De la poésie dans notre monde de brutes...

cummings 1

Remplacer le « livre-papier » par « l’ibouque » de demain prend tout son non-sens lorsqu’on parcourt avec respect et admiration les pages d’un livre publié par la modeste maison Aencrages & CO. Imprimés à l’ancienne sur papier chiffon, cousus et façonnés à la main, les réalisations de cette maison d’édition m’apparaissent davantage comme un travail de joaillier, tant leurs livres ressemblent à de petits bijoux qu’il convient de manipuler avec précaution et de conserver bien en vue dans une bibliothèque de bois noble.

 

La lecture de PORTRAITS 1 m’a permis de découvrir le talent d’un poète américain du vingtième siècle. J’avoue sans honte ne pas attacher beaucoup de passion pour la poésie d’avant-garde, peut-être parce que je ne possède tout simplement pas la sensibilité voulue pour apprécier à sa juste valeur ce genre de textes… Mea culpa.

 

Cela dit, cela n’enlève en rien la qualité de l’ouvrage, qui me pousse sans conteste à m’intéresser à la poésie, d’autant que ce genre littéraire a plus que jamais besoin de rallier de nouveaux adeptes.

 

PORTRAITS 1 de Edward Estlin Cummings – traduction : Jacques Demarcq – illustration : Daniel Schlier – éditions Aencrages & Co – collection « voix de chants »

ISBN 978-2-35439-001-3 – 14,00 € – tirage : 500 exemplaires

www.aencrages.com

Commentaires

  • Merci de parler de poésie, c'est rare et en nouvel adepte du genre, je suis toujours à la recherche de bonne critiques à ce sujet.

    Je voulais aussi vous recommander un recueil de poésie découvert récemment et qui m'a réconcilié avec le genre:
    Méandres dominants de F. Altamira aux éditions Artésis.
    Je vous le conseille vivement, dans l'espoir que vous aurez envie de le faire connaître.

    Merci encore.

  • Merci pour votre commentaire. Même si le recueil en question (Méandres dominants) s'avère posséder une qualité littéraire indéniable, il m'est impossible de promouvoir un livre publié par un éditeur à compte d'auteur abusif, à moins que quelqu'un puisse me démontrer noir sur blanc que M. David Chau Duong (éditions Artésis) n'en fasse pas partie, ce dont je doute.

    Dès le 1er novembre, vous pourrez retrouver sur www.mondedulivre.com les coordonnées d'éditeurs de poésie... à compte d'éditeur.

    A bientôt sur mondedulivre ou sur actu-livres...

  • Cher Monsieur Varence,

    Votre Blog est louable et probablement de bel esprit... Mais de grâce, vérifiez bien vos fiches, vous me semblez bien péremptoire et bien mal informé!
    Bien à vous.
    David Chau Duong, éditeur

  • Monsieur Varence est au contraire bien informé...

  • Tjs d'actualité, cette "maison d'éditions" ?

  • Cher Monsieur Varence,

    Puis-je vous recommander le lien des Editions Cristalides...
    www.cristalideseditions.com

    Bien à vous, David CD

  • Et de grâce, Mesdemoiselles Julia et Margot, dont les prénoms étaient déjà démodés aux 19ème siècle, si vous désirez faire des commentaires crapuleux et fallacieux, sous des pseudonymes inventés et ridicules... au moins faites-le à visage découvert, car si on parle de littérature, c'est pas pour revenir aux corbeaux malveillants de l'époque du défunt Pétain...
    Bien à vous, David CD

  • C'est vrai Monsieur Varence, vous êtes franchement mal informé. David Chau Duong est pire que vous ne l'imaginez.
    Au-delà, très au-delà de abusif. Coquin ! Nous avons un compte à régler et je finirai bien par le retrouver pour régler ce compte.
    Ceci dit j'adore les jolis prénoms Julia et Margot.
    Alors, David CD, c'est aussi DCD, bizarre non ? Quand on porte le prénom de David on doit s'en montrer digne. Il fut roi.Il tînt ses promesses et engagements et jamais ne trahit ceux qui lui firent confiance.
    Alors Monsieur DCD, à bientôt. Artésis était un bon nom. Ceux qui lui ont fait confiance, de braves gens pleins d'espoir. Vous avez tué cela monsieur DCD.

Les commentaires sont fermés.