• On peut l'apercevoir à Biarritz !

    Villa Belza
    Maurice est un riche entrepreneur. Il construit des maisons magnifiques enviées de tous. Mariée à Sophie qui est d'origine basque, le couple déménage très souvent. Toujours à la recherche de nouveaux horizons et de nouveaux horizons et de nouveaux défis.

    Début des années 1920, afin d'être agréable à sa femme, ils déménagent à Biarritz, si proche des terres d'enfance de Sophie. Cette dernière est ravie.

    Après avoir construit une maison très proche de la mer et au-dessus d'un trou sans fond, Maurice entreprend de construire un palais mauresque en plein coeur du pays basque... Il va être confronté à Orkatz Gray, jeune Basque considéré par ses pairs comme un héros et représentant fièrement leur patrie.

    Cet ouvrage est formidablement bien écrit. Les personnages sont attachants, l'intrigue est très bien ficelée. Il s'agit d'un roman mais la pudeur et la discrétion avec lesquelles l'auteur parle de la passion unissant Sophie à Orkatz la rend encore plus belle et unique.

    Je vous le conseille vivement. Laissez-vous entraîner par cette romance et cette passion que l'on rêve tous et toutes de connaître un jour...

     

    Laurence Vanrie

     

    La Villa Belza

    de Bernadette Pécassou-Camebrac

    éditions Flammarion, 2007

    ISBN 978-2-0806-8938-2

    400 pages - 21,00 €

  • Au Diable Vauvert !

    scream test

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cofondatrice de www.mondedulivre.com, les livres ne manquent pas dans ma bibliothèque... Tous les livres posés sur ces étagères seront lus. Par moi ou par d'autres chroniqueurs. Je mélange donc travail et plaisir. Quel bonheur. Acheter un livre ne me vient donc tout naturellement plus à l'esprit.

    Je parcours occasionnellement les foires et salons du livre. Au salon de Montreuil, j'ai croisé un éditeur qui m'a laissée pantoise : "Au Diable Vauvert". Une vingtaine de livres étalés sous mes yeux. Un travail de graphisme admirable jusque dans les moindres détails. Des couvertures surprenantes et des 4èmes de couverture, encore plus.

    Je les ai tous pris et retournés dans tous les sens arrêtant mon choix sur 3 ouvrages. Le bon sens ne me permettait d'en acheter qu'un. Une petite parenthèse et lire un livre "pour le plaisir" est déjà culpabilisant, mais alors 3... je n'aurais pas fermé l'oeil de la nuit.

    Mon choix s'est arrêté sur "Scream test" de Grégoire Hervier. Je ne sais quel mot utiliser pour définir le sentiment qui m'a envahi à la lecture de cet ouvrage. Surprise. Enchantée. Ravie. Emballée. Un peu de tout cela. Et surtout je me suis prise au jeu.

    Sept jeunes se retrouvent enfermés dans un appartement. Chambres séparées pour les filles et les garçons, les autres pièces sont communes, sans oublier le "confessionnal". Il s'agit là d'un décor que vous connaissez.

    Les règles : les candidats se nominent entre eux. Par jour, deux sont nominés. Le public vote. A minuit, on annonce le perdant. Celui-ci quitte l'appartement. Ces règles ne vous sont pas non plus étrangères.

    Le candidat embarque sa valise, embrasse les autres candidats en essayant de rester digne et pense aux milliers de fans qui l'attendent à l'extérieur... Il ferme la porte de l'appartement, se retrouve dans un sas et là...

    Le jeu de téléréalité "The last one" propose en effet l'exclusion définitive d'un candidat par jour. Une balle dans la tête ou ailleurs... Sept candidats, six balles, six jours. Qui sera le gagnant ? Le lieutenant Clara Redfield du LAPD arrivera-t-elle à stopper le jeu ?

    A notre époque, les jeux de téléréalité sont tellement nombreux et parfois tellement ridicules. Les jeunes sont prêts à tout pour connaître ne fut-ce qu'une seule heure de gloire... Avec cet ouvrage, Grégoire Hervier nous remet les idées en place. Quelles sont les limites de la société ? Quelles sont nos propres limites ?

     

    Laurence Vanrie

    Scream test

    de Grégoire Hervier

    Au Diable Vauvert, 2007

    ISBN 978-2-84626-11-42

    294 pages - 18,50 €

  • Le dernier livre de Thomas Gunzig !

    Thomas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cela fait plus de dix ans qu'on présente Thomas comme le "jeune écrivain qui promet". A près de 38 ans et une dizaine d'ouvrages parus, tous d'une quelité exceptionnelle, il est temps de qualifier ce jeune Bruxellois d'écrivain confirmé.

    Son dernier livre publié dans la très bonne maison d'édition du Diable Vauvert m'a laissé sur le "c." Lu en moins d'une journée, Thomas relance l'intrigue à chaque fin de chapitre, vous empêchant par là d'insérer votre marque-page. Kathy et son mec JC, Marc et sa copine Ivana, Patrice et personne d'autre que lui, se rendent  pour un week-end de "déconne et de baise" (sauf pour Patrice) dans un chalet isolé appartenant à la tante de Patrice.

    Vous l'aurez compris : rien ne se passe comme prévu. Et au fil des pages, on est surpris de constater combien l'imagination de l'auteur dépasse celle du commun des mortels. Ma cote sur vingt ? 19,5 ! Thomas et son éditrice perdent 0,5 point à cause des cinq ou six fautes d'orthographe que j'y ai repérées. Mais il a fallu que je cherche la p'tite bête...

    Ces 10 000 litres d'horreur pure nous garantissent 100 % de plaisir solitaire...

     

    10 000 litres d'horreur pure

    de Thomas Gunzig

    Au Diable Vauvert, 2007 (aïe, dans quelques heures, ce sera un livre de l'année passée)

    ISBN 978-2-84626-145-6

    252 pages - 15,00 €

     

    POUR ACHETER CE LIVRE, REJOIGNEZ LE TOP 20 D'ACTU-LIVRES

     

  • Gonflé le mec !

    VantroyenLe 6 décembre dernier, Télé-Bruxelles diffusait l'interview de Jean-Claude Vantroyen, secrétaire du Prix Rossel et directeur de la culture du quotidien Le Soir. Comme le journaliste lui faisait remarquer qu'il n'avait sélectionné aucun livre publié par un éditeur belge, mais seulement des livres publiés par les grandes maisons parisiennes, monsieur Vantroyen a répliqué : "C'est que ce sont de bons bouquins. Mais c'est tout ce que j'ai à répondre. Et que ce sont des éditeurs qui font peut-être mieux leur boulot, je dis bien leur travail d'éditeur, avec les écrivains, que les petits éditeurs belges ou étrangers."

    Lorsque le responsable du supplément "Livres" du premier quotidien belge francophone balance ouvertement de telles inepties, il y a de quoi s'offusquer, surtout lorsqu'on est éditeur en Belgique. C'est la réaction première.

    La seconde, c'est d'en rire. Ce monsieur est peut-être bardé de diplômes, professeur à l'ULB, grand spécialiste de la science-fiction, il n'en demeure pas moins qu'il a prononcé une grosse connerie. Ce fan de SF doit certainement oeuvrer pour les forces de l'empire, sous la tutelle de Dark Vador...

    Que la Force soit avec toi, petit éditeur belge... 

    Clin d'oeil

  • Question de Principe

    Golgotha Basé sur des faits authentiques, Jean-Michel Riou nous emmène dans les coulisses de l'Histoire. Partant de l'assassinat de Gaston Calmette par Henriette Caillaux en 1914 (fait historique), l'auteur nous brosse avec habileté SA vérité qui pourrait très bien être LA vérité. Si tel est le cas, alors, nous aurions du souci à nous faire.

    Golgotha se compose de dix très hauts magistrats, au-dessus des lois, gérant une fortune gigantesque. Ceux-ci fondent leurs actions sur base d'un principe ayant pour objectif principal, outre l'enrichissement et la domination, la destruction des Etats. Et pour parvenir à leurs fins, ces hauts dignitaires ont le pouvoir de déclencher les guerres.

    La Première Guerre Mondiale aurait pu être évitée, grâce notamment à l'action d'hommes tels que Joseph Caillaux ou Jean Jaurès. Empêchés par tous les moyens (dont l'assassinat de Jaurès), les partisans de la guerre l'emportèrent.

    600 pages qui auraient peut-être pu être réduites à 400 ou 450 sans en altérer la qualité du récit, ce livre a de quoi donner froid dans le dos. Un "roman" excellent qu'il faut prendre le temps de lire, tout en tentant de démêler les faits réels des passages romancés.

     

    La prophétie de Golgotha

    de Jean-Michel Riou

    éditions Flammarion, 2007

    ISBN 978-2-0806-9062-3

    608 pages - 21,90 € 

  • Le tueur. Il reprend du service !

    tueur6

     

     

     

     

     

     

     

    Petit intermède entre deux lectures professionnelles : Le tueur ! Je voue une fascination malsaine à l'égard de cette profession sans horaires, sans contraintes, sans patron, et très lucratif. Jacamon & Matz réussissent à me déculpabiliser car le discours amoral - convenons-en - de leur tueur tient la route.

    Oui, le tueur est de retour et l'ensemble (dessin et scénario) conserve sa qualité des premiers tomes. Bravo... et merci.

     

    Le tueur, tome 6

    Modus Vivendi

    de Jacamon & Matz

    Casterman, 2007

    ISBN 978-2-203-00181-7

  • La biographie non autorisée

    Depardieu

    Certes, Patrick Rigoulet n'y va pas avec le dos de la cuiller... un peu façon Depardieu. Certes, Gérard Depardieu a tenté d'empêcher la parution de ce livre. Mais il était à mon sens utile de mieux connaître celui qui a collectionné les récompenses au cinéma.

    Gérard, surnommé "Pétarou" parce qu'il pète où il se trouve et quand bon lui chante, surnommé également "le gros" car lorsqu'il campe le personnage d'Obélix, il n'a pas de gros efforts à fournir, est un homme égoïste, bourru, pas "mal éduqué" mais "pas éduqué du tout" qui court comme un forcené après le fric.

    Pas très glorieux pour le Monsieur Jean de Pagnol ou Cyrano de Bergerac. Alcoolique touchant à la drogue, Gérard Depardieu agit tel un parrain de la mafia dans le milieu du cinéma.

    Oui, ce livre m'a plu. A la place de Patrick Rigoulet, j'éviterais de croiser la route de l'acteur-viticulteur-pétrolier, au risque de se prendre un coup de boule dont il a le secret.

     

    Gérard Depardieu, itinéraire d'un ogre

    de Patrick Rigoulet

    éditions du Rocher, 2007

    ISBN 978-2-268-06288-4

    336 pages - 19,90 €

  • C'est encore mieux... de ne pas l'acheter

    Laborde
    Isabelle a 50 ans et le personnage central de ce récit, c'est elle. En narratrice, Isabelle nous présente son petit monde, sa famille, ses deux assistantes, son nouvel époux - pété de thunes soit dit en passant -, son job très prenant au point d'oublier sa date de départ pour ses vacances d'hiver à Mégève - c'est la faute de son assistante qui n'est décidément bonne à rien -, et sa vision d'elle-même au jour de ses 50 printemps.

    Isabelle est une "peste-bobo" qui "frotte" les autres lorsqu'elle roule dans Paris et qui trouve normal de "frotter". Elle conseille vivement aux propriétaires de bateaux de faire un détour par le port de Monaco - dont les anneaux sont tout à fait abordables - pour rendre visite aux manucures qui officient dans l'un des palaces du rocher. A la portée de tout le monde. Pour info Mme Laborde, un voilier ne "recule" pas, il "cule". D'accord, le terme manque de poésie mais c'est bel et bien le mot juste.

    Le problème majeur de cet ouvrage sans le moindre intérêt, c'est qu'il y a fort à parier que Françoise Laborde se retrouve en Isabelle, mais qu'elle n'a pas forcément conscience de l'antipathie naturelle qui s'en dégage...

     

    C'est encore mieux à cinquante ans !

    de Françoise Laborde

    Fayard, 2007

    ISBN 978-2-213-62889-9

    234 pages - 16,00 €

      

  • Poutine serait-il un nouveau Staline ?

    Staline
    Faut-il être gonflé pour oser comparer Poutine à Staline ? Oui... et non. De nos jours, l'image de Staline, le Petit Père des Peuples, le Tsar rouge, l'homme implacable qui fut responsable de "purges" successives, cette image est réhabilitée... un peu - beaucoup - à cause de Vladimir Poutine.

    Le livre s'attarde longuement sur la vie de Joseph Staline, mais aussi sur celle, en parallèle, de Boris Pasternak, poète et écrivain, auteur notamment du "Docteur Jivago". On s'attend à retrouver de multiples points communs entre Staline et Poutine, mais finalement, on se rend compte que le personnage de Poutine n'est abordé qu'à la fin de l'ouvrage. Dommage.

    Cela dit, le livre se dévore plus qu'il ne se lit, car le style éprouvé de Fédorovski fait mouche. Il fournit moult détails sur l'homme d'acier et sa cruauté légendaire.

    Sous Staline, personne ne pouvait se sentir à l'abri des sautes d'humeur du patron. Pas même Beria. Un mot de travers et vous vous retrouviez en partance pour la Sibérie... au mieux, ou fusillé... au pire.

     

    Le fantôme de Staline

    de Vladimir Fédorovski

    éditions du Rocher, 2007

    ISBN 978-2-268-06290-7

    288 pages - 19,90 €

  • Management stratégique

    Bréal 2
    En tant que chef d'entreprise, bien que très modeste - je ne m'appelle ni Martin Bouygues, ni Gérard Mulliez, ni Alain Afflelou -, l'ouvrage intitulé "Management stratégique" a de quoi susciter mon intérêt.

    Réparti en 45 "fiches", ou plutôt 45 chapitres, ce manuel économique ne s'adresse pas qu'aux étudiants en licence, master et autres écoles de commerce. N'éludons pas pour autant sa vocation universitaire, mais ce livre doit également permettre aux entrepreneurs de tous bords d'améliorer leur efficacité, de détecter leurs erreurs, d'optimiser leur management, bref, de gagner de l'argent.

    Bien sûr, l'auteur aborde tous les grands aspects du management stratégique : théorie des coûts de transaction, environnement concurrentiel, matrice McKinsey, stratégies de croissance, fusions-acquisitions, etc.

    En ce qui me concerne, je considère ce manuel comme un outil précieux qu'il me faut décortiquer pas à pas, et ce dans l'intérêt de ma petite entreprise.

     

    Management stratégique

    de Ulrike Mayrhofer

    éditions Bréal, 2007

    ISBN 978-2-7495-0753-8

    160 pages - 16,00 €

  • Le dernier Chinaman

    Chinaman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mis à part une couverture très moyenne, TaDuc et Le Tendre ne s'essoufflent pas, même si l'on peut regretter l'ambiance chinoise des deux ou trois premiers tomes de la série.

    Chinaman devient un peu trop "cow boy", dommage. Cela dit, la BD se lit avec plaisir, tel un bon western.

    J'espère cependant que dans le prochain tome, les auteurs parviendront à me surprendre à nouveau.

     

    Chinaman

    tome 9 : Tucano

    de TaDuc & Le Tendre

    Repérages Dupuis, 2007

    ISBN 978-2-8001-3847-3 

  • Droit de la famille

    Bréal
    Bien que Belge résidant à Bruxelles, mes deux enfants vivent en France, auprès de leur mère. Plus de 400 km nous séparent. L'éloignement s'avère une souffrance permanente, tant pour moi que pour eux.

    Les législations belge et française, bien que très semblables, diffèrent quelque peu. Le droit de la famille a considérablement évolué au cours de ces dix dernières années... vers l'équité (et non l'égalité, nuance).

    Cette 2ème édition du droit de la famille contient toutes les dernières modifications, les dernières réformes en incluant notamment le PACS. Certes, l'éditeur destine cet ouvrage aux étudiants en droit. Certes, les 28 chapitres ne sont pas toujours vulgarisés car justement rédigés à l'attention de professionnels du droit. On pourrait malgré tout regretter l'absence d'un lexique en fin de livre.

    Un tel ouvrage ne se lit pas comme un roman au bord de la piscine d'un hôtel. Il apporte une réponse légale aux questionnements de milliers de couples désunis et c'est bien là l'essentiel.

     

    Droit de la famille, 2ème édition

    de Muriel Parquet

    éditions Bréal, 2007

    ISBN 978-2-7495-0783-5

    206 pages - 17,00 €

  • Aux origines de la femme... et de l'homme

    Lucy
    Vue de l'extérieur, on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Et, surprise, dès qu'on l'ouvre, on réalise qu'il s'agit d'une BD... au réalisme époustouflant.

    L'idée est séduisante, et la concrétisation de celle-ci à la hauteur de nos attentes. Didactique, vraie, traitée en bonne intelligence, les auteurs ne sont pas tombés dans le panneau.

    A la fin de l'album, Lucy en devient presque belle... toutes proportions gardées.

     

    Lucy, L'espoir

    de Patrick Norbert & Tanino Liberatore

    Capitol éditions, 2007

    ISBN 978-2-35556-000-2

  • PEUR !

    Serfaty thierrybg_peur

     

     

     

     

     

     

    528 pages qui vous collent au ceinturon. Impossible de ne pas trimballer ce gros livre rouge partout où vous allez, histoire de pouvoir grignoter à la sauvette l'une ou l'autre page.

    Même si l'auteur ne nous surprend guère tout au long du roman en nous prenant par la main pour nous emmener là où l'on s'y attend, la chute reste stupéfiante. Cela dit, au sortir de cette oeuvre - car c'en est une, indiscutablement -, je me sens un peu frustré car je me rends compte que le livre promet une suite qui devrait révéler le dénouement final. Cela me fait penser aux premiers tomes des BD "Largo Winch", où l'on attend qu'une chose : découvrir le tome 2.

    Thierry Serfaty, médecin, utilise son savoir pour rendre ses scènes encore plus crédibles, quitte à nous donner froid dans le dos. Des scènes horribles, certes... Erick Flamand, commissaire, Marina, et Laura son adjointe et épouse, sauront-ils arrêter le massacre programmé de jeunes tentant de surmonter leur phobie, quitte à rencontrer la mort... avec le sourire, devant le téléobjectif d'un photographe ?

    Vous pourrez retrouver l'interview de Thierry Serfaty le 31 décembre sur www.mondedulivre.com, de quoi achever l'année 2007 en beauté... Clin d'oeil

     

    Peur

    de Thierry Serfaty

    Michel Lafon, 2007

    ISBN 978-2-7499-0720-8

    528 pages - 20,90 €