• Quand la crise s'en mêle...

    livrediffusion-logo.jpgQuand les statistiques s'en mêlent, il n'y a plus de place pour les mots "qualité" et "logique commerciale". Détenue aux deux tiers par Gallimard-Flammarion et par La Martinière, Livre diffusion exerce ses activités à Ivry, à Lyon et à Nantes. Plateformes de distribution, leur rôle est de servir les libraires de proximité, soucieux d'accélérer les délais de livraison tout en diminuant les frais de port qui représentent une part non négligeable de leurs charges.

    Mais voilà, chiffres à l'appui, la direction a décidé de fermer purement et simplement les deux pôles basés à Nantes et à Lyon. En clair, de licencier 36 personnes, de tout recentrer sur Ivry en promettant d'y embaucher quinze personnes. Soit un passif de 21 personnes. Moi aussi, je sais compter. Tout cela au détriment de dizaines de points de vente.

    Bien sûr, le SLF (Syndicat de la Librairie Française), le groupement des libraires en Rhône-Alpes ainsi que l'association Libraires en Bourgogne s'insurgent, fulminent, tapent du pied et font entendre leur voix, exprimant leur "consternation devant cette nouvelle atteinte à la qualité de service des librairies en régions". Mais leur avis entrera-t-il en ligne de compte ? Rien n'est moins sûr.

    Face aux contingences économiques, face au règne du Chiffre, face à la crise mondiale, face aux oeillères des financiers gavés de dividendes, que pèse l'amour des lettres ?

     

  • En route vers un avenir radieux

    en_route_vers_un_avenir_radieux_01.jpgÀ la veille de la Seconde guerre mondiale, dans un village niché au sein des montagnes du sud de la Pologne, un jeune homme prénommé Pigeon tombe éperdument amoureux d'une jeune fille au regard angélique, Anielica. Pigeon fait des merveilles de ses "mains d'or" et entreprend de transformer le modeste logis familial en une belle demeure. Mais le surgissement de la guerre coupe court à leur idylle et déjoue leur projet de mariage.

    Prenant part à la Résistance, ils parviennent à survivre au conflit armé. À la fin de la guerre, ils quittent leur village en se faisant la promesse d'une vie nouvelle.

    Près de cinquante ans plus tard, leur petite-fille Beata part sur leurs traces, en quête de cette vie nouvelle, et rejoint la ville de conte de fées dépeinte dans les histoires de sa grand-mère. Mais quand elle arrive à Cracovie, elle découvre une ville prise en étau entre son passé et son avenir, entre une vieillesse éreintée et une jeunesse insatisfaite.

    Brigid Pasulka tisse ensemble deux histoires remarquables, un demi-siècle de l'histoire polonaise à travers l'héritage d'une famille.

     

    En route vers un avenir radieux

    de Brigid Pasulka

    éditions Zofia de Lannurien, septembre 2012

    ISBN 978-2-9538791-3-1

    556 pages - 21,90 €

     

  • L'heure où les loups vont boire

    9782081257214.jpgAncien médecin devenu écrivain, Laurent Pasquier possède à 50 ans tout ce dont il avait rêvé : le succès littéraire, les honneurs, l'aisance matérielle... Il est un romancier qu'on lit, une voix qu'on écoute, un homme qu'on respecte. Mais on est en 1939, et ce destin trop idéal va bientôt voler en éclat...

    Un amour aussi insolite qu'inattendu le frappe comme la foudre, menaçant la paix familiale et l'obligeant à remettre en cause tout ce qu'il croyait acquis.

    Dans son propre « clan » – où l'argent du puissant Joseph dicte sa loi – les intérêts prennent le pas sur les sentiments et c'est dans le drame que frères et soeurs dénouent ambitions et conflits.

    C'est alors que surgit la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Adolf Hitler humilie notre pays, les Français, eux, rivalisent de trahisons et de lâchetés. Quel choix fera Laurent Pasquier entre la résistance à l'ennemi ou la compromission avec Pétain ? Son amour tout neuf sera-t-il celui de la déchéance ou de la rédemption ? Le clan Pasquier saura-t-il à nouveau surmonter ses divisions ?

     

    L'heure où les loups vont boire

    de Jérôme Duhamel

    Flammarion, octobre 2012

    ISBN 978-2-0812-5721-4

    624 pages - 22,00 €

  • Carabosse

    9782803630486.jpgCarabosse, sous les traits d'une belle jeune femme, renaît à la vie pour mieux mourir ensuite. C'est la croix qu'elle porte. Action, intrigue, jeux d'organisations criminelles, CIA, tout tourne autour de la belle.

    Scénario sans consistance, dessin truffé de fautes, d'erreurs flagrantes de proportions. Malgré une couverture et une quatrième engageantes, la déception est au rendez-vous et au final, on n'y comprend pas grand-chose.

    A oublier...

     

    Carabosse

    tome 2 : L'amour d'une fée

    Dessin : Jean-Marie Minguez

    Scénario : Nicolas Pona

    Le Lombard, juillet 2012

    ISBN 978-2-8036-3048-6

    56 pages - 14,45 €

  • GUSSE

    9782365750035.jpgLa guerre 1914-1918 décime un village entre Sologne et Berry. Des jeunes gens meurent en pleine force de l'âge, des amis, des copains ne sont plus que des croix alignées au cimetière ou de simples noms sur la stèle du monument aux Morts.

    Pourquoi Gusse s'est-il confié au Glaude lors de sa dernière permission. Comment est-il mort ? A quelle date ? Quelles en sont les vraies raisons ?... François Barberousse avec son talent habituel nous entraîne dans un village solognot comme beaucoup de villages avec ses gens de la terre qui vivent au rythme des saisons, qui travaillent dur, qui habitent la nature qui les entoure... dans un style sans affectation aucune et une écriture resserrée qui retiennent l'attention.

    Gusse, le héros du roman, est soldat pendant la Grande Guerre. Pour autant, le roman ne peint en rien la guerre elle-même. Il décrit le désespoir d'un jeune homme qui constate que la communauté paysanne qu'il aimait se délite au fil des années de conflit.

    Chaque permission est pour lui l'occasion de constater que le monde paysan est profondément blessé dans ses usages, dans ses valeurs. « L'âge d'or » des campagnes françaises (ainsi a-t-on pu nommer la période des années 1880-1900) a bien disparu. Bien qu'éloignée du front, la Sologne et sa ruralité profonde ne sont donc pas à l'abri des changements.

    Manuscrit oublié de François Barberousse, ce troisième roman aurait dû être publié en 1938-1939 chez Gallimard. Il ne paraîtra pas, l'éditeur y trouvant un ton pacifiste peu en phase avec les événements qui vont précipiter la France dans la Seconde Guerre mondiale. Et pourtant, à cette époque, l'écrivain figurait parmi les "auteurs-phares" de la prestigieuse maison d'édition...

     

    Gusse

    de François Barberousse

    éditions Marivole, octobre 2012

    ISBN 978-2-36575-003-5

    222 pages - 20,00 €

  • Fermeture de la plus grande librairie de Beauvais !

    images.jpg1279166772_Beauvais.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'information de la fermeture définitive de la plus grande librairie de Beauvais m'a laissé pantois.

    La librairie Gibert-Joseph (anciennement Univers du Livre) propose(ait) - j'ai du mal à utiliser l'imparfait - à la vente plus de 100 000 ouvrages répartis sur 700 m² !

    Suite à une décision du Tribunal, la fermeture sera effective le 10 novembre prochain.

    C'est un désastre pour tout le monde : employés de l'enseigne, habitants de Beauvais, et professionnels du Livre.

     

     

  • Parvaterra IV

    9782803630875.jpgIl est l'élu, celui qui débarrassera les habitants d'un village d'un golem de glace. Léo devra faire face à un bond dans le passé, sans oublier Roméo toujours aussi hostile.

    Quatrième tome d'une série pour la jeunesse où il n'est pas évident de s'y retrouver. Une BD au graphisme réussi, certes, de bonne qualité, mais sans grande innovation.

     

    Parvaterra

    Tome 4 : Le Lion et le Temps volé

    de Raul Arnaiz

    Le Lombard, août 2012

    ISBN 978-2-8036-3087-5

    48 pages - 10,60 €

  • Amazon Kindle Direct Publishing : du grand n'importe quoi !

    KDP.jpgA Francfort, la plus grande réunion d'éditeurs au monde, le cybermarchand aux dents longues a expliqué comment se passer des éditeurs. Un comble !

    Amazon a fait la promotion de Kindle Direct Publishing, un site dédié à l'auto-édition, tout en clamant haut et fort que cette méthode de publication "rend le pouvoir aux auteurs" en leur reversant jusqu'à 70% de droits d'auteur. Et pour appuyer leurs dires, ils ont présenté un exemple de réussite fulgurante en la personne de Martina Gercke, une auteure comblée.

    Cet étalage provocateur me débecte. Se passer d'un éditeur ? Les envoyer au fond du trou et rayer de la carte les maisons d'édition, les diffuseurs, et pourquoi pas, dans la foulée, les libraires eux-mêmes. Beau programme ! Amazon dévoile une fois de plus son tempérament de carnassier, son toupet, son arrogance.

    Très franchement, j'espère ne plus être de ce monde le jour où le monde du livre se résumera à Google, Amazon, ebay et un Apple store. Non seulement la littérature, la vraie, la bonne, aura disparu, mais en plus, ce sera la porte ouverte à la pensée unique, à la formatisation du bon petit peuple de lecteurs dociles, soumis et disciplinés.

    Eliminer l'éditeur ! Ce serait oublier l'énorme travail abattu par cet homme de l'ombre : sélection des textes, remaniement et correction (tâche parfois colossale sinon ingrate), accompagnement de l'auteur, habillage du livre,... Tout cela passerait à la trappe ? Et pour quel résultat ? Tout simplement un incroyable nivellement par le bas. Car ne vous y trompez pas : sur 100 manuscrits réceptionnés par un éditeur, il y en aura - peut-être - un prêt à être publié en l'état... Et pour être plus objectif : un sur mille, voire dix mille. D'autre part, si vous saviez combien de textes d'auteurs dits "confirmés" sont retravaillés en profondeur avant le BAT (bon à tirer)... 

  • DLM disparaît du paysage québecois

    flag_canada.gifL'annonce a fait l'effet d'une bombe : après plus de 45 années de présence, Diffusion du Livre Mirabel ferme définitivement ses portes, laissant sur le carreau 44 salariés. Comme toujours, certains seront très vite recasés, mais d'autres viendront grossir les rangs des demandeurs d'emploi.

    Aucune solution de reprise n'est envisagée. DLM assurait la diffusion et la distribution d'une cinquantaine d'éditeurs, dont Dargaud, Lombard, Dupuis, Kana, Michelin ou encore Bragelonne. Un coup dur pour ces structures éditoriales qui se doivent de trouver une formule de remplacement, et sans tarder.

  • Le Furet agrandit son terrier

    le-furet-du-nord.gifLa librairie se porte mal. Avec le numérique, la percée des ventes réalisées en e-commerce et la baisse du livre scolaire depuis la généralisation d'internet dans chaque foyer, le libraire doit absolument réinventer son métier.

    Cela n'empêche pas le Furet du nord, enseigne lilloise bien connue, propriétaire désormais de 14 points de vente, d'ouvrir un nouvel espace au Kremlin Bicêtre, en région parisienne.

    Le Furet du nord se sentirait-il à l'étroit dans son Nord / Pas-de-Calais natal ? Il faut le croire car il s'agit de son second magasin francilien, après celui d'Arcueil inauguré en 2011.

  • Cassos, un film de Philippe Carrese !

    3573310004848.jpgLe DVD est disponible. Ruez-vous chez votre fournisseur habituel, flingue à la main et dévalisez-lui son stock !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Contes de fées pour éditeurs

    9782953366495.jpgKAROO

    Dix réimpressions (série en cours) pour ce Karoo, paru chez Monsieur Toussaint Louverture. Bénéficiant d'une bonne presse, d'un passage à l'émission "La Grande Librairie", et du bouche-à-oreille, vecteur de succès, le livre en est à 38 000 exemplaires vendus. Une consécration pour un petit éditeur qui se voit enfin récompensé pour la pertinence récurrente de ses choix.

    9782818014806.jpgSupplément à la vie de Barbara Loden

    Qui a dit qu'un prix littéraire ne fait pas vendre ? Pas moi en tout cas ! Cet ouvrage n'avait, à l'origine, rien de très enthousiasmant. Mais grâce à de bonnes critiques publiées dans Télérama et le Journal du dimanche et, surtout, grâce à l'obtention du prix du Livre Inter 2012, le livre de Nathalie Léger est devenu un poids lourd - c'était plus fort que moi, il fallait que je le place -. Bilan : 28 000 livres vendus !

    9782742792917.jpgLa couleur des sentiments

    A sa parution chez Jacqueline Chambon en septembre 2010, la mise en place de ce livre ne dépasse pas 6 000 exemplaires. Sans publicité autre que le bouche-à-oreille, "La couleur des sentiments" atteint 90 000 exemplaires vendus en décembre de la même année. Un succès incroyable pour une maison d'édition somme toute modeste, bien que filiale du géant Actes-Sud. Quelques mois plus tard, l'adaptation cinématographique propulse le livre à 650 000 exemplaires écoulés. Un véritable phénomène !

    9782266218528.jpgLe vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

    Un bon titre, une couverture pleine d'humour et de couleurs, une disposition en pile, et il n'en faut pas plus pour attirer le regard. Vendu à près de 100 000 exemplaires en grand format, le livre de Jonas Jonasson est sorti en poche au début du printemps. Initialement imprimé à 75 000 exemplaires par Pocket, il a fallu répondre à la demande et réimprimer quelque 300 000 exemplaires.

     

  • Un classement sans grande surprise...

    editions-viviane-hamy-fotolia-a-erzetic-_12673956_subscription_l-livres-roman-litterature-1075830.jpgLe magazine Livres Hebdo a publié le classement des 200 premiers éditeurs français. Mis à part la progression de Lefebvre-Sarrut, qui pour la première fois décroche la médaille de bronze derrière les deux monstres tentaculaires que sont Hachette et Editis, rien de très surprenant.

    Epinglons cependant quelques maisons d'édition. Tout d'abord le tir groupé des principaux éditeurs de BD. Casterman enregistre la plus forte progression de son chiffre d'affaires (+21,3%), ce qui n'empêche pas les cinq grands de se tenir dans un mouchoir de poche : Dargaud-Lombard, Casterman, Delcourt, Dupuis et Glénat affichent une belle santé.

    Le Dilettante, maison publiant en grand format les ouvrages d'Anna Gavalda, voit son chiffre d'affaires reculer de 61,4%, mais il s'agit d'une année sans nouvelle parution de la locomotive locale. Rien d'inquiétant cependant car l'entreprise fondée par Dominique Gaultier demeure bénéficiaire, preuve de bonne gestion.

    Autres sociétés affichant une belle prospérité : Bragelonne (38ème), Les Arènes (55ème), P.O.L. (71ème), Le Courrier du Livre-Guy Trédaniel (78ème), Héloïse d'Ormesson (80ème), Ki-Oon (91ème), HC éditions (102ème), ou encore L'Arche (121ème).

    Dans le domaine du livre luxueux, la crise n'a pas cours. Taschen France (44ème) et Citadelles & Mazenod (62ème) sont en progression. Il faut donc croire que le matraquage médiatique rappelant la pauvreté extrême des ménages, le chômage, la diminution du pouvoir d'achat et l'augmentation des prix de l'immobilier ne décourage pas les classes riches.

    Tout n'est pas rose pour autant. Au Diable Vauvert (128ème), sympathique maison publiant notamment le Belge Thomas Gunzig, est en recul (-13,3%), tout comme les éditions du Jaguar (-23,4%), Philippe Picquier (-6,3%), Stock (-40,6%), Ouest-France éditions (-29,5%), Gallmeister (-29,4%), ou De Borée (-17,5%). Recul du CA ne signifie pas forcément perte. D'une année à l'autre, les éditeurs ne publient pas toujours de best-sellers qui boostent le CA. Bénéfice ou perte dépendent davantage de la gestion quotidienne de l'entreprise. Pour exemple, le recul de près de 30% du chiffre d'affaires chez Ouest-France éditions, n'empêche pas la société dirigée par Servane Biguais d'enregistrer un bénéfice très confortable.

    Enfin, le champion toutes catégories se nomme Viviane Hamy. Avec +248,9% de progression de son chiffre d'affaires et un bénéfice approchant le million d'euros, la maison s'installe à la 60ème place du classement. Et dire qu'il y a une dizaine d'années, cette entreprise était proche du dépôt de bilan...

  • Les Allusifs en grande difficulté !

    brigitte-bouchard-presente-les-allusifs_1_527115.jpgAnnoncée par le quotidien canadien francophone Le Devoir, la faillite de la maison d'édition Les Allusifs risque bien d'ébranler le paysage éditorial québecois. Maison connue publiant notamment Tony Burgess, Goran Petrovic, Maya Angelou, Joyce Carol Oates, ou encore Pierre Jourde, Les Allusifs doivent faire face à un passif de 800 000 $ CAN (620 000 €). Une somme énorme pour une entreprise de cette taille.

    Détenue depuis 2010 pour plus de la moitié par les éditions Leméac, Les Allusifs pourrait continuer sa route à condition de réorienter sa stratégie et se recentrer davantage sur le marché canadien. Il faut dire que 85 % des ventes étaient réalisées en Europe.

  • Minas Taurus

    9782803630929.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Minas émerge d'une profonde léthargie, quasiment nu, dans une Grèce du Vème siècle avant JC victime des soubresauts de l'hiver. Recueilli par un enfant dénommé Titos, et sa mère, Ourania, il a perdu la mémoire qui lui revient peu à peu par bribes éparses, toujours subites et violentes.

    Courtisée par le riche et cruel Stamos, la veuve Ourania encaisse ses avances et le repousse une énième fois. Mais voilà, Stamos décèle bien vite la présence de Minas, qui deviendra le protecteur d'Ourania. Et ce Minas n'est pas n'importe quel combattant car dans un passé récent, il était encore au service de Sparte.

    BD bien construite mêlant mythologie, action et amour. Cette nouvelle série plonge le lecteur dans l'Antiquité grecque. Bref, un western antique de grande qualité.

     

    Minas Taurus

    Tome 1 : ORDO AB CHAO

    Scénario : Thomas Mosdi

    Dessin : David Cerqueira

    Le Lombard, août 2012

    ISBN 978-2-8036-3092-9

    48 pages - 14,45 €

  • Parents-enfants

    9782749127019.jpgBâti en cinq parties distinctes, ce livre surfe sur le lien parents-enfants-famille, par l'intermédiaire d'artistes, ou d'écrivains classiques et contemporains.

    De Plutarque à Modiano, en passant par Gad Elmaleh, Kipling ou Grand Corps Malade, les textes, simples maximes ou pensées plus longues, démontrent que les rapports humains n'ont guère varié au cours des siècles.

    Idéal pour les salles d'attente de médecins, ce livre tend à être picoré, pas plus.

     

    Parents - enfants

    100 textes sur la famille et l'éducation

    présenté par Pierre-Henri Tavoillot

    Le Cherche Midi, octobre 2012

    ISBN 978-2-7491-2701-9

    192 pages - 18,90 €

  • Astérix, le film !

  • Astérix change de mains

    didier_conrad_200x200.jpg012.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est désormais officiel : le 35ème album des aventures du petit Gauloissortira à la fin de l'année 2013 et sera co-signé par Jean-Yves Ferri au scénario et par Didier Conrad au dessin.

    Didier Conrad, à qui l'on doit notamment Les Innommables, Raj, ou Tigresse blanche, s'est dit enchanté de relever ce défi : "Dessiner Astérix est pour moi une aventure extraordinaire, c'est un rêve d'enfant qui se réalise."

  • L'Epouvantail

    9782203048881.jpgDans un village perdu de Nouvelle-Zélande débarque Hubert Salter, un grand type un peu bizarre, dégingandé, trop poli et trop bien vêtu pour être honnête. Ses tours de magie, son aisance et son langage châtié ont tôt fait de convaincre la petite communauté crédule. A la même époque, Daphné Moran est retrouvée morte, violée et égorgée. Neddy, un adolescent, et sa soeur, Prudence, ne sont pas du tout sous le charme de cet hâbleur qu'ils surnomment l'Epouvantail.

    Peu à peu, les événements dramatiques s'enchaînent, jusqu'à la disparition de la jeune Angela, et enfin de Prudence. Climat de terreur. Salter en serait-il la cause ?

    Le dessin n'est pas commun et il faut un certain temps pour s'y habituer. Olivier Cotte éprouve quelques difficultés à maintenir l'intrigue et à rendre ses sauts dans le temps. Au bout du compte, on se perd un peu.

    Mais dans l'ensemble, cette BD s'inscrit parfaitement dans l'excellente collection noire de Casterman.

     

    L'Epouvantail

    Dessin : Jules Stromboni

    Scénario : Olivier Cotte

    Rivages/Casterman/Noir, octobre 2012

    ISBN 978-2-203-04888-1

    128 pages - 18,00 €

  • La ballade de Magdalena

    9782803630981.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arnaud de Sars, épris de liberté, décide de tout plaquer et de partir loin, très loin, au-delà des quais, au-delà des mers. Il rédige une lettre à ses proches auxquels il lègue une affaire prospère. Mais voilà, l'année 1914 voit la Grande guerre éclater et avec elle son lot de malheurs. Sans la présence du patriarche, certains contrats sont menacés.

    Léonie de Sars, la fille d'Arnaud, part retrouver sa trace et c'est en plein coeur de l'océan Indien qu'elle débarque. Là-bas, elle rencontre Lukian Bruckner et Magdalena, sa nièce bien mystérieuse. Lukian est un salaud sans état d'âme, au caractère bien trempé, impitoyable, dangereux. Mais Léonie n'a pas le choix : il lui faut suivre cet homme car il est le dernier à avoir aperçu Arnaud de Sars.

    La guerre mondiale s'étend à cette région du globe et Lukian, Allemand, s'empare d'un cotre anglais. Et dès lors, mieux vaut ne pas croiser sa route...

    Publiée grâce au soutien d'internautes sur My Major Company, cette histoire prévue en deux tomes détient toutes les clés du succès : excellent scénario, dessin d'une qualité irréprochable, personnages ambigus, sens du suspense... Une oeuvre magistrale !

     

    La ballade de Magdalena

    tome 1 : La stratégie du poisson-flûte

    de Christophe Dubois

    Le Lombard, septembre 2012

    ISBN 978-2-8036-3098-1

    64 pages - 14,99 €

  • Amélie Nothomb : vingt ans déjà !

    9782226242969.jpgAu départ, un texte tiré à 5 000 exemplaires "seulement". Un tirage somme toute modeste pour une maison telle qu'Albin Michel. Nous sommes en 1992, année de parution d'Hygiène de l'assassin, premier roman d'une certaine... Amélie Nothomb, alors inconnue au bataillon.

    Cet Hygiène de l'assassin fut aussitôt un succès, sinon LA bonne surprise de la rentrée 1992, au point que, vingt ans plus tard, qui se souvient encore des livres primés cette année-là ?

    Depuis, la petite Belge ayant fait ses études de philologie romane à L'ULB a tracé sa route... et fait bon nombre d'envieux. Avec une régularité de métronome, elle publie chaque année son texte, et quelle que soit le genre de celui-ci, c'est d'office un "best-seller" !

    Une rentrée littéraire sans le personnage Nothomb, son style gothique et son chapeau de sorcière griffé Pompilio ? Non, ce n'est plus envisageable.

    Traduite en plus de 40 langues, Amélie surfe sur la vague et figure toujours dans le classement des écrivains français les mieux rémunérés, aux côtés des Levy, Musso, Werber, Pancol, Gavalda, Schmitt et autres Houellebecq. Certes, on est encore très loin des salaires mirobolants des stars du ballon rond, mais à la différence des footballeurs incapables d'aligner deux phrases intelligentes, toujours dénuées d'humour, Amélie abreuve les journalistes de bons mots, d'autodérision, d'un sens de la repartie, bref, une bonne cliente. De plus, son hypermnésie est devenue une marque de fabrique.

    Ses lecteurs (lectrices), pour la plupart fidèles, affectionnent tout particulièrement d'être reconnus d'année en année. D'autant que l'écrivaine entretient des relations épistolaires avec une multitude d'entre eux.

    Son oeuvre, elle, est à classer dans deux catégories bien distinctes : la première est indubitablement autobiographique (Stupeur et tremblements, Ni d'Eve ni d'Adam, Le Sabotage amoureux,...), domaine où elle excelle véritablement ; et la seconde, fictionnelle (Attentat, Cosmétique de l'ennemi, Le Voyage d'hiver,...) où elle ne convainc pas toujours. 

    Les détracteurs (tout aussi nombreux que les lecteurs) diront que les romans d'Amélie ne sont que de longues nouvelles lues en une heure, que l'écrivaine rate ses chutes de préférence amorales, que le phénomène Nothomb s'éteindra bientôt tel un feu de paille (dans son cas, il s'agit plutôt d'un feu de forêt), ou qu'elle fait de l'ombre à d'autres auteurs possédant bien plus de talent.

    Mais voilà, Amélie Nothomb répond toujours de la même façon : le roman signé Nothomb caracole chaque année en tête de tous les classements ! Et cette année, avec Barbe bleue, c'est à nouveau le cas.

  • Le Chat est de retour !

    9782203049215.jpg1407.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Chat Erectus a le gourdin, et moi, après l'avoir lu, j'ai la banane. Philippe Geluck nous offre une belle récompense en période de crise : l'humour caustique de son animal domestique préféré ! Après avoir enfoncé son clou - l'auteur est très bricoleur -, Philippe Geluck revient en album BD. Pour notre plus grand plaisir.

    Tout y passe, et sans langue de bois, l'auteur pique là où ça fait du bien, ou du mal selon les personnalités. Et l'on se régale. Au fil du temps, des albums, le papa du Chat se bonifie, comme du bon Bordeaux. Hilarité garantie ! Si vous ne riez pas, soit vous êtes sérieusement coincé et une séance chez votre proctologue s'impose, soit vous êtes aveugle, sourd, et muet.

     

    Le Chat Erectus

    de Philippe Geluck

    Casterman, octobre 2012

    ISBN 978-2-203-04921-5

    48 pages - 10,50 €

     

     

  • Toubab or not toubab

    9782203041653.jpgPlus noir que Toubab tu meurs. Hondo, douze ans, survit tant bien que mal dans ce continent dévasté qu'est l'Afrique. D'abord à la merci de deux coupeurs de mains, il parvient à les faire arrêter sans pour autant échapper à la prison. Evadé en compagnie de Boubakar, un jeune caïd, il erre à la recherche d'un monde meilleur, sans grand résultat.

    Les Toubabs, ce sont ces Blancs adipeux, vicieux, pervers, nostalgiques de l'époque coloniale, qui terrorisent les jeunes Blacks tels que Hondo.

    Difficile de juger un tel ouvrage, tant sa noirceur indispose. Certes, c'est très certainement l'objectif des auteurs. Là, pour le coup, c'est réussi. La collection n'a rien de très amusant. Là encore, un tel scénario lui correspond à merveille. Mais, bien que conscient de l'horreur sévissant sur ces territoires abandonnés, je suis davantage en quête d'histoires plus... enfin, un peu moins pessimistes, si possible.

     

    Toubab or not toubab

    Scénario : Mathias Mercier

    Dessin : Hector Sonon

    Rivages/Casterman/Noir, septembre 2012

    ISBN 978-2-203-04165-3

    104 pages - 18,00 €

  • Le croiseur fantôme

    9782203047853.jpgL'action se déroule en Amérique, en 1951. Un jeune curé - mais si, ça existe... enfin, je crois - va au chevet de l'un de ses paroissiens atteint d'un mal mystérieux. Le père Mils subit un choc à la vue du jeune homme alité, luttant dans un état comateux. Pour répondre à la demande d'aide du père de la victime, il décide de mener l'enquête et découvrir l'origine de cette maladie.

    Plusieurs cas similaires ont été localisés dans les hôpitaux. Mils s'y rend avec l'espoir d'y recueillir des indices. Mais à chaque fois, ces pauvres hères maintenus entre la vie et la mort se font kidnapper par des hommes à l'allure patibulaire.

    Devig maîtrise admirablement la ligne claire et cette BD à l'ancienne possède de nombreux atouts, notamment la chute surprenante, à l'opposé des prévisions de la grande majorité des lecteurs. Premier album en solo, première réussite. Mais le plus sidérant vient du fait que l'histoire s'inspire de faits réels. Et là, cela devient carrément très inquiétant.

     

    Le croiseur fantôme

    de Devig

    Casterman, août 2012

    ISBN 978-2-203-04785-3

    48 pages - 12,95 €

  • Le tueur aux mangas

    Tueur-aux-mangas-1-casterman.jpgInspirée de faits réels, cette histoire en deux tomes - mince, il faudra à nouveau patienter une année complète pour lire le dénouement - nous plonge dans l'univers du manga, phénomène nippon devenu planétaire.

    Une jeune étudiante découvre un cadavre tronçonné abandonné dans un parc à Bruxelles. Premier réflexe : elle prend ce tronc humain en photo à l'aide de son téléphone portable. Appartenant à un club de détectives amateurs, Zoé fait part de sa macabre découverte à ses amies et amis. Et quoi de plus palpitant pour un groupe de jeunes que de lancer une véritable enquête, parallèle à celle de la police ? La tentation est trop forte.

    A partir d'un message en japonais laissé sur le dos du macchabée, les jeunes détectives se lancent sur la piste de Kroko, le tueur présumé. Mais n'est-ce pas dangereux ? Oui, sans la moindre hésitation.

    Les auteurs plantent le décor en plein Bruxelles, ma ville natale. Les jeunes ne sont pas représentatifs à 100%. De plus, le Belge n'utilise pas le mot "drache" à toutes ses phrases. Un peu de poncifs ou de préjugés émaillent donc çà et là le récit. Mais c'est un détail car la BD est passionnante, se dévore et ne se lache plus une fois entamée, un peu comme le crocodile s'emparant de sa proie...

     

    Le tueur aux mangas

    Scénario : Yann

    Dessin : Christian Lamquet

    Casterman, septembre 2012

    ISBN 978-2-203-05081-5

    48 pages - 12,95 €

  • Petit manuel du parfait arriviste

    9782081233379.jpgOn se réjouit à la vue du titre. On se pourlèche les babines. Ce petit manuel du parfait arriviste promet du sarcasme, de l'humour, noir de préférence, de l'imposture en grand format, bref, du jubilatoire...

    L'auteure de "Bonjour paresse" attaque d'emblée, bille en tête : "Le mensonge, c'est la vie. Les patrons baladent leurs salariés, les banquiers roulent leurs clients, les journalistes, retouchent l'info, les laboratoires pharmaceutiques enfument les malades. Bobards, fables, feintes et faux-semblants sont le ciment de la vie sociale et constituent les mamelles de l'Histoire."

    Mais, tel l'adolescent à l'appétit gargantuesque, on se jette sur ce texte, on s'empiffre et l'on s'en lasse très, trop vite. corinne Maier a-t-elle écrit un livre à partir d'un titre et d'une idée générale, assez floue ? C'est là mon sentiment et, bien sûr, si tel est le cas, cela ne saurait suffire.

    Certes, l'auteure nous gratifie de quelques pépites, mais celles-ci ont la rareté de leur métal. Dommage.

     

    Petit manuel du parfait arriviste

    de Corinne Maier

    Flammarion, septembre 2012

    ISBN 978-2-0812-3337-9

    192 pages - 16,00 €