire, un photographe, un libraire, et parfois un cinéma de quartier. Des 45-tours, j'en achetais toutes les semaines.

    Chaque dimanche, en déjeunant, on regardait "Le Petit Rapporteur" et l'on riait des blagues de Collaro, de Prévost, de Desproges, ou de Martin.

    A Bruxelles, dans les bus, il y avait un chauffeur et un contrôleur-poinçonneur. Il était chic, pour un enfant, de s'habiller en Dujardin, la boutique du goulet Louise.

    Nias.jpg

    Et lorsque le mois de septembre approchait, peu avant la rentrée des classes, on se rendait en famille chez NIAS, rue Neuve, pour faire le plein de fournitures.

    Une fois que les profs avaient donné la liste des manuels scolaires à acquérir absolument, nous allions rue Fossé-aux-Loups, à la librairie Castaigne, librairie généraliste possédant un fonds important de livres scolaires.

    A la télévision, nous n'avions pas tous la fameuse "télé-couleurs", nous pouvions choisir entre cinq ou six chaînes (trois en France) et il fallait se lever pour la sélectionner. Le vendredi soir, les adultes les plus cultivés regardaient "Apostrophes", émission littéraire en prime time - eh oui -, animée par Bernard Pivot.

    C'était au temps...

     

  • Impossible de grandir

    impossible_de_grandir_01.jpg

    Salie est invitée un samedi à un dîner du type « papa, maman et les enfants, plus quelques amis ». Mais cette invitation d'une apparente simplicité la plonge dans l'angoisse. Pourquoi est-ce si « impossible » pour elle d'aller chez les autres ? De répondre aux questions banales sur sa vie, sur ses parents ? Salie se lance dans une conversation avec « la Petite », sorte de voix intérieure et de double de la narratrice, enfant. Cette dernière va la forcer à revenir sur son passé, à revisiter son enfance pour comprendre l'origine de cette peur. Salie reconvoque alors ses souvenirs, la vie à Niodior, la difficulté d'être une enfant illégitime, d'endurer le rejet et la violence des adultes, les grands-parents maternels qui l'ont tant aimée...

    Fatou Diome reste fidèle aux éditions Flammarion, même si son plus grand succès, elle l'a connu chez Anne Carrière en 2003 pour "Le Ventre de l'Atlantique". Depuis, elle s'est imposée comme écrivaine engagée, très généreuse, et toujours attentive au sort des siens restés au Sénégal.

     

    Impossible de grandir

    de Fatou Diome

    éditions Flammarion, mars 2013

    ISBN 978-2-0812-9029-7

    416 pages - 21,00 €

  • Chapitre.com lâche du lest ! Douze librairies condamnées !

    Chapitre Calais.jpg

    12 librairies sur les 57 existantes devraient fermer leurs portes définitivement dans les prochains mois, voire dans les prochaines semaines. C'est ce qu'il faut retenir d'une réunion spéciale du comité d'entreprise extraordinaire du groupe Actissia, propriété d'un fonds de pension américain.

    Les magasins concernés sont les suivants : Evreux, Cannes, Grenoble, Lyon, Nancy Saint-Sébastien, Narbonne, Dax, Belfort, Colmar, Toulouse, Boulogne-sur-mer et Calais (photo).

    C'était dans l'air depuis des mois. Actissia, qui emploie 1200 personnes en France, devrait donc se séparer de plus de 200 salariés. Manque de trésorerie, de rentabilité, coût exorbitant des loyers, charges salariales onéreuses, frais de port, concurrence accrue des sites de vente en ligne, numérisation des livres, crise de la presse et du disque, les raisons de ces restructurations sont connues.

    Mais comment inverser la tendance ?

  • Le dernier des treize !

    le_dernier_des_treize_01.jpgIls étaient une bande de treize adolescents inséparables, des idéalistes, des révoltés. Une nuit, saouls, ils jurent par tous les diables qu'ils ne désarmeront jamais : ensemble, ils décident d'engager un tueur chargé de les exécuter s'ils venaient à trahir, adultes, leurs idéaux.

    Aujourd'hui, la bande de treize a la quarantaine passée, le poids du temps, du boulot et des compromis sur les épaules. Ils ne sont plus vraiment amis, ne s'aiment plus trop, mais se revoient, aux enterrements. Car chaque treize lune, l'un des treize est assassiné.

    Le dernier des treize

    de Mercedes Deambrosis

    éditions la branche, mars 2013

    ISBN 978-2-35306-050-4

    286 pages - 15,00 €

     

  • Les librairies Club vont se "réorganiser"

    4000273784107.jpg

    La chaîne de librairies-papeteries vient d'annoncer un plan de réorganistaion. Terme idoine lorsqu'il faut avouer des difficultés financières.

    En clair, deux magasins sont menacés en partie flamande du pays, et cinq autres, situés cette fois en zone francophone, devraient connaître une restructuration.

    Que faut-il comprendre par "restructuration" ? Comme toujours en période de crise : diminuer la masse salariale... tout en exigeant plus des chanceux qui restent.

    La piste de la mise en franchise est également évoquée pour certains magasins.

    Rien de très encourageant donc...

  • Le manuel du serial killer

    le_manuel_du_serial_killer_01.jpgThomas Harris, 21 ans, orphelin de père et de mère, est étudiant en lettres à Harvard. Grand amateur de littérature policière, il se retrouve momentanément mêlé à une enquête en cours, portant sur une série de meurtres, dont les victimes sont toutes des enfants. C'est aussi à cette période que le jeune homme commence un stage au service des manuscrits d'une maison d'édition spécialisée dans les romans de gare et le thriller, Killin Publishing. Chargé du premier tri au service des manuscrits, il y fait la lecture du Manuel du serial killer, soumis de façon totalement anonyme, et qui ne propose rien moins qu'un mode d'emploi détaillé du parfait tueur en série ! Entre horreur et fascination, Tom choisit de rejeter le texte. Quelle n'est donc pas sa stupéfaction lorsque, quelques semaines plus tard, il découvre ce livre en vitrine de toutes les librairies... et publié sous son propre nom, Thomas Harris !


    Commence alors une véritable descente en enfer, à la limite de l'absurde : ce livre dont on lui impute la paternité fournit tous les détails des meurtres qui ne cessent d'ensanglanter la région. Et chaque tentative pour prouver qu'il est innocent rapproche un peu plus Thomas Harris de la cellule où croupit un redoutable prédécesseur, qui avait terrorisé le pays avec des crimes comparables, dix ans plus tôt.
    Qui est réellement le coupable ? Qui est l'auteur du fameux Manuel ? Et par-dessus tout : qui est Thomas Harris ?

     

    Le manuel du serial killer

    de Frédéric Mars

    Hachette, collection Black Moon Thriller

    ISBN 978-2-01-202798-5

    464 pages - 18,00 €

     

  • La France des Intégristes !

    la_france_des_integristes_01.jpg

    Ici, ils excluent les non-croyants de leur table. Là, ils interdisent aux femmes d'aller cheveux nus et aux hommes de leur adresser la parole. Ailleurs, ils rejettent la démocratie, l'école laïque, l'avortement, l'homosexualité, la liberté de penser... et d'autres pratiques qui font froid dans le dos.

    Ces interdits que l'on croirait d'un autre âge sont, aujourd'hui en France, une réalité pour certains intégristes du judaïsme, du christianisme et de l'islam. Autant d'attitudes qui excluent de la République ceux qui les adoptent et mettent nos modes de vie comme notre société en péril.

    Informée, troublante et sans parti-pris, fondée sur de nombreux témoignages et confidences, l'enquête fouillée de René Guitton démontre combien les intégristes de tous dogmes nient nos valeurs fondatrices et refusent le vivre-ensemble. Un ouvrage riche en révélations, qui dénonce les menaces que ces groupes font peser sur la tolérance, la liberté d'expression, le multiculturalisme, le respect des différences, et l'égalité de tous devant la loi.

     

    La France des intégristes

    de René Guitton

    éditions Flammarion, mars 2013

    ISBN 978-2-0812-9093-8

    304 pages - 20,00 €

  • Philémon a perdu son papa...

    philemon+et+anatole+fred.gif

    Fred a tiré sa révérence à l'âge de 82 ans. Scénariste et dessinateur, Fred est décédé le mardi 2 avril 2013. Auteur de la série "Philémon", dont le seizième opus venait de paraître chez Dargaud, vingt-cinq ans après le tome 15, Fred a fait son apparition dans le petit monde du 9ème art en 1966, repéré par René Goscinny. Ses premiers dessins, il les publie dans Pilote, dont le scénariste d'Astérix était alors rédacteur en chef.

    Récompensé à Angoulême en 1980, Fred était devenu officier des Arts et des Lettres en 1992.

    Philemon-orphelin-de-Fred_article_popin.jpg 

  • Le vrai Bart De Wever

    Bart.png

    extrait p.20 et 21 :

     

    "Donc, vous voudriez nous suivre pendant la campagne des élections communales d'Anvers ?" Je ne puis qu'approuver : "C'est exact." "Et quand vous dites suivre, vous voulez dire suivre partout ?", continue De Wever. Je réponds évidemment : "C'est exact." "Bon, il va falloir fixer quelques rendez-vous", dit De Wever en guise de conclusion. Il se redresse et saisit une canette de Coca zéro sur le plateau, au milieu de la table. "Votre projet suppose une confiance réciproque. Je suis disposé à accorder à un journaliste l'accès à des échanges internes, à des réunions stratégiques. Cela suppose que nous soyons d'accord pour que rien de tout cela ne filtre avant les élections. Pas même sous la forme de sous-entendus. Jusqu'au 14 octobre, les journaux ne publieront rien de ce qui se dira dans ces réunions. Si nous tombons d'accord sur ce point ici et maintenant, nous pouvons marquer notre accord pour tenter l'expérience. Nous verrons la tournure qu'elle prendra. Je m'y vois bien mais je veux en parler avec les gens d'Anvers. Je vais faire ça." Je réponds : "Si telles sont les conditions de l'accord, je marche."

    Kristof Windels, journaliste au Morgen, décrit la conquête de l'écharpe maïorale d'Anvers par l'homme politique le plus controversé en Belgique : Bart De Wever !

    Ce travail journalistique lui a permis de décortiquer les attitudes, les réflexes, les mimiques, les humeurs, la personnalité ainsi que la stratégie du leader de la NVA, parti séparatiste flamand.

    Sans a priori, je me suis plongé dans cette quête du Graal. Les élections de 2014 se rapprochent et cet ouvrage m'a permis d'un peu mieux appréhender ce personnage.

    Même si l'on ne partage pas les idées de cet homme, on ne peut qu'admettre qu'il s'agit d'un champion... ou plutôt d'une bête de campagne... électorale bien sûr.

     

    Le vrai Bart De Wever

    de Kristof Windels

    Renaissance du Livre, mars 2013

    ISBN 978-2-507-05116-7

    224 pages - 21,00 €

    http://eshop.renaissancedulivre.be/le-vrai-bart-de-wever.html